Inter Milan-Milan AC : Les compositions probables    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 10ème journée    Le ministre de l'Enseignement supérieur chahuté par les étudiants    Report du procès en appel de Zoukh au 6 février    Attar insiste sur le développement de la pétrochimie    La première session du Cnes «nouveau» se tiendra en février    Aït Ali rencontre les représentants de la filière    Inquiétudes sur l'offre et le prix des viandes    La patrie d'Armstrong et la dignité des peuples : un challenge existentiel    L'Afrique du Sud appelle Biden à annuler la décision de Trump    Rome attend du Caire une collaboration "complète"    Revoilà les manifestations du pain au Soudan    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Charfi répond aux «petits» partis    Huit activistes condamnés à 10 000 DA d'amende    Leknaoui à la rescousse    Isla de retour, forfait de Rebiai    "Difficile de prédire le vainqueur de la League anglaise"    La rue assaillie par les mécontents    Faible mobilisation des travailleurs    Un mort et trois blessés    Les réactions s'enchaînent en Algérie et en France    Des gargotes pour les haltes solitaires    Lupin ou la consécration des séries télévisées européennes    Mesures à l'encontre des coupables    Mémoires sur le mouvement syndical algérien    Distinction des lauréats du concours de la "Meilleure interprétation théâtrale"    Paroles d'un porte-parole    CNAS Alger : Appel à la déclaration annuelle des salaires (DAS 2020)    MO Béjaïa : L'ère Karouf a commencé    US Biskra : La dégringolade semble inexorable    Le monde en bref...    Des figures historiques oubliées par l'école de la République    Jean-Philippe Ould Aoudia : Mémoire, vérité et réconciliation    Culture : Le sociologue Liess Boukraa s'est éteint    Hadjer Ben Boubakeur. Chercheuse en musicologie : «C'était risqué pour le régime algérien de contrecarrer la musique hirakiste»    Football - Ligue 1: Duels des extrêmes à Tlemcen et Alger    Tiaret: Prochaine connexion de la wilaya avec l'autoroute Est - Ouest    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    ANSEJ, JEUNES, EMPLOIS ET PERIMETRES POIGNANTS    «Salaire dérisoire» et «prime Covid-19 non perçue»: Protestation des communaux devant le siège de l'APC    Constantine: 20 policiers morts du Covid-19 dans la région Est    Examens nationaux: Près de 2 millions d'élèves inscrits via la plateforme du ministère de l'Education    Des histoires à raconter    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Le nouveau directeur de l'éducation installé    La justice se déjuge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Exécutif veut un statut particulier pour Sonatrach
Fiscalité
Publié dans Liberté le 12 - 11 - 2019

Le ministre de l'Energie, Mohamed Arkab, souhaite que le secteur des hydrocarbures ait sa propre fiscalité. Sauf que cela n'est pas possible en l'état actuel de la législation. Son collègue, Mohamed Loukal, chargé du portefeuille des Finances, dans l'actuel Exécutif, lui vient en aide en proposant d'apporter un amendement à la loi organique 15-18 relative aux lois de finances.
Mohamed Loukal a précisé l'objet de l'amendement et l'a défendu à l'occasion d'une réunion avec la commission des finances et du budget de l'APN. Le ministre des Finances s'efforce, en fait, de faire modifier l'article 18 de ladite loi en y rajoutant un nouvel alinéa. Ce dernier stipule que "le régime fiscal applicable aux activités à venir liées au secteur des hydrocarbures pourrait être introduit à un statut particulier en excluant les dispositions relatives aux exonérations fiscales".
Le ministre des Finances a expliqué que par activités à venir, il faut comprendre l'exploration, l'exploitation et la production et que le statut fiscal spécifique prévu dans l'amendement dont il est question ne concerne, en aucun cas, l'activité d'exportation des hydrocarbures ni la taxe imposée sur les recettes de ces exportations, mais concerne uniquement les contrats de partenariat dans les activités à venir.
En ce sens, souligne-t-il, cet amendement n'affectera, en aucun cas, la fiscalité pétrolière relative aux cours et à la quantité, mais concernera plutôt les recettes sur lesquelles repose la loi de finances, étant l'unique loi habilitée à accorder des exonérations fiscales quel que soit le secteur. ll ajoute que "la négociation des partenaires de Sonatrach directement avec la société nationale des hydrocarbures sur les détails de la fiscalité appliquée aux contrats de partenariat dans les domaines de prospection et d'exploration leur redonnera confiance et mettra fin à la bureaucratie dans ce domaine".
Ce faisant, le ministre des Finances a touché à une loi (la 15-18) qui entrera en vigueur en 2023. Celle-ci sera ainsi amendée avant même d'être appliquée. Cela fait "mauvaise impression", selon la commission parlementaire dont certains membres n'arrêtent pas de demander"est-ce que l'Algérie dispose réellement d'une vision future ou stratégique dans le domaine juridique et est-ce qu'il est normal que treize mois seulement après l'amendement de cette loi (la 15-18), le gouvernement vienne nous proposer de l'amender à nouveau en se référant à la loi 84-17 concernant la fiscalité du secteur des hydrocarbures ?
L'Exécutif souligne que l'objectif de cet amendement est d'attirer les investisseurs étrangers, mais comment pouvons-nous nous attendre à attirer ces investisseurs, alors que les lois changent chaque année ?" Amendée l'année dernière à travers l'introduction de réformes de fond, la loi organique 17-84 relative aux lois de finances autorisait, en son article 13, la possibilité de la législation fiscale à travers d'autres textes que les lois de finances, notamment pour ce qui concerne la loi sur les hydrocarbures. Cette possibilité a été annulée par l'article 18 de la loi 15-18 cité plus haut.

Youcef Salami


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.