Tottenham : Une offre pour En-Nesyri ?    [Vidéo] La déferlante Casbah-Bab El Oued en puissance    Sous le signe de solidarité avec les pompiers à Bouira    Prix littéraire Méditerranée 2021 : Boualem Sansal lauréat    Législatives du 12 juin: Ennahda appelle les citoyens à se rendre massivement aux urnes pour choisir leurs représentants    Football / Coupe de la Ligue : USMA-MCA éclipse tout    La stabilité de la région tributaire du respect par le Maroc de ses frontières internationales    LE 8 MAI 1945, LE 8 MAI 2021, UN MÊME MOT D'ORDRE : RENDEZ-NOUS L'ALGERIE !    V 116 : Le Hirak change d'itinéraire    Coronavirus: 219 nouveaux cas, 142 guérisons et 8 décès    Equipe nationale de football : Algérie - Mauritanie le 3 juin à Blida    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    Insistance sur la nécessaire implication dans le processus électoral    Elaboration d'une feuille de route relative à l'enseignement de Tamazight    La journée de la mémoire "n'est pas exclusive aux seules massacres du 8 mai 1945"    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    Covid-19: des autorisations d'exportation de masques "prochainement délivrées"    Les réserves d'eau du pays "suffisantes jusqu'à l'automne prochain"    Massacres du 8 mai 1945: Des films sur la résistance et la révolution programmés à Sétif    Juanfran pas tendre avec Neymar : "Il est insupportable"    Mahrez: "difficile de remporter la ligue des champions si..."    Un jeudi apocalyptique à M'sila    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Mahrez a mis Paris à ses pieds    Messaoudi (JSS) maintient le cap    L'opposition conteste la prise de pouvoir par les militaires    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    La Cnas lance une application au profit des femmes enceintes    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    563 LSP à Souidania : Le projet en stand-by    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'armée hausse le ton    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    «Nous voulons la vérité des faits sans complexes»    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Nous ne ferons jamais marche arrière !"
MARCHE DU MOUVEMENT POPULAIRE à BéJAIA
Publié dans Liberté le 16 - 11 - 2019

Le rejet définitif du scrutin présidentiel du 12 décembre prochain, la libération de l'ensemble des détenus du hirak et le départ de tous les symboles du système ont été au cœur des revendications mises en avant par les milliers de manifestants béjaouis qui ont défilé, hier, dans les artères principales de la capitale des Hammadites. La 39e marche du mouvement de contestation populaire, né le 16 février à Kherrata, a été l'occasion pour la population de Béjaïa de réitérer sa détermination à poursuivre le combat pacifique que mènent les Algériens depuis près de neuf mois déjà pour "libérer le pays des mains de la îssaba" (bande maffieuse).
"H'naya ouled Amirouche, marche arrière ma n'walouch. Talbine el houriya" (Nous, les descendants du colonel Amirouche, ne ferons jamais marche arrière. Nous réclamons la liberté), "Chaâb houwa li yeqarar" (C'est le peuple qui décidera), "Chaâb yourid el istiqlal" (Le peuple veut l'indépendance)… autant de slogans qui ont marqué la manifestation d'hier qui s'est ébranlée, vers 13h30, depuis la maison de la culture Taos-Amrouche. Munie des drapeaux national et amazigh, la déferlante humaine a eu à parcourir l'itinéraire habituel partant du carrefour d'Aâmriw jusqu'à la haute ville, tout en brandissant les portraits de certains détenus du mouvement populaire, tels ceux du moudjahid Lakhdar Bouregâa, de Samira Messouci, de Karim Tabbou, de Fodil Boumala… "Libérez les otages (détenus)", scande par endroits la foule, dénonçant au passage les condamnations prononcées, la semaine écoulée, par le tribunal de Sidi M'hamed (Alger), à l'encontre des porteurs du drapeau amazigh.
Réaffirmant leur engagement à rejeter massivement la énième mascarade électorale, imposée par un régime disqualifié et honni par le peuple, les Béjaouis ont descendu en flammes les cinq candidats en lice, considérés comme étant des "potiches" qui tentent de prolonger le système de Bouteflika. "Tebboune el cocaïne, hab iwali raïs" (Tebboune, trafiquant de cocaïne, veut devenir président), "Makanch intikhabat mâa l'îssabat" (Pas d'élection avec la bande maffieuse), "Ulac l'vote ulac" (Pas de vote), "Ulac smah ulac" (Pas de pardon), "Système dégage", n'ont cessé de scander les manifestants tout au long de leur parcours.
Par ailleurs, les marcheurs n'ont pas omis de réclamer à nouveau le départ des figures du régime de Bouteflika, notamment le chef de l'Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, et le gouvernement de Bedoui. "Ya Ali, ya Abane, ba3ouha l'maricane" (Ali La Pointe et Abane Ramdane, ils ont vendu l'Algérie aux Américains), "Dawla madania, matchi askaria" (Pour un Etat civil et non militaire), "Djazaïr hourra democratia" (L'Algérie libre et démocratique vivra), ont-ils scandé.

KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.