LDC : Séville se qualifie comme Chelsea pour les huitièmes    L'Algérie, un "élément clé" dans les régions africaine et méditerranéenne    Schalke 04 : Un dirigeants recadre Harit    Réunion de Djerad avec les walis: la situation sanitaire et l'approvisionnement en eau potable au menu    Le film "Abou Leila" de Amine Sidi Boumediene primé en France    Le report de plusieurs affaires pénales intervient à "la demande de la défense des accusés"    Jeux olympiques 2021 : remise de subventions à 325 athlètes représentant 21 fédérations    Sahara Occidental : Convergence des positions russe et algérienne    Pétrole: la demande mondiale atteindra près de 104 millions b/j d' ici 2025    Illizi: recensement de plus de 17.690 sites archéologiques depuis 2016    STRESS HYDRIQUE : Des mesures urgentes pour assurer l'approvisionnement en eau    DEPUIS L'APPARITION DU CORONAVIRUS : Décès de 120 employés de la Santé    MOSTAGANEM : La Conservation des forêts retient un objectif de plus 300.000 plants    Médéa: neuf nouvelles communes "bientôt" alimentées à partir du barrage de "Koudiate Acerdoune"    Karim Tabbou répond à Emmanuel Macron    Foot / Ligue 1 (2020-2021) : Medouar prône l'union pour réussir une saison "exceptionnelle"    Real : Benzema trop court pour le match face à l'Inter Milan    Fin de l'AP-OTAN avec la participation d'une délégation de l'APN et du Sénat    Le premier couac du projet de Anthar Yahia    Le président de la CAF Ahmad Ahmad suspendu cinq ans    L'Algérie perd 2 milliards de m3 de gaz à l'exportation    Tergiversations au Conseil de la Nation    Le juge demande un complément d'enquête    Saisie de plus de 7 kilos de drogue    La situation s'améliore nettement à Alger    Décès de l'ancien Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi    Les premiers pas de «Enamla», le premier théâtre privé à Oran    Achèvement des travaux de réfection de la salle de cinéma Ifriqia    L'association El Mostakbal entame la formation des encadreurs des bibliothèques communales    L'héritage    Le gouvernement guinéen interdit les manifestations    Le Soudan veut modifier la méthode des négociations    Les habitants pris au dépourvu    Aigle Azur va rembourser ses clients    Plus de 10 700 dossiers pour 848 logements    Semaine mouvementée pour les hirakistes d'Oran    Le RAJ exige l'abandon des poursuites contre ses militants    Décès de Abderrachid Boukerzaza: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Le procès Benfisseh reporté au 7 décembre    Un taux de participation provisoire entre 38 et 40%    "Entendez-vous dans les montagnes..." de Maïssa Bey traduit en italien    "Mes peintures sont une invitation au voyage"    Sessions de formation théâtrale au profit des jeunes Casbadjis    Chetaïbia (Ouled Chebel) : Absence de structures sportives    EHU 1er Novembre: 60 malades du Covid-19 en soins intensifs ou en réanimation    Gestion des risques majeurs: Une nouvelle loi en préparation    L'INVICIBILITE DU TEMPS    1.005 nouveaux cas et 19 décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Présidentielle : les soutiens encombrants de Tebboune
Les partisans du 5e mandat accourent vers le candidat
Publié dans Liberté le 12 - 11 - 2019

S'il assure n'être "le candidat de personne", Abdelmadjid Tebboune rallie déjà à sa cause beaucoup d'anciens soutiens d'Abdelaziz Bouteflika.
Quelques heures après la confirmation des candidatures officiellement retenues pour l'élection présidentielle fixée pour le 12 décembre prochain, des partis politiques, associations et personnalités commencent à afficher leurs préférences. C'est le candidat Abdelmadjid Tebboune qui semble avoir la cote auprès des anciens soutiens d'Abdelaziz Bouteflika. Bizarrement, la première organisation à avoir déclaré sa "flamme" à celui qui se présente comme un "candidat indépendant" est l'Association des zaouïas. Cette association, qui a notamment été aux manettes lors de plusieurs visites effectuées par l'ancien ministre de l'Energie Chakib Khelil à plusieurs zaouïas du pays en 2016, a annoncé soutenir Abdelmadjid Tebboune.
Si cette association ne représente pas toutes les institutions religieuses traditionnelles du pays, elle a toujours accompagné l'ancien système politique. Même lorsque des millions d'Algériens sortaient dans les rues pour réclamer le départ d'Abdelaziz Bouteflika, cette organisation continuait d'apporter son soutien à celui qui faisait de ces institutions religieuses un tremplin pour arriver au pouvoir. Outre les zaouïas, le parti El-Islah, qui a tout misé sur le cinquième mandat pour Abdelaziz Bouteflika, s'est vite empressé d'apporter son soutien, lui aussi, à Abdelmadjid Tebboune.
Son secrétaire général, Filali Ghouini, qui s'est spécialisé ces dernières années dans le soutien indiscutable et inconditionnel au pouvoir, a déclaré soutenir le candidat Tebboune. "Après concertation avec les membres du madjliss echoura, nous avons décidé de soutenir, par conviction, le candidat indépendant, Abdelmadjid Tebboune", a annoncé Ghouini, sur un ton solennel. Le discours est la copie conforme de celui que l'homme avait prononcé, le printemps dernier, pour étayer son soutien au cinquième mandat pour AbdelazizBouteflika. D'autres anciens soutiens au chef de l'Etat déchu s'apprêtent à soutenir son ancien Premier ministre.
C'est le cas du secrétaire général de l'Alliance nationale républicaine (ANR), Belkacem Sahli. Si le candidat malheureux à la candidature (son dossier ayant été rejeté pour, notamment, insuffisance des parrainages d'électeurs) ne s'est pas encore prononcé publiquement, son entourage assure qu'il déclarera son appui à l'ancien ministre de l'Habitat dans les prochaines heures.
"Une chose est sûre : il ne soutiendra pas Benflis", assure un de ses proches. Si le Front de libération nationale n'a pas donné de consigne de vote, des militants et cadres de ce parti se bousculent au portillon des représentations locales du candidat Abdelmadjid Tebboune. Les listes des représentants de ce candidat au niveau local regorgent en effet de noms de militants et cadres du FLN.
Parmi eux, beaucoup ont appuyé, avec un zèle remarquable, la démarche qui visait à offrir à Abdelaziz Bouteflika un nouveau mandat présidentiel en avril dernier. Du côté du FLN pourtant, on assure que le vieux parti, qui fait face à un rejet populaire sans précédent dans le sillage du mouvement citoyen en cours, ne donnera pas de consigne de vote. "Du moins, pas pour le premier tour", assure un cadre du parti, qui préfère se mettre en retrait en ces temps de révolution populaire contre le système politique.
Notre interlocuteur assure même que l'ancien parti unique n'avait pas aidé Abdelmadjid Tebboune, formellement militant de ce parti, à recueillir les parrainages des électeurs. Mais "il y a toujours des opportunistes" qui se jettent dans les bras du candidat dont ils pensent qu'il est "soutenu par le système". L'idée qui fait d'Abdelmadjid Tebboune "le candidat du système" précipitera de nouveaux soutiens dans son giron. Le candidat, lui, surfe sur cette vague, même s'il peut lui en coûter de compter autant de supporters qui furent des partisans notoires de Bouteflika et même du 5e mandat.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.