Manchester United: Mandzukic en approche    Education: Belabed pour une politique prospective pour renforcer les compétences du secteur    HABITAT : Le gouvernement Bedoui rassure les demandeurs de logements    Gaïd Salah présente un exposé sur le projet de loi relatif au statut général des personnels militaires    Algérie-France (amical): rencontre mardi à Lille entre le président de la FAF et la FFF    Bensalah: l'Etat soucieux de rationaliser l'exploitation des ressources et richesses souterraines nationales    Ouargla: lancement de la nouvelle ligne ferroviaire Touggourt-Alger    Les Tunisiens commencent à voter pour le second tour de la présidentielle    Le WAT reste leader malgré la défaite, l'ASK sur le podium    Khirreddine Madoui démissionne de son poste d'entraîneur    Mise en garde russe contre l'aggravation de la situation humanitaire dans le Nord-Est    Le gouvernement consacre 17 milliards de DA pour le dégel de plusieurs projets    Vers l'augmentation de la taxe de pollution    Neuf morts et 9 blessés au cours des dernières 48 heures    Sahara occidental/Manifestation à Paris: la France dénoncée, une date pour le référendum d'autodétermination revendiquée    Brésil: des examens à Paris pour Neymar    Rassemblement en solidarité avec les détenus d'opinion à Sidi Bel Abbès    Foot/ Algérie - Colombie : Abeid réintègre le groupe, Tahrat ménagé    Qui sera le partenaire de Suzuki en Algérie ?    Ce que prévoit la loi de finances pour les start-up    Les joueurs sénégalais refusent la prime de la Fédération    Début de stage demain    Retour à la case départ    1er Salon international des technologies et équipements dentaires    L'Anie face à la dure réalité du terrain    Des détenus d'opinion en grève de la faim à partir du 23 octobre    22 cas de méningite enregistrés    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les films algériens Abou Leila et 143, rue du désert en compétition    Hans Hartung en réouverture du Musée d'art moderne de Paris    Micheline la Française, la tante Zalamite et les autres    Ouverture des journées de lecture publique à Tamanrasset    Bir Ghbalou : Entre le portrait de BenSalah et les promesses du Hirak    Face aux difficultés rencontrées par la CNR et la CNAS : Les solutions des experts    «Le pouvoir rame à contre-courant d'un mouvement historique de libération d'un peuple»    Investissement : le FCE soutient fortement la révision de la règle 49/51    En bref…    Soudan : Une femme nommée à la tête de la Cour suprême    En bref…    Journée mondiale de la santé mentale : Un suicide toutes les 40 secondes, selon l'OMS    Première thèse algérienne identifiant les facteurs prédictibles    «J'intégrerai des personnages algériens dans ma prochaine histoire»    Ghardaïa : Appel à la préservation du patrimoine architectural et culturel    «Le plasticien doit être responsable»    Centre-ville: Deux dealers sous les verrous    Mostaganem: Des arrestations en marge de la visite du ministre de la Jeunesse et des Sports    Pour réclamer «la libération de tous les détenus d'opinion»: Marche nationale des avocats le 24 octobre    Le Pentagone déploie 3.000 soldats supplémentaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vent de révolte contre le pouvoir militaire d'al-Sissi
Egypte
Publié dans Liberté le 21 - 09 - 2019

Déstabilisé par la multiplication des appels à sa destitution, le président égyptien pourrait annuler son déplacement à New York, où il devrait participer à la 74e Assemblée générale de l'ONU.
Une campagne exigeant le départ du président égyptien Abdel-Fattah al-Sissi a démarré sur les réseaux sociaux depuis quelques jours, bousculant le nouveau régime du Caire qui craint un mouvement de contestation semblable à celui qui a provoqué la chute de l'ancien chef d'Etat, Hosni Moubarak, le 11 février 2011.
Des appels ont en effet été lancés sur les réseaux sociaux pour manifester hier à travers toute l'Egypte, après la diffusion récemment d'une vidéo par l'entrepreneur et artiste Muhammad Ali, appelant le ministre égyptien de la Défense à agir contre M. al-Sissi. "Sissi dehors", "Basta Sissi", "Vendredi de colère", "Nous descendrons le vendredi", "Le départ ou la descente dans la rue" sont autant de campagnes lancées le réseau social twitter.
Hier, des dizaines de personnes ont investi la rue dans le gouvernorat de Béni Suef (environ 150 km au sud du Caire), a-t-on constaté dans une vidéo diffusée sur twitter par des manifestants scandant : "Je le dis sans avoir peur, je dis à Sissi de partir." De nombreux Egyptiens ont remplacé leurs photos de profil sur les réseaux sociaux avec un carton rouge, en signe de contestation ou de soutien aux appels à reprendre la lutte sur le terrain, a-t-on encore constaté sur twitter ou facebook.
Au Caire, pour la première fois depuis 2013, année à laquelle al-Sissi a pris le pouvoir, l'emblématique place al-Tahrir a été désertée par les forces de sécurité qui ont retiré leurs véhicules policiers et militaires, laissant les Egyptiens interloqués, peut-on voir dans les photos et les vidéos diffusées hier tout au long de la journée.
De la situation économique à l'emprisonnement des militants, aux violations collectives des droits de l'homme en Egypte, sous le couvert de la lutte contre le terrorisme, les Egyptiens ont dénoncé le règne de l'ancien maréchal, devenu président après le putsch qu'il a mené en juin 2012 contre le défunt président démocratiquement élu, Mohamed Morsi, mort en plein procès le 17 juin dernier.
Massaed Abou Fajr, un militant de la société civile, a ouvertement accusé al-Sissi de "raser des villages entiers dans le Sinaï et de creuser des tombes collectives" pour les résidents de cette région frontalière avec l'enclave palestinienne Gaza et Israël.
Ouaïl Ghanim, militant politique, a dénoncé lui aussi l'arrestation arbitraire de son frère par les services secrets égyptiens pour avoir critiqué le président al-Sissi sur les réseaux sociaux. Déstabilisé par la multiplication des appels à sa destitution, le président égyptien pourrait annuler son déplacement à New York, où il devrait participer à la 74e Assemblée générale de l'ONU, selon des sources concordantes, ont rapporté certains médias.
Depuis sa prise de pouvoir, le président égyptien a mené une campagne de répression contre les opposants, qu'ils soient de l'organisation interdite des Frères musulmans, communistes, laïcs, etc., et s'est aussi attaqué à la presse indépendante, aux organisations de la société civile et aux militants des droits de l'homme. Il est régulièrement épinglé par les ONG internationales, dont les appels aux alliés occidentaux du régime militaire égyptien sont restés lettre morte.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.