Belhimer : consacrer la place de leader de la Télévision publique dans le secteur audiovisuel    Algérie-Emirats arabes unis : nécessité de renforcer la coopération bilatérale et de poursuivre les concertations    Douanes: réduire le temps de stationnement des conteneurs dans les ports    Cour suprême: poursuites contre l'ancien wali de Mostaganem Abdelwahid Temmar    Djerad reçoit le ministre émirati des Affaires étrangères    Robert Moreno évoque le cas Slimani    Cinq pays au 10eme Festival international du théâtre de Bejaia    Une force africaine en Libye garantira le respect du cessez-le-feu    Les consommateurs dénoncent    HADJADJ : Arrestation de 2 vendeurs illicites de boissons alcoolisées    L'EHU d'Oran au chevet des malades de Tiaret    TIZI-OUZOU : Destruction d'une casemate pour terroristes    BECHAR : Un dealer condamné à 3 ans de prison pour trafic de drogues    L'APN LUI DONNE UN DELAI DE 10 JOURS : Abdelkader Ouali refuse de renoncer à son immunité parlementaire    Découverte d'un bain romain    Nomination de Ahmed Bensebbane à la tête de l'EPTV    Visite d'Erdogan à Alger: le caractère stratégique des relations entre les deux pays réaffirmé    Amitié entre les peuples: Ghlamallah prendra part à une conférence en Croatie    Coupe de la CAF : Le Paradou hypothèque ses chances de qualification    Hand/Tournois de qualification olympique: l'Algérie dans le groupe de l'Allemagne    Sit-in de solidarité avec Ilyas Lahouazi    Les efforts de lutte contre la corruption stagnent dans les pays du g7    Un "terminus" brutal pour la JSK    Le WA Tlemcen rejoint l'O Médéa en tête du classement    Casoni pose ses conditions    Les Algériennes en regroupement à Alger    La défaillance de l'EGSA    Enquêtes sur les biens immobiliers des hommes d'affaires    "Le hirak n'a pas vocation à conquérir le pouvoir"    Lahouazi, Alloune, Khallil et Ferhani sous contrôle judiciaire    5 morts et 32 blessés dans un accident de la circulation    Biscuits roulés à la cannelle    Le ministère de la Santé recommande de reporter les voyages prévus en Chine    Convergence de vues entre Tebboune et Erdogan    L'Algérie condamne avec "force"    Liban : le nouveau gouvernement rejeté par la rue    Hirak : discuter pour être indiscutable    Sortir ...Sortir ...Sortir ...    Deux moi ou la comédie romantique réinventée    Hommage et recueillement à la mémoire de matoub lounès    Au Louvre, une œuvre cinétique de l'artiste vénézuélien Elias Crespin    Serie A : La Juventus chute face à Naples    Crise libyenne: Un conflit naît dans les laboratoires américains ?    SEOR: Perturbation de l'alimentation en eau dans 12 communes    Tunisie: Vers un nouveau gouvernement ?    Assemblage de tramways: Alstom n'a pas respecté le contenu de l'accord    Mouvement dans le corps des walis    La présidente par intérim candidate à la présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un nouvel essai en ligne d'Ahmed Cheniki
"L'Algérie contemporaine, cultures et identités"
Publié dans Liberté le 08 - 12 - 2019

Dans son ouvrage, L'Algérie contemporaine, cultures et identités, l'universitaire Ahmed Cheniki propose une lecture de la réalité culturelle de l'Algérie, interrogeant son identité, soumise, selon lui, à des influences culturelles et linguistiques successives qui ont fini par "marginaliser ses structures autochtones".
À travers cet essai anthropologique de 226 pages, l'auteur tente de rendre compte "des influences culturelles plurielles" ayant investi l'imaginaire social algérien à travers le temps, en laissant "des traces qui ont détourné l'individu de son être originel".
L'ouvrage est publié par Hal, une plateforme française en ligne destinée au dépôt et à la diffusion des articles de chercheurs. S'appuyant sur une bibliographie de plus de 140 ouvrages, l'auteur entame sa réflexion en questionnant l'histoire de l'Algérie, théâtre d'une succession d'occupations coloniales, pour aborder ensuite les conditions ayant permis "l'adoption des formes de représentation occidentale", favorisée par l'ouverture et la fréquentation de l'école française qui n'était pas accessible à tous, comme le rappellera l'auteur.
Cette situation a, selon l'essayiste, favorisé la mise en œuvre de "nouveaux langages", méthodes et approches, faisant de l'école "le lieu central où s'articulent les nouveaux discours" basés, soutient-il, sur la tendance à appliquer "les concepts européens" aux productions culturelles autochtones.
Pour saisir cette réalité sur la culture, les arts et la littérature durant les premières années de l'indépendance, l'universitaire propose une plongée dans l'histoire avec "la réalité paradoxale" d'après 1962.
Selon lui, les premières années postindépendance seront marquées par l'émergence "d'un discours double et ambivalent", hérité de la pensée dominante et qui devait consacrer dans les faits la politique de déculturation.Cette même réalité, observe-t-il, se présente comme un paysage culturel aux apparences figées, égaré dans les abîmes "du ponctuel et du provisoire".
L'absence de normes dans l'expression artistique a favorisé la dualité entre "le discours de l'élite", souvent nourri de concepts importés, et celui des strates de la société profonde "encore ancré dans les paysages de la culture de l'ordinaire" dans son expression quotidienne et autochtone, écrit-il. L'esprit rural empreignant la représentation culturelle, les différentes manifestations artistiques et littéraires "dénotaient d'un univers en déshérence". Une telle situation laissait apparaître "des conflits latents masqués par une unité de façade", mais dissimulant mal "des situations opaques et un certain désenchantement" provoqués par une césure et un fossé profonds entre l'élite et le reste de la société, constate encore l'auteur.
Analysant la situation sociolinguistique de l'Algérie à travers les différentes crises qui l'ont secouée – celle de 1980 avec la revendication de l'identité amazighe et les controverses linguistiques récurrentes –, Cheniki en arrive à la problématique, toujours posée, "des place et fonction des langues dans la création artistique" (littérature, théâtre et cinéma). Plus avant, l'auteur porte un regard historique sur la mutation socioculturelle en Algérie, à travers l'examen de la réalité du livre, de la critique et de la censure en interrogeant le présent, pour se pencher ensuite sur "la situation thématique et esthétique du cinéma" à travers sa production, le parcours de ses hommes, ses tendances ainsi que son organisation. Il consacre aussi tout un chapitre de son essai au théâtre.
Dans L'Algérie contemporaine, cultures et identités, l'auteur projette sa réflexion dans l'universalité bien comprise, celle qui se nourrit de l'expérience humaine et favorise l'interaction des cultures du monde, loin de toute concurrence entre elles. Chercheur et essayiste, Ahmed Cheniki compte à son actif une quinzaine d'ouvrages sur le théâtre algérien, arabe et africain notamment. Il est également enseignant à l'université de Annaba et professeur invité dans des universités en Europe et dans les pays arabes.

APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.