Tribunal de Tipasa: report du procès d'Abdekader Zouk au 8 décembre prochain    Non, je préfère me taire...    Les souscripteurs invités à choisir leurs sites    «L'Algérie enregistrera la croissance la plus importante d'ici 2025»    Deux syndicats appellent à la réouverture des frontières    L'Alliance socialiste australienne condamne l'agression du Maroc et appelle à la tenue d'un référendum    Maradona, l'homme de la métamorphose    Le Chabab à la conquête de l'Afrique    Bonne opération pour le Mouloudia    Zelfani limogé    Plus du quart des tests positifs au Covid-19    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    Grippe, Covid-19... Bientôt un vaccin à base de plantes ?    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    Un projet qui risque le naufrage    Alger dénonce des "accusations gravissimes et malveillantes"    Aribi termine meilleur buteur    Covid-19 et pouvoirs de police : quelles limites ?    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    Les candidatures des groupes armés rejetées    21 décès et 1 044 nouveaux cas    Les enseignants du primaire en grève demain    Plus de 45 000 déplacés au Mozambique    Large mobilisation en France    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    Visa For Music, l'art de la résilience    Intégration de la musique de l'Ahaggar dans l'organologie universelle    Tiaret : 2322 logements attribués    L'UNFA condamne les violations des droits de l'homme commises par le Maroc au Sahara occidental    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    Initiative inédite à Bordj Bou Arréridj : Un hôtel transformé en musée éclectique    Real : Zidane incapable d'expliquer la défaite face à Alaves    Liga : Le Real chute à domicile face à Alaves    Comment maintenir un bon flux sanguin ?    L'asymétrie des idioties    USTO Mohamed Boudiaf: Signature de deux nouvelles conventions de partenariat    El-Bayadh: Le maïs au secours des éleveurs    Football - Ligue 1: L'ESS, la JSS, l'USB et le NCM s'installent    LE DECOMPTE DES MORTS    Bouira: Un policier retrouvé pendu    Mercuriale: Des hauts et des bas    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    Droits de l'homme en Algérie: des partis et des organisations nationales condamnent le contenu de la résolution du PE    L'impuissance de la communauté internationale    15 ans de prison requis contre Zoukh pour octroi d'indus privilèges à la famille Hamel    L'affaire de l'automobile sera rejugée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les syndicats en renfort à Béjaïa
Mobilisation DEs étudiants
Publié dans Liberté le 16 - 10 - 2019

La 34e marche de la communauté universitaire à laquelle s'est joint le pacte des Forces de l'alternative démocratique (PAD) de Béjaïa, qui regroupe des partis de la mouvance démocratique, des syndicats autonomes et des associations, a été imposante. En effet, ils étaient des milliers à manifester, hier, dans les rues de Béjaïa. Quant à la grève générale, elle a été suivie massivement au niveau des collectivités locales, ce qui témoigne de la forte représentativité de la coordination de la wilaya de Béjaïa, du Syndicat national autonome des personnels de l'administration publique (Snapap) au niveau de la wilaya, des APC et des daïras.
Cependant, elle n'est que partiellement suivie dans les établissements scolaires bien que les syndicats autonomes de l'éducation aient pris le soin de l'organiser un mardi, soit un débrayage d'une demi-journée seulement. La question de la grève dans les écoles demeure sensible dans la mesure où celle-ci devait être organisée à l'échelle nationale, comme convenu, mais pas dans l'unique wilaya de Béjaïa.
La manifestation, formée également des retraités, qui ne ratent quasiment aucune marche, a été marquée aussi par l'implication des femmes, plus nombreuses à manifester hier, mais aussi des personnes à mobilité réduite. En dépit de la chaleur qui a sévi hier, les manifestants ont attendu au niveau de l'esplanade de la Maison de la culture bien avant 10h, l'arrivée du gros carré de la communauté universitaire, qui regroupe des étudiants, des enseignants et des ATS. La procession de la communauté universitaire est partie du campus de Targa Ouzemour avant de s'arrêter devant le premier point de ralliement : Aamriou.
Le gros carré des étudiants, des enseignants et des ATS est rejoint progressivement par les différents carrés représentant les syndicats, le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l'éducation (Cnapeste), le Syndicat national des travailleurs de l'éducation (SNTE), l'Union nationale des personnels de l'éducation et de la formation (Unpef), le Syndicat national des corps communs de l'éducation (SNCCE), le Syndicat autonome des travailleurs de l'éducation et de la formation (Satef) et le Snapap.
Les principaux slogans, scandés par les manifestants : "Dawla madania machi âaskaria" (Etat civil, non militaire) ; "Wallah man voti hata trahlou", "Olé, ola ! Kanoun el mahroukat, darouh el issabate" (Olé, ola ! la loi sur les hydrocarbures a été élaborée par les bandes mafieuses) ; "Echaâb mahou labès ; echaâb ma rahch radi" (Le peuple n'est pas bien ; le peuple n'est pas content).
Plusieurs protestataires ont préféré écrire sur des pancartes, qu'ils ont exhibées, notamment devant les objectifs des appareils photo et caméras : "Le pays n'est pas à vendre. Halte au projet de loi sur les hydrocarbures" ; "Libérez les détenus d'opinion" ; "Libérez les otages", allusion aux personnalités politiques et historiques injustement arrêtées.
L'ancien président de l'APW de Béjaïa a tenu à nous indiquer que "l'acte fondamental du mouvement du 22 février, c'est le changement radical du régime". Pour lui, le projet de loi sur les hydrocarbures ne vise qu'à détourner le mouvement de son cap. Et pour cause, a poursuivi Hamid Ferhat, "toute loi est considérée caduque et tout contrat sera frappé de résiliation. Il ne peut nullement engager la nouvelle Algérie, que nous construisons depuis le 22 février".
Pour rappel, les principaux mots d'ordre, mis en avant par les partis de la mouvance démocratique, les syndicats, les associations : "La libération des détenus politiques et d'opinion du mouvement" ; "Le rejet de la loi sur les hydrocarbures et la loi de finances 2020" ; "Le rejet de l'élection présidentielle du 12 décembre prochain" ; "Le respect des libertés démocratiques" et pour "Un processus constituant en tant qu'expression de la souveraineté populaire".

M. OUYOUGOUTE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.