L'Etat signe les décrets validant les avenants de ces contrats    La démocratisation est-elle soluble dans le pétrole ?    Mise en garde contre l'impact des réseaux sociaux sur la cohésion de la société    Pas d'entente actuellement sur l'interdiction des armes nucléaires    Mahrez absent du déplacement de Gaborone    MCA - CABBA délocalisé au stade Omar-Hamadi    13 personnes sauvées en 24 heures à Constantine    Les spécialistes tirent la sonnette d'alarme    Insistance sur la sensibilisation et la culture d'alerte pour combattre la traite des êtres humains    Remise des prix et hommage à Moussa Haddad    Des clichés immortalisant la beauté de l'Algérie    Judo / Open africain 2019 de Dakar : les Algériens Rebahi et Ezzine en or    Détérioration du passage «provisoire» sur l'oued Tamendjar à El Ancer (Jijel) : Financer en urgence un pont vital    Faire du partenariat avec les start-up "un chantier ouvert" à toutes les volontés sincères    "El-Mouggar-2019", point de départ du processus d'intégration économique africaine    Présidentielle du 12 décembre : signature par les médias de la charte d'éthique des pratiques électorales    France 24, Le Drian et Tebboune ..!    Marches pacifiques à Batna, Tébessa et Bordj Bou Arreridj    PRESIDENTIELLE : Bengrina promet un développement global    Tebboune lâché par son Directeur de campagne    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Les 5 candidats signent la Charte d'éthique    LOGEMENTS AADL 2 : Ouverture du site pour le retrait des attestations de pré-affectation    SE PLAIGNANT DE LEUR SITUATION : Les imams menacent de recourir à la grève    Belkacem Sahli trompé par son notaire    mca : Sakhri «On a eu l'accord de Medouar pour jouer le CABBA à Bologhine»    NAHD : Saoudi : «Prêts à saisir la justice pour récupérer le bilan»    JSK : Mohamed Al Tubal nouvelle recrue    Les Chiliens appelés aux urnes pour voter une nouvelle Constitution    Les manifestants durcissent leur mouvement    Le pays "ne sera plus le même" après la contestation    Qui est responsable, Air France ou Czech Airlines ?    Une élue FLN écartée de l'exécutif de l'APW    Appel à un sit-in devant le siège de Total à Montréal    Les assurances du ministère de la Santé    Un livre révèle l'infiltration des Emirats en Algérie    La sexualité dans la société arabo-musulmane : tabou, obsession, honte et honneur    "J'ai voulu raconter cette ville qui m'habite encore"    Participation de quatre artistes algériens    Ouverture prochaine d'une direction régionale de l'Onda à Béchar    El Harrouch: Camion contre voiture, 3 morts et 2 blessés    Pour fraude fiscale de plus de 670 milliards de centimes: Cinq personnes arrêtées dont trois employés des impôts    Agressions et vols, deux arrestations    Ligue 1 - Match retard PAC - USMBA: Encore une bourde de la LFP !    Human Rights Watch: La «vague d'arrestations vise à affaiblir toute tentative d'opposition»    Concours de la calligraphie arabe    Chikhi Kamel-Eddine, nouveau P-dg    Belkaroui et Zerdoum suspendus trois matchs    La présence américaine en Syrie conduirait à une résistance armée populaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le "hirak" est là pour sonner le glas de la maffia !"
La mobilisation reste intacte à Tizi Ouzou
Publié dans Liberté le 19 - 10 - 2019

C'est encore une fois une véritable marée humaine qui a déferlé sur la ville des Genêts, à l'occasion de la marche pour le changement radical du système et le rejet de l'élection présidentielle du 12 décembre.
Comme de tradition, ils étaient, encore hier, quelques milliers de manifestants à entamer la marche de l'université à 13h30, mais à peine le tronçon longeant le CHU de Tizi Ouzou entamé, la foule qui grossissait à vue d'œil est devenue des plus impressionnantes. Les carrés se forment au même moment partout, l'un derrière l'autre, sur tout le long de l'itinéraire qu'empruntent les marcheurs chaque vendredi.
Ainsi, en moins d'un quart d'heure, un tsunami populaire envahit tout le centre-ville, au point qu'il devient quasi impossible d'avancer d'un pas même sur les trottoirs occupés par des hommes, des femmes et des enfants, de toutes les catégories sociales, et venus des quatre coins de la wilaya, pour reprendre en chœur, et avec toujours autant de détermination, les slogans habituels appelant au départ de toutes les icônes du système et exprimant le rejet en bloc de la feuille de route du pouvoir, notamment l'élection présidentielle du 12 décembre, la loi de finances et la loi sur les hydrocarbures.
"Dégage Gaïd Salah, had l'âam ulac l'vote", "Gaïd Salah, Bensalah, terrahlou", "Chaâb yourid el istiqlal", "Noukni nennad atsrouhem", "Bled bledna, ndirou rayna, makanch l'vote", "Baouha l'khaouana baouha", "Qanoun el mahrouqat darouh el-îssabat" sont autant de slogans qui fusaient, parfois à l'unisson, dans les gigantesques carrés qui formaient la marche d'hier.
Outre les drapeaux, national et berbère, déployés par milliers, dans des formats géants pour certains, les manifestants ont brandi des centaines de pancartes et de banderoles sur lesquelles on pouvait lire autant de messages de dénonciation, de réaffirmation de la détermination du peuple à faire chuter le régime que de soutien aux détenus d'opinion et aux manifestants porteurs de l'étendard amazigh qui croupissent en grand nombre dans les geôles du pouvoir.
"Le hirak est là pour sonner le glas de la maffia", "Non à l'élection du 12 décembre", "Non à la loi sur les hydrocarbures", "L'Algérie n'est pas à vendre", "Non à la loi de finances", "La volonté du peuple a été toujours détournée par les urnes obscures du pouvoir. L'élection qui régénère le système ne passera plus", "Ils osent parler d'ingérence alors que la loi sur les hydrocarbures est élaborée par les multinationales", "Nos ennemis d'aujourd'hui sont pires que ceux d'hier", "La solution n'est pas dans vos élections mais dans la transition", lit-on sur certaines de ces nombreuses pancartes.

Samir LESLOUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.