Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le soutien de Bruxelles au processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    APN: reprise du débat autour de la Déclaration de politique générale du Gouvernement    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Justice: installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Un cas psychiatrique!    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Défis africains de la COP 27    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Revente en l'état: Le nombre des importateurs est passé de 43.000 à 13.000    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Les challenges de 2023    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières et à la préservation de la souveraineté territoriale du pays    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le roman, maître des arts
“Le Rideau” de Milan Kundera
Publié dans Liberté le 14 - 08 - 2005

Dans ce troisième essai de l'auteur tchèque, Milan Kundera, intitulé Le Rideau, on retrouve quelques thèmes récurrents abordés lors des deux premiers essais. Mais, ici, ils sont plus approfondis, à la lumière des nouvelles lectures et de l'hostilité qui l'oppose à certains critiques, depuis qu'il a choisi le français comme langue d'écriture. D'emblée, Le Rideau sonne comme la fin d'une époque ou la fin d'une carrière. Une sorte de testament de l'auteur qui, par le biais de cette œuvre, tente de tirer sa révérence. En effet, après son huitième roman, l'Immortalité, Kundera faisait l'aveu qu'il n'avait plus rien à dire après ça, et que son œuvre est derrière lui. Sur insistance de son éditeur, il est revenu sur sa décision en commettant trois autres romans, sans qu'ils reçoivent l'accueil escompté.
Dans cet essai, Kundera continue de défendre la chapelle du roman qu'il considère comme le maître des arts, alors que, historiquement, selon lui, il est né de façon fortuite. Les précurseurs n'ont jamais eu la prétention de fonder un nouveau territoire avec des valeurs esthétiques et spécifiques inédites. Kundera attribue cela au hasard, car la genèse de n'importe quel art est toujours inconsciente. Et ce n'est qu'après bien des siècles que cette fondation prend forme avec le cumul des différents systèmes narratifs.
C'est ainsi que le premier romancier par excellence, selon Kundera, reste Miguel de Cervantès, l'auteur du monumental Don Quichotte. Ce dernier est parti avec l'idée d'écrire une satire sur les histoires épiques, qui avaient le vent en poupe dans la péninsule ibérique, avant que les théoriciens de la littérature n'arrivent à la conclusion que l'histoire du chevalier à la triste figure recèle tous les ingrédients d'un art : le roman.
Ensuite, l'auteur revient sur le principe de la continuité dans une œuvre artistique. Ce principe de la continuité est la marque de fabrique de chaque artiste ou de chaque écrivain. Ce sont tous les indices esthétiques spécifiques qui nous permettent d'attribuer tel roman à tel auteur, à la première lecture, sans se tromper. Le troisième thème abordé par Kundera, c'est ce qu'il nomme “le provincialisme en littérature”, en opposition à la mondialisation ou à la culture dominante.
Dans ce petit village terrestre, où les normes se standardisent et les choses s'uniformisent, il n'y a que le roman qui arrive à résister.
C'est pour cette raison qu'on trouve, jusqu'à présent, une littérature sud- américaine, française, algérienne... Pour finir, Kundera n'oublie pas de faire un plaidoyer en faveur du rattachement de son pays d'origine à l'Europe occidental. Dans cet essai, Kundera garde toujours une vision européocentriste très réductrice et qu'étant un grand lecteur, il a le devoir de s'ouvrir sur les autres littératures, car elles existent et peuvent elles aussi séduire les plus exigeants.
Le Rideau de Milan Kundera, éditions Gallimard, Paris, avril 2005.
Slimane Aït Sidhoum


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.