Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"S'il y a élection, le futur président sera illégitime"
Soufiane Djilali anime un café littéraire à Tichy
Publié dans Liberté le 25 - 09 - 2019

Bien qu'il ne soit pas d'accord avec l'initiative de l'Instance de dialogue et de médiation menée par Karim Younès, le leader de Jil Jadid croit dur comme fer que "seuls le dialogue et la concertation pourront régler la crise politique que vit notre pays".
Le président du parti Jil Jadid, Soufiane Djilali, a estimé, lundi soir à Tichy (Béjaïa), qu'il ne pourra pas y avoir de sortie de crise en Algérie avant de réinstaurer la confiance entre le peuple et ses dirigeants. Animant un café littéraire, ayant pour thème "Quelle issue pour la révolution populaire en marche ?", organisé par l'association culturelle Asaki (Eveil) de Tichy, à la maison de jeunes Achour-Idir de Baccaro, le conférencier a tenu à rappeler que le conseil national de son parti a déjà pris la décision, le 14 septembre dernier, de ne pas participer à l'élection présidentielle fixée au 12 décembre prochain. "En l'absence de conditions favorables à la tenue d'une élection libre et transparente, nous avons décidé de rejeter l'agenda électoral imposé par le pouvoir. Il n'y a pas de garanties quant à l'issue favorable du processus électoral engagé dans la précipitation.
De ce fait, s'il y a vraiment élection, le futur président sera illégitime", a-t-il soutenu. Avant d'appeler à "l'annulation pure et simple de la présidentielle annoncée par le chef de l'Etat par intérim". Evoquant la nature du pouvoir algérien, l'hôte de la ville de Tichy affirmera que "l'Etat algérien s'est fondé autour d'un régime militaire instauré depuis l'indépendance. Cela est un fait incontestable". Néanmoins, il se dit persuadé que "l'armée peut contribuer au processus de construction d'un véritable Etat démocratique, comme ce fut le cas du Portugal". Après avoir rappelé les actions menées sur le terrain, avant l'avènement du hirak, par des forces politiques hostiles au pouvoir en place, notamment par le mouvement Mouwatana, Soufiane Djilali soutiendra qu'"à l'époque, d'aucuns tentaient de nous dissuader, affirmant que ce peuple est amorphe. Mais, finalement, le soulèvement populaire du 22 février aura tout chamboulé". Bien qu'il ne soit pas d'accord avec l'initiative de l'Instance de dialogue et de médiation menée par Karim Younès, le leader de Jil Jadid croit dur comme fer que "seuls le dialogue et la concertation pourront régler la crise politique que vit notre pays". Pour lui, sans la volonté d'aller vers un dialogue serein, inclusif et responsable, aucune élection ou autre initiative politique ne pourra aboutir au dénouement de cette crise politique et institutionnelle. "Les tenants du pouvoir ne lâcheront pas facilement les commandes. Autant négocier avec eux.
Autrement dit, il faudra accompagner le régime à s'en aller", a-t-il dit. L'orateur se montre optimiste quant à l'aboutissement du combat pacifique que mènent les Algériens depuis sept mois, "quand bien même cela devrait prendre encore plus de temps". Son optimisme est dicté essentiellement par le fait que "le peuple algérien fait preuve d'un éveil de conscience et du devoir d'agir". "Le peuple est le seul garant des résultats de toute élection. Du coup, il vaincra un jour", a-t-il souligné. Par ailleurs, M. Djilali n'a pas hésité à égratigner certains partis de l'opposition, en déclarant que les partisans de la transition démocratique n'ont même pas pris la peine d'expliquer les voies et moyens à mettre en œuvre pour la concrétisation d'une telle initiative politique. "La plupart des partis qui plaident pour un ‘processus constituant' n'arrivent même pas à transcender leurs crises internes", a-t-il asséné à l'adresse des formations politiques se réclamant des Forces de l'alternative démocratique.
KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.