L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Impressionnante foule pour la 37e marche
Le 1er novembre a donné un nouveau souffle au mouvement de contestation à Tizi Ouzou
Publié dans Liberté le 06 - 11 - 2019

Alors qu'ils n'étaient que quelques dizaines à battre le pavé durant les premières semaines de la rentrée sociale, puis quelques centaines durant tout le mois d'octobre, les étudiants, dont le nombre a déjà fortement augmenté lors de leur marche qui a précédé celle du 1er novembre, sont descendus, hier, dans la rue en nombre encore plus impressionnant. Ils étaient, en effet, plusieurs milliers à participer à la 37e marche pour exprimer leur rejet de l'élection présidentielle du 12 décembre et réclamer une rupture radicale avec le système actuel. Appuyés par les enseignants, par les travailleurs de l'université à l'appel du Snapap et par de nombreux citoyens, les étudiants ont entamé leur marche à 11h depuis l'entrée du campus Hasnaoua en scandant "Djazaïr hourra democratia" et "Ulac l'vote ulac". En arpentant la montée du stade du 1er-Novembre, l'imposante foule, que de nombreux passants ont rejointe au fur et à mesure qu'elle avançait, scandait à tue-tête : "Siyada châabiya, marhala intiqalia" (Souveraineté populaire, période de transition) et "La Teboune, La Benflis, chaâb houa erraïs". Aux nombreux passants qui se contentaient d'observer la marche de loin, la foule scandait : "Hadh el hirak ouadjib watani, khelli tiliphoune, arwah mâana" (Ce hirak est un devoir national, laissez de côté le téléphone et venez avec nous). En première ligne de chacun des carrés qui formaient la marche, une large banderole est déployée. Sur la première, on pouvait lire : "Libérez les détenus politiques, otages du régime." "Non à la loi sur les hydrocarbures", "Oui pour une transition démocratique, non à l'alternance clanique, c'est au peuple d'écrire sa Constitution souverainement", lit-on sur les autres banderoles. Des centaines de pancartes sur lesquelles étaient écrits, entre autres, "Le peuple ne veut pas de votre élection préfabriquée, il exige votre départ", "Vous ne pourrez jamais faire avorter notre révolution", "Non à l'élection sans transition", "Pour un régime civil et non militaire", ont été brandies par les étudiants, qui ont traversé le centre-ville de Tizi Ouzou, pour se diriger vers la place de L'Olivier, sous d'interminables klaxons de soutien des véhicules coincés dans les embouteillages.

Samir LESLOUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.