«Toutes les décisions prises ont pour finalité la protection de la Patrie et l'intérêt du citoyen»    Un terroriste arrêté à Bordj-Badji-Mokhtar    Un homme au cœur du système de rapine    Joe Biden expose une carte où le Sahara Occidental apparaît distinct du Maroc    Ould Salek : «le Maroc fait chanter des pays pour les amener à s'aligner sur la décision de Trump»    Amir Sayoud file en Arabie Saoudite    12e journée : Résultats décevants pour les Algériens    Louis van Gaal de nouveau sélectionneur des Pays-Bas    Les sapeurs-pompiers, un rempart contre les feux de forêt    Les élections locales en novembre    Les divas orientales à l'honneur    Après une saison décevante de la JS KABYLIE : Cap sur la finale de la Coupe de la Ligue    Nous assistons à une dégradation des habitats côtiers et une baisse de la biodiversité    JO-2020 : lutte Fin de parcours pour Bachir Sid Azara    Comment jouer avec la vie    Commission d'éthique de la FIFA : Issa Hayatou suspendu un an pour absence de «loyauté»    Le comédien Saïd Hilmi tire sa révérence    Enseignements tunisiens    Exporter des médecins ou importer des malades ?    Face à une situation économique et sanitaire préoccupante, dix axes directeurs pour le redressement national    Les élections locales en novembre    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    Abominable Delta    Résumer le présent et reconstruire le futur    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    La JSK a la tête en coupe de la Ligue    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    Baâdji passe à l'action    Le paiement électronique effectif    La diaspora au rendez-vous    Le gang d'Ali Mendjeli tombe    Le confinement partiel se précise    Plusieurs opérations menées en une semaine    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Fin du cinquième stage    La scène artistique kabyle en deuil    Les poèmes de Mohamed Benhanafi enfin édités    «Le Seigneur des Anneaux» diffusé en septembre 2022    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    La date bientôt fixée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les propositions du FCE
Entreprises en difficulté
Publié dans Liberté le 13 - 10 - 2019

C'est un véritable cri de détresse qu'ont lancé, hier, les chefs d'entreprise. "La réalité aujourd'hui est amère", a indiqué le président du Forum des chefs d'entreprise (FCE), Mohamed Sami Agli, lors de l'université d'été de l'organisation patronale, organisée à l'Ecole nationale supérieure de l'informatique à Alger. M. Agli a évoqué une situation extrême. "Les entreprises souffrent, et de l'autre côté on ne voit pas forcément de réactivité", a relevé le président du FCE. "Tous les jours nous perdons des entreprises et des emplois", a-t-il ajouté, regrettant l'absence d'action, qui "malheureusement" risque, encore "de s'accentuer". La crise que vivent les entreprises remonte à 2014, depuis la chute du prix du pétrole, mais, selon Mme Nacira Haddad, directrice générale de l'entreprise Incosyn, les difficultés des entreprises se sont exacerbées. "L'opération mains propres a eu un effet boomerang", a-t-elle estimé, relevant l'inertie totale qui caractérise l'administration, avec comme corollaire "l'absence de décision et d'interlocuteurs".
Les entreprises font face, également, aux problèmes de financement et d'endettement. "Au niveau des banques publiques, c'est la panne. Il n'y a aucune prise de décision. On ne finance pas l'exploitation encore moins l'investissement", relève Mme Nacira Haddad. Concernant l'endettement, les entreprises sont confrontées à des difficultés sérieuses. Du coup le FCE plaide pour des moratoires avec les banques et les caisses de sécurité sociale.
L'organisation patronale a évoqué, également la question de la commande publique, qui aurait pu jouer un rôle de levier de consolidation des entreprises. "20% du PIB est tiré par la commande publique", révèle le FCE, évoquant, aussi, la nécessité de réviser les dispositifs d'accompagnement à la création au développement des entreprises. Selon Mme Nacira Haddad, de 1991 à 2010, l'Etat a consenti plus de 50 milliards de dollars en assainissement des entreprises publiques.
De 2010 à 2014, environ 20 milliards de dollars ont été consacrés pour les plans de développement des entreprises publiques, "90% d'entre elles sont incapables de pouvoir continuer leur fonctionnement et assurer leur développement".
Autre constat : un million de mètres carrés de foncier dormants dans le secteur public. "Il ne faut pas diaboliser le privé", plaide le président du FCE, estimant qu'à "une situation exceptionnelle, il faut des mesures exceptionnelles". L'organisation patronale propose pour le traitement de l'endettement, la réactivation du dispositif du rééchelonnement des dettes fiscales des entreprises déjà mis en œuvre en 2012.
Le FCE suggère d'appliquer un moratoire d'une année à deux années et l'étalement du principal, sur une période d'une à trois années, selon le degré d'endettement de l'entreprise. Le même dispositif pourrait être appliqué pour les dettes parafiscales. Le FCE souhaite, aussi, la réactivation du dispositif banques-entreprises, mis en place en 1996 en matière d'endettement bancaire.
Pour le financement de l'investissement, l'organisation patronale juge nécessaire la prise de mesures à la fois contraignantes et incitatives aux banques à capitaux privés pour les amener à s'impliquer dans de le financement l'investissement productif.
Pour les banques publiques, le FCE souligne la nécessité d'ouvrir le conseil d'administration à de l'expertise indépendante aux lieu et place de la composante de fonctionnaires actuelle déconnectée de la réalité économique. Il faut également mettre un terme aux injonctions extérieures pour la location des ressources.
Par ailleurs, lors d'un point de presse le président du FCE a estimé, que le moment n'est pas opportun pour l'examen de l'avant-projet de loi de finances.

Meziane Rabhi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.