Sahara occidental: une délégation américaine arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes et El Bakari    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Tindouf: les postes frontaliers entre l'Algérie et la Mauritanie réceptionnés octobre prochain    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    L'université est un important allié pour réaliser la transition écologique et le développement durable    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Akim Zedadka confirme son départ de Clermont Foot    Rio Ferdinand évoque "une honte historique" au sujet de Mbappé    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Des mentalités à formater    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Les directeurs des CEM se rebellent    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    La société civile en question    Les dernières retouches    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Doutes sur les capacités à gouverner de Jemli
Formation du nouvel exécutif en Tunisie
Publié dans Liberté le 02 - 12 - 2019

Les affrontements de vendredi soir, après la mort d'un jeune Tunisien en s'immolant par le feu à Sidi Bouzid, berceau de la "Révolution du Jasmin", sont symptomatiques d'une Tunisie qui n'arrive toujours pas à retrouver la voie de la stabilité.
Des doutes commencent à se faire de plus en plus entendre sur les capacités du Premier ministre désigné, Habib Jemli, à former son gouvernement en Tunisie, presque deux mois après les législatives qui ont consacré la victoire d'Ennahdha dans un Parlement aux voix éparpillées.
Selon Baouli Mbarki, secrétaire général adjoint de la puissante centrale syndicale l'Union générale tunisienne du Travail tunisiens (UGTT), "le chef du gouvernement désigné de former un nouveau gouvernement a du mal à y parvenir en raison de la disparité politique et parlementaire obtenue par le résultat des élections", lit-on sur le site de la radio privée Mosaïques FM.
L'UGTT, qui souhaite un exécutif capable de sortir le pays de la crise, selon son SG Nourredine Taboubi, a appelé M. Jemli à former un gouvernement de compétences "en évitant les intérêts partisans", a affirmé encore M. Mbarki. Même son de cloche chez son ancien SG, Houcine Abbassi, qui a affirmé "espérer une concession des partis politiques pour accélérer la formation du nouveau gouvernement", a rapporté l'agence officielle TAP.
Habib Jemli est-il vraiment l'homme qu'il faut dans le contexte de crise que traverse la Tunisie ces 5 dernières années ? L'ancien secrétaire général démissionnaire d'Ennahdha, Zied Laâdhari, estime aussi que le choix de M. Jemli n'était pas "judicieux", minant le parti islamiste de l'Intérieur, car le personnage est contesté par certains cadres et militants. Pour M. Laâdhari, les consultations qui n'ont que trop duré, sont "folkloriques", lors de son passage sur la chaîne de télévision Attessia, samedi soir, ajoutant que M. Jemli n'a pas suffisamment d'expérience pour gérer la situation actuelle en Tunisie.
"Après avoir rencontré Habib Jemli, je ne peux que prier pour que Dieu vienne en aide au pays… J'ai acquis la conviction que le pays se dirige droit vers l'inconnu", a déclaré pour sa part Lotfi Meraïhi, leader de l'Union populaire républicaine.
Pour rappel, le président Kaïes Saïed s'était opposé au choix d'Ennhdha de désigner Habib Jemli, ancien ministre dans le gouvernement de la Troïka et considéré comme un proche du parti islamiste. Mais la Constitution tunisienne donne le droit au parti gagnant aux législatives de désigner le Premier ministre qui doit toutefois obtenir l'assentiment de 109 députés sur les 217 que compte l'Assemblée nationale tunisienne pour espérer gouverner avec les ministres qu'il aura choisi. Autrement, le président de la République se chargera de désigner un autre Premier ministre pour former son gouvernement, et en cas d'échec de celui-ci, Kaïes Saïed n'aura d'autre choix que de convoquer de nouvelles législatives, un scénario fort probable.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.