7 symptômes qui démontrent que votre cœur ne travaille pas comme il le devrait    Le Barça officialise le départ de Suarez pour l'Atlético Madrid    Pourquoi et comment faire participer le citoyen résidant à la gestion de la ville ?    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    Tribunal de Sidi M'hamed: Les frères Kouninef condamnés à des peines allant de 12 à 20 ans de prison    Commerce: L'Algérie évalue ses accords avec les partenaires étrangers    Arabie saoudite: La omra reprendra à partir du 4 octobre    En l'espace de trois jours: Près de 450 harraga débarquent sur les côtes espagnoles    Ces conducteurs « manchots » qui passent « inaperçus »    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste abattu et 4 éléments de soutien arrêtés    TIPASA : Livraison de 1600 logements AADL    TRANSPORT DE VOYAGEURS : Une aide de 30 000 DA au profit des transporteurs    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Les frères Kouninef condamnés de 12 à 20 ans de réclusion    REOUVERTURE DES FRONTIERES : Le professeur Fourar exclut la France    La justice va confisquer aux Hamel 10000 milliards de cts    Report à fin octobre ou début novembre ?    Un terroriste abattu à Jijel    La très lente décrue se poursuit    3 ans de prison requis contre Mohamed Djemai    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    La distribution de dizaines de milliers de logements programmée    Le ministère de la Communication dépose une plainte contre M6    Révision de la Constitution : 58.628 inscrits à distance sur les listes électorales    Le Président Tebboune met en avant l'impératif de "faire avancer" le dossier de la réforme globale de l'ONU    Boukadoum s'entretient avec le chef du commandement de l'Africom    Coronavirus: 186 nouveaux cas, 121 guérisons et 9 décès    Illizi : large campagne de vulgarisation de l'e-paiement auprès des commerçants    Crise au Mali: des signes de dénouement se profilent à l'horizon    La CAPC salue la volonté de l'Etat de réviser l'accord commercial Algérie-UE    Milan AC: Cette légende du club qui encense Bennacer    La société civile, une force active sur laquelle s'adossera l'Algérie nouvelle    Le ministère de la communication dépose une plainte contre la chaîne française M6    Neghiz face à la presse    Constantine: hommage poignant à l'historien et sociologue Abdelmadjid Merdaci    USM Alger : Le gardien de but Guendouz signe    AFN: le projet d'amendement de la Constitution "permettra d'aller vers des lois au service du citoyen"    JS saoura : Ferhi s'engage avec le club africain    Guterres appelle à éviter une nouvelle guerre froide    Relecteur de "Vivant fils d'Eveillé"    Culture en bref...    Palestine occupée: Le soutien indéfectible de l'Algérie    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Nous sommes toujours aux côtés du peuple"
GRèVE ET MARCHE JEUDI DES AVOCATS DE BéJAïA
Publié dans Liberté le 19 - 10 - 2019

Les robes noires, qui ont manifesté leur solidarité avec les détenus d'opinion, ont rejeté l'élection présidentielle du 12 décembre.
Pari réussi pour les avocats du barreau de Béjaïa. La grève générale lancée jeudi dernier, par l'Ordre régional des avocats de Béjaïa (Orab), à travers l'ensemble des juridictions relevant de la même wilaya, a été appuyée par une imposante marche pacifique organisée dans la ville des Hammadites. C'est une journée de protestation en soutien au mouvement populaire né le 22 février, mais aussi une action de solidarité avec les détenus politiques et d'opinion ainsi que leurs familles.
"Aujourd'hui, nous sommes encore sortis dans la rue pour afficher notre soutien total à la révolution du sourire et pour dire que les avocats de Béjaïa sont toujours aux côtés du peuple. Cette journée de protestation revêt un caractère particulier, puisqu'elle coïncide avec la date commémorative des manifestations du 17 Octobre 1961 à Paris", a déclaré le bâtonnier de Béjaïa, Me Salem Khatri, à l'issue de la marche.
Ce dernier a souligné "l'engagement total et indiscutable" des robes noires de Béjaïa aux côtés du peuple "qui lutte pour une Algérie meilleure, une Algérie démocratique, de droit et de justice pour tous". "Ils peuvent nous tuer, nous jeter en prison ou nous dépouiller en nous faisant payer trop d'impôts, nous ne reculerons jamais, et ce, jusqu'à la libération de tous les détenus d'opinion et l'instauration d'un Etat démocratique", a-t-il martelé devant un parterre de journalistes.
Selon Me Khatri, les "résidus" du régime ne reculent devant rien pour faire subir des pressions et autres intimidations à toute organisation ou tout militant s'inscrivant dans cette dynamique révolutionnaire pour le changement de système politique. Par ailleurs, le premier responsable de l'Orab a tenu à dénoncer "l'entêtement du pouvoir qui tente un passage en force, en voulant imposer une élection présidentielle rejetée par la majorité des Algériens", affirmant que "nous sommes contre la sacralisation des élections qui ne sont guère un idéal, mais juste un moyen de légitimer un pouvoir.
De ce fait, nous réaffirmons notre rejet de la mascarade électorale en cours". L'orateur appellera, au passage, les deux représentants de l'Union nationale des barreaux d'Algérie (UNBA) qui siègent dans l'Autorité nationale "indépendante" chargée de l'organisation des élections (Anie), à se retirer de cette "mascarade électorale".
La marche a démarré vers 10h du siège du Palais de justice pour s'achever vers 12h30, dans l'enceinte de la même institution judiciaire où un sit-in a été organisé sur le perron de la bâtisse abritant la cour de Béjaïa. Revêtus de leurs toges, les avocats ont brandi, tout au long de leur parcours, les deux drapeaux, national et amazigh, mais aussi des banderoles et pancartes portant des slogans chers au hirak, tels que "Libérez les détenus d'opinion", "Ulac l'vote ulac", "Dawla madania, matchi âaskaria" (Pour un Etat civil et non militaire), "Halte à la répression", "Adala moustaqila" (Pour une justice indépendante).

KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.