Prolongation de la suspension des cours d'une semaine    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'information locale au centre des préoccupations    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quand les plans de l'AEP font défaut    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Cinq éléments de soutien arrêtés    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Béjaïa : le mouvement ne faiblit pas
13e VENDREDI DE MOBILISATION CONTRE LE SYSTÈME
Publié dans Liberté le 18 - 05 - 2019

La procession humaine s'est ébranlée de la maison de la culture Taous-Amrouche pour emprunter l'itinéraire qui la mènera au siège de la wilaya, arpentant après le boulevard Amirouche, en passant par le port, puis par la route de la gare.
Le mouvement populaire pour "le changement radical du système" est loin de faiblir à Béjaïa. En effet, des milliers de citoyens ont bravé la faim et la soif en participant à cette deuxième marche pacifique depuis le début du mois de Ramadhan pour "le départ du système et le rejet de l'élection" du 4 juillet prochain. Il était 13h et l'esplanade de la maison de la culture Taous-Amrouche est déjà noire de monde. Des manifestants affluaient de partout vers le point de départ de la marche. À 13h30, la procession humaine s'est ébranlée pour emprunter le même itinéraire depuis le début du mouvement vers le siège de la wilaya, rue de la Liberté, arpentant après le boulevard Amirouche, en passant par le port, puis par la route de la gare. Organisés en carrés, les marcheurs ont brandi des banderoles sur lesquelles ont été écrits des slogans hostiles au pouvoir. "Ni Gaïd Salah ni Bensalah, système rayah rayah", "Pour une transition démocratique", "Ulac smah ulac, ulac lvot ulac", "Matchi islamia matchi askaria, dawla madania" (ni Etat islamique ni Etat militaire, pour un Etat civil), "Nidhal nidhal hetta yesqat ennidham" (la lutte, la lutte jusqu'à la chute du système) sont autant de slogans scandés par les manifestants malgré le Ramadhan. Cela dénote, le moins que l'on puisse dire, la détermination de ces milliers de manifestants à poursuivre le combat jusqu'à son aboutissement.
"Libérez Issad Rebrab, libérez Hadj Gharmoul, libérez Louisa Hanoune"
Lors de cette 13e marche du mouvement populaire, nous avons noté la forte présence des posters du président du groupe Cevital, Issad Rebrab, brandis par des manifestants, dont des militants associatifs, des syndicalistes et des travailleurs du Groupe, exigeant sa libération au même titre que Hadj Gharmoul, Louisa Hanoune et tous les détenus d'opinion. Sur des banderoles déployées par les marcheurs, on pouvait lire : "Libérez Issad Rebrab, libérez Hadj Gharmoul, libérez Louisa Hanoune, libérez tous les détenus d'opinion. Non à la justice aux ordres."
"Pour une véritable indépendance de la justice"
Les avocats n'étaient pas en reste. Ils ont réaffirmé hier leur soutien au mouvement populaire en participant à la marche. Ils étaient des centaines à prendre part à la manifestation où ils ont scandé haut et fort : "Pour une véritable indépendance de la justice", "Âdala moustaqila, nkounou labasse" (Justice indépendante et nous serons en paix), "Art. 7 : le peuple est source de tout pouvoir", "La souveraineté nationale appartient exclusivement au peuple".
L. OUBIRA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.