LYCEE "OULD KABLIA SALIHA" (MOSTAGANEM) : Campagne de sensibilisation sur les risques du gaz    JOURNEE MONDIALE DU DIABETE : Cinq millions d'Algériens sont diabétiques !    EDUCATION : Vers une grève de 3 jours renouvelable dans les primaires    Zerouati participe jeudi et vendredi en Afrique du Sud à la Conférence ministérielle africaine sur l'environnement    La Ligue arabe condamne les nouvelles agressions israéliennes sur Ghaza    Emploi au Sud: Un plan d'action pour définir les entraves    LFP – Sanctions : Huis clos pour le MCO et l'USMAn    Mise à jour. MC Alger – JS Kabylie : Le Mouloudia pour prendre le large    Port de l'emblème Amazigh : Le tribunal de Bab El Oued relaxe cinq jeunes détenus    Foot/Qualifications CAN-2021: Algérie-Zambie: éviter de trébucher d'entrée    Phase de Poules de la CAF : Le Paradou AC dans un groupe difficile    Para-athlétisme/Mondiaux-2019 : les Algériennes Saifi en argent et Djelal en bronze    La charte d'éthique des pratiques électorales signée samedi    Les campus au rendez-vous    Morales se réfugie au Mexique    Le SG de l'ONU appelle à "une coopération internationale"    La question des réfugiés sahraouis examinée lors de la Conférence parlementaire régionale pour l'Afrique    Le prononcé du jugement renvoyé au 26 novembre    Six contrats gaziers renouvelés par Sonatrach    Appel au respect de l'itinéraire technique    Un collège fermé "à titre préventif" à Sétif    Amrouche convoque 25 joueurs    Algérie-Chine: appel à la promotion des relations de coopération dans le domaine du tourisme    Les étudiants ont marché pour le 38e mardi    Rupture et montée en gamme    Séance surréaliste à l'APN    Que reste-t-il du grand clasico ?    La criminalité en hausse    Un mort et un sauvetage miraculeux de trois personnes    Vivre avec et contre le passé    L'UE valide l'étiquetage «colonies israéliennes»    Ecole de journalisme d'Alger : Quelle place pour la production amazighe dans les médias ?    Parc national du Djurdjura : Découverte d'ossements d'un ours brun    Album Live de Hakim Hamadouche : Hommage funky à M'hamed El Anka    Economie: L'Algérie «dans le rouge»    Un conclave consacré aux dossiers du logement: Des instructions pour accélérer les travaux et l'affichage des listes    Le pari gagnant de l'Algérie    Lancement des Rencontres internationales du cinéma d'Oran: La phase des projections programmée pour février prochain    Personnes interdites de stade : Les modalités d'établissement du fichier national fixées    Un nouveau recours au " financement non conventionnel " est possible    Matérialisation des légitimes revendications populaires Les fondements directeurs de l'état de droit    Sidi Bel-Abbès: Marche de soutien à la présidentielle    Tunisie : Le Premier ministre Youssef Chahed à Paris et Rome    Maroc-MCC : Accord de coopération pour la mise en œuvre du projet de gouvernance du foncier    Place aux entreprises algériennes    CONSTANTINE : Développer des approches scientifiques de protection des vestiges submergés    10e Fica : Projection de "L'envers de l'histoire", parcours d'une militante en Serbie    La situation de la femme créatrice dans le domaine de l'industrie cinématographique en débat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouverture des journées de lecture publique à Tamanrasset
Afin "d'instaurer une culture livresque chez les jeunes"
Publié dans Liberté le 13 - 10 - 2019

La bibliothèque principale de la wilaya de Tamanrasset abrite, depuis hier samedi, les journées de lecture publique. Placée sous le thème "Laissez le livre occuper une partie de votre vie", cette manifestation culturelle a vu la participation de plusieurs écrivains et essayistes de la région, mais aussi des poètes qui ont bien profité de cette occasion qui se veut un moment de convivialité et d'échange de propositions visant à développer et à promouvoir la lecture publique.
Dans son allocution d'ouverture, le directeur de la bibliothèque, Mohammed Bouzaafa, a d'emblée insisté sur l'importance de ces rendez-vous devant se perpétuer pour parvenir à instaurer une culture livresque chez les jeunes en leur offrant des espaces d'expression et de création littéraire. Et de préciser : "Il faut d'abord mettre l'accent sur les bienfaits de la lecture qui aiderait à réduire de plus de 30% la détérioration cognitive et permet aussi de faire travailler la mémoire et de garder l'esprit plus clair."
"L'objectif de ces journées est de réhabiliter le livre et d'étudier la possibilité d'adopter de nouvelles méthodes visant à encourager la lecture publique et la prise de contact avec des écrivains qui auront la chance de présenter leurs opus et de faire des ventes-dédicaces", poursuit M. Bouzaafa en tenant à remercier tous ceux qui ont contribué à la réussite de cet événement, dont l'association Green Tea et les vétérans des Scouts musulmans algériens.
Au menu de ces journées, un éventail d'activités a été mis sur pied, dont une journée portes ouvertes sur la bibliothèque, des ateliers de lecture libre, des récitals de poésie et des expositions thématiques. Des stands de ventes-dédicaces sont également prévus dans le but de mettre sous les feux de la rampe une constellation d'essayistes et d'hommes de lettres qui veulent nourrir les cerveaux de leurs fidèles lecteurs.
Deux poètes de l'Ahaggar, à savoir Oussama Omar Alansari et Ambarek Goumni, ont été conviés à cette activité pour présenter leurs derniers opus. Pour Goumni, l'occasion s'est ainsi offerte pour parler de son recueil de citations et de maximes populaires traitant des pans entiers de l'histoire de cette région saharienne. Le livre de quelque 130 pages constitue un support pédagogique aux étudiants désirant voyager dans l'histoire de cette région millénaire et mener des recherches sur son patrimoine culturel immatériel.
Alansari quant à lui a saisi la balle au bond pour dédicacer son tout premier recueil de poèmes intitulé Miroir de l'Asekrem. Ce livre de 112 pages contient au total 29 qasidas traitant particulièrement du mode de vie des Sahariens et leurs traditions, souligne le poète qui n'a pas manqué de faire part des difficultés et du labyrinthe par lequel il était contraint de passer avant que son livre ne voie le jour.

RABAH KARÈCHE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.