Législatives du 12 juin: 35 personnes sous mandat de dépôt et 10 autres sous contrôle judiciaire    L'ACTE POLITIQUE, LA FORME ET LE FOND    Le FFS dénonce: Une «offensive abjecte» contre des symboles de l'unité nationale    Energie: Sonelgaz veut conquérir les marchés africain et arabe    Alimentation en eau potable: Deux nouvelles stations de pompage à Oued Tlelat et Gdyel    Ecole nationale polytechnique d'Oran «Maurice Audin»: Signature d'une convention-cadre avec Sonatrach    Coupe de la CAF: La JS Kabylie met un pied en finale    CR Belouizdad: Il faudra aussi convaincre    Accident mortel à Aïn Naadja: L'auteur condamné à 3 ans de prison    De nouveaux équipements arrivent: Bombardiers d'eau et drones contre les feux de forêt    Alger: Deux ouvriers meurent électrocutés    Le changement en Algérie est-il impossible?    Tébessa: Il était une fois, la place de la Révolution    Réponse à M. Nouredine Boukrouh    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    L'enjeu des locales et la survie des partis    Une ambition en sursis    La belle leçon d'italien du professeur Mancini    Brèves    Fin de saison pour Frioui?    Selma Bédri, sur du velours    Les mesures phares mises en exergue    Les ressources humaines en point de mire    5 Tentatives de suicide en deux jours    Un téléphérique, dites-vous!    Il se donne un coup de lame    Djerad: la répudiation    Les élections en ligne de mire    Chanegriha à Moscou    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Urban Jungle» expo à l'USBA    «Les planches me manquent!»    Suppression officielle début juillet    34 ans de négociations et toujours pas d'accords !    Qui succédera à Chenine ?    Qu'en est-il pour les visas ?    366 nouveaux cas et 10 décès    4 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    Le Président Tebboune félicite Guterres pour sa réélection à la tête de l'ONU    Mali: L'application de l'accord de paix est "poussive", regrette le CMA    Le Soudan qualifié    À quoi joue Haftar ?    Les Béjaouis décrochent !    L'ESS ne fait pas de cadeau !    Actuculte    APLS: Poursuite des attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Carnet de voyages - Lettre des états-Unis d'Amérique : Le putschisme carnavalesque    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fièvre du 1er Novembre n'a pas baissé
Une foule immense a pris part à la marche malgré la pluie à Tizi Ouzou
Publié dans Liberté le 09 - 11 - 2019

Ils étaient, certes, moins nombreux que le 37e vendredi qui a coïncidé avec la date historique du 1er Novembre, mais ils étaient encore plus d'une centaine de milliers de manifestants à descendre dans la rue avec autant de détermination que la semaine dernière pour crier haut et fort autant d'anciens que de nouveaux slogans adaptés aux nouveaux développements qu'a connus la scène politique nationale. La marée humaine d'hier a entamé sa marche depuis l'université de Tizi Ouzou en exprimant sa colère contre les magistrats qui ont effectué un revirement spectaculaire en mettant fin à leur grève, après avoir fait croire pendant dix jours qu'ils allaient se battre jusqu'au bout pour l'indépendance de la justice. "Ya lil âar, ya lil âar, el qadhi yetbaâ be dinar", scandait la foule à tue-tête. Dans un imposant carré avançant sur la route de l'hôpital, les manifestants, tout en brandissant des billets de banque, scandaient encore : "Dhasourdi ken ithnirhan, la justice oulach lamen" (Y a que l'argent qui les intéresse, plus jamais de confiance en la justice). Sur une large pancarte, une des rares brandies en cette journée de grosses pluies, on pouvait lire "Messieurs les magistrats, l'argent ne fait pas le bonheur".
Outre ces slogans adressés aux magistrats, c'est le slogan réclamant un Etat civil qui a connu, hier, un retour en force dans la rue. À la tête d'un carré, on pouvait lire sur une large banderole : "Primauté du politique sur le militaire", avec d'un côté le portrait d'Abane Ramdane et de l'autre celui de Larbi Ben M'hidi. Cela dit, la foule n'a pas omis les autres habituels slogans rejetant l'élection présidentielle puisque les "Ulac l'vote ulac" et "Makanch intikhabat ya l'îssabat" étaient très souvent scandés ou portés sur les banderoles. Il en était de même pour la revendication d'une transition démocratique qui a été mille et une fois exprimée à travers le slogan "Siyada li chaâb, marhala intiqalia" et également pour celle de la libération des détenus d'opinion exprimée par le slogan "Libérez les otages, libérez les détenus", qui a été scandé partout et écrit sur des pancartes et les banderoles déployées aux côtés des nombreux portraits de détenus d'opinion et d'activistes du hirak arbitrairement emprisonnés. Sur certaines pancartes encore, on pouvait lire des messages appelant les artistes et la famille sportive à rejoindre le mouvement populaire ou encore des messages louant l'union du peuple, sa maturité, son endurance et sa détermination à faire chuter le régime et à faire de son élection "un véritable fiasco". À noter qu'au centre-ville de Tizi Ouzou une minute de silence a été observée à la mémoire des trois soldats tués dans une opération terroriste.
Samir LESLOUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.