Arsenal - Özil : "c'est toujours de ma faute"    JSK: Les nouvelles recrues seront qualifiées face au Raja    Un enfant évacué vers Alger pour ... extirper une cacahuète    Courbis : «L'Algérie a fait honneur à son statut face à la Colombie, c'était presque un match abouti»    Campagne de solidarité en faveur de Dahmani Nour El-Houda Yasmine    Les préparatifs vont bon train    De nouvelles charges contre Donald Trump    Les députés exigent la démission de la cheffe de l'Exécutif    3 morts et une vingtaine d'enfants blessés dans un attentat    Le véritable maître de DAESH    Bedoui en Russie    Karim Tabbou devant le juge aujourd'hui    Quel sort pour le projet ?    Abdelkrim Zeghilèche de nouveau devant les juges    «On peut faire encore plus mal»    L'Algérie et le Gabon terminent sur une belle note    Hamroune : "Je serai prêt pour le match du CSC"    L'absence du wali inquiète la direction    Le compte facebook du CNLD bloqué jusqu'au 22 octobre    Constantine : quelle scolarisation pour nos enfants ?    Ecole : le sinistre au quotidien    Gâteau fondant aux poires    150 migrants secourus dans plusieurs opérations    4 idées pour pratiquer massages et gymnastique du visage    ACTUCULT    "Derb Cinéma" lance l'appel à candidatures jusqu'au 15 novembre    Lumière sur une terre et ses hommes    Tout en excluant la trêve : Ankara exhorte les Kurdes de Syrie à déposer les armes    Boukhalfa : Huit blessés dans un accident de la circulation    Respect des délais d'achèvement des travaux    Corée du Sud, Italie, Turquie et Autriche à l'honneur    300.000 Algériens ont visité la Turquie en 2018    Sonatrach est le nouvel actionnaire majoritaire de Medgaz    En réaction à l'appel du report des élections    Selon le MSP: « Les autorités responsables de l'échec de la transition démocratique »    Sortie de la 3ème promotion des officiers de brigade: Le DG des douanes insiste sur la probité et la rigueur    Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique    Mila / Céréaliculture: Tout est fin prêt pour la campagne labours-semailles    Pompiers en colère à Paris : tensions avec la police, au moins 6 interpellations    AUTOMOBILE: Le futur patron de Renault ne sera pas forcément français, selon Pannier-Runacher    5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara    Belmadi et les Verts sur leur lancée    Renault reprendra en 2020    Le MSP hausse le ton    67 % ont moins de 40 ans    Le FMI augmente à 2,6 % sa prévision    Les chrétiens d'Algérie dénoncent    La France garde le secret    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Près de 300 manifestants arrêtés depuis vendredi
Alors que les égyptiens restent mobilisés contre al-Sissi
Publié dans Liberté le 23 - 09 - 2019

La campagne de mobilisation anti-Sissi se poursuit sur les réseaux sociaux. Les appels se multiplient pour une manifestation d'un million de personnes au Caire vendredi.
Pas moins de 272 personnes ont été arrêtées depuis vendredi soir en Egypte, dans le sillage des manifestations demandant au président Abdel-Fattah al-Sissi de quitter le pouvoir, ont alerté hier les organisations des droits de l'homme. Parmi les personnes arrêtées, il y a 38 femmes, selon les mêmes sources qui se basent sur les plaintes reçues de la part des familles des manifestants interpellés au Caire et dans les autres grandes villes du pays, où les Egyptiens sortent manifester tous les soirs depuis vendredi.
Rien que dans la capitale, plus de 160 manifestants ont été arrêtés, a indiqué hier la Commission égyptiennes pour les droits et les libertés (ECRF). L'ECRF a demandé aux autorités égyptiennes de libérer immédiatement les manifestants arrêtés, dont des militants très actifs sur le terrain et sur les réseaux sociaux.
Mais ces chiffres risquent d'être encore plus élevés, car d'autres manifestants et animateurs de la société civile sont aussi arrêtés en dehors de ces manifestations, dont la majorité se déroule de nuit au Caire, à Alexandrie et à Suez, pour ne citer que ces trois grandes villes, où les forces de sécurité ont usé de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogène pour disperser une foule de manifestants de plus en plus importante.
De nombreuses vidéos partagées par des Egyptiens et filmées à partir de leurs maisons témoignent de la brutalité policière envers des manifestants déterminés à reprendre le combat pour la liberté à la place Tahrir, symbole de la révolution de 2011 contre l'ancien président déchu Hosni Moubarak. Hier, la justice a reporté la tenue des audiences liées aux procès politiques concernant l'affaire de l'assassinat du procureur général, Hicham Barakat, en juin 2015 dans un attentat au Caire.
Plus de 300 personnes ont été arrêtées dans le cadre de cette affaire et sont en attente de jugement, pour leur présumée implication et appartenance à la branche égyptienne de l'autoproclamé Etat islamique, très active dans le Sinaï.
Et ce sont, entre autres, ces arrestations en masse de militants islamistes et d'autres militants de la mouvance démocratique et de défense des droits de l'homme, qui ont alimenté la colère des Egyptiens, dont les espaces de liberté n'ont cessé de rétrécir depuis l'arrivée d'Al-Sissi au pouvoir.
Aujourd'hui, le mur de la peur a été brisé et les Egyptiens semblent prêts à reprendre ce pourquoi ils sont sortis en 2011, même si les militaires ne semblent pas prédisposés à lâcher Abdel-Fattah al-Sissi. L'ancien maréchal, à l'origine de la destitution du défunt président islamiste Mohamed Morsi en 2012, a fait voter, à un Parlement acquis, un projet d'amendement de la Constitution lui permettant une prolongation pour rester au pouvoir jusqu'en 2030.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.