Tissemsilt: marche de soutien à l'élection présidentielle du 12 décembre    Pétrole: le panier de l'OPEP se maintient à plus de 62 dollars    Charfi: "tous les moyens techniques et humains mobilisés pour assurer le bon déroulement de la campagne électorale"    Algérie - Zambie, ce soir à 20h00 : Un match spécial pour Belkebla !    USMA : L'USMA accueillera le WAC à Tchaker !    MCA 0 - JSK 3 : Les Canaris étrillent les Mouloudéens !    Para-athlétisme/Mondiaux-2019 (200m T51): médaille de bronze pour l'Algérien Berrahal    Algérie-France: le rôle de la diplomatie parlementaire dans la promotion de la coopération bilatérale souligné    12 morts dans un attentat à la voiture piégée à Kaboul    Les peuples veulent se libérer du communautarisme religieux    L'ex-directeur de l'Ecole de police réhabilité    «Il n'y aura plus de seul maître à bord»    T'as du crédit sous le capot ?    Regain de manifestations dans la capitale et le sud du pays    Entraînement spécifique pour Slimani    Le wali de Tizi Ouzou chassé par la population à Boubhir    Deux corps de Subsahariens rejetés par la mer    2 trafiquants de psychotropes arrêtés    Développer des approches scientifiques de protection des vestiges submergés    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Magic System et des artistes ivoiriens chantent la paix    Les poèmes de feu Othmane Loucif, «une transposition artistique de situations vécues»    Bolivie : affrontements à La Paz au premier jour de la présidente par intérim    La consommation de l'huile d'olive ne dépasse pas le 1,5 kg/an par personne en Algérie"    Rassemblements et marches «pro-élection» perturbés à Annaba, Laghouat et Tindouf : Une précampagne sous tension    Béjaïa : Vers une grève à l'université    Le 10e Festival international de danse contemporaine prend fin à Alger    Destitution de Trump : Début des premières auditions    Recyclage des matériaux de construction : Défis de solidité et de durabilité    Coupe de la CAF (phase de Poules) : Le Paradou débutera contre San Pedro    «Il est possible de battre l'Algérie»    Wilaya de Bouira : Conditions de scolarité intenables    Ténès: Le diabète mobilise    Le sixième candidat    Institut Cervantès d'Oran: Un concours de dessins et une exposition au programme samedi    Un plan d'action pour définir les entraves    L'agriculture dans la wilaya contribue à hauteur de 3% à l'économie nationale    MARCHES FINANCIERS La BCE a acheté près de 3 milliards d'euros d'obligations d'entreprise en une semaine    5 morts et 2 blessés en 24 heures    Pas de changement de calendrier    Appels à l'arrêt immédiat des agressions israéliennes sur Ghaza après la mort de 18 Palestiniens    Tunisie : Rached Ghannouchi ne sera pas Premier ministre    Equipe nationale : les nouveaux prêts à relever le défi    Des morts dans des manifestations anti-Condé    L'ONM appelle à la libération de Bouragaâ    Acquittement pour 5 prévenus    Tiaret : La finale du concours de chant "Sawt El Waïd" aura lieu jeudi prochain    Trois courts-métrages à l'écran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Nous sommes toujours aux côtés du peuple"
GRèVE ET MARCHE JEUDI DES AVOCATS DE BéJAïA
Publié dans Liberté le 19 - 10 - 2019

Les robes noires, qui ont manifesté leur solidarité avec les détenus d'opinion, ont rejeté l'élection présidentielle du 12 décembre.
Pari réussi pour les avocats du barreau de Béjaïa. La grève générale lancée jeudi dernier, par l'Ordre régional des avocats de Béjaïa (Orab), à travers l'ensemble des juridictions relevant de la même wilaya, a été appuyée par une imposante marche pacifique organisée dans la ville des Hammadites. C'est une journée de protestation en soutien au mouvement populaire né le 22 février, mais aussi une action de solidarité avec les détenus politiques et d'opinion ainsi que leurs familles.
"Aujourd'hui, nous sommes encore sortis dans la rue pour afficher notre soutien total à la révolution du sourire et pour dire que les avocats de Béjaïa sont toujours aux côtés du peuple. Cette journée de protestation revêt un caractère particulier, puisqu'elle coïncide avec la date commémorative des manifestations du 17 Octobre 1961 à Paris", a déclaré le bâtonnier de Béjaïa, Me Salem Khatri, à l'issue de la marche.
Ce dernier a souligné "l'engagement total et indiscutable" des robes noires de Béjaïa aux côtés du peuple "qui lutte pour une Algérie meilleure, une Algérie démocratique, de droit et de justice pour tous". "Ils peuvent nous tuer, nous jeter en prison ou nous dépouiller en nous faisant payer trop d'impôts, nous ne reculerons jamais, et ce, jusqu'à la libération de tous les détenus d'opinion et l'instauration d'un Etat démocratique", a-t-il martelé devant un parterre de journalistes.
Selon Me Khatri, les "résidus" du régime ne reculent devant rien pour faire subir des pressions et autres intimidations à toute organisation ou tout militant s'inscrivant dans cette dynamique révolutionnaire pour le changement de système politique. Par ailleurs, le premier responsable de l'Orab a tenu à dénoncer "l'entêtement du pouvoir qui tente un passage en force, en voulant imposer une élection présidentielle rejetée par la majorité des Algériens", affirmant que "nous sommes contre la sacralisation des élections qui ne sont guère un idéal, mais juste un moyen de légitimer un pouvoir.
De ce fait, nous réaffirmons notre rejet de la mascarade électorale en cours". L'orateur appellera, au passage, les deux représentants de l'Union nationale des barreaux d'Algérie (UNBA) qui siègent dans l'Autorité nationale "indépendante" chargée de l'organisation des élections (Anie), à se retirer de cette "mascarade électorale".
La marche a démarré vers 10h du siège du Palais de justice pour s'achever vers 12h30, dans l'enceinte de la même institution judiciaire où un sit-in a été organisé sur le perron de la bâtisse abritant la cour de Béjaïa. Revêtus de leurs toges, les avocats ont brandi, tout au long de leur parcours, les deux drapeaux, national et amazigh, mais aussi des banderoles et pancartes portant des slogans chers au hirak, tels que "Libérez les détenus d'opinion", "Ulac l'vote ulac", "Dawla madania, matchi âaskaria" (Pour un Etat civil et non militaire), "Halte à la répression", "Adala moustaqila" (Pour une justice indépendante).

KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.