«Retour de l'argent sale à la faveur des alliances»    Le projet renvoyé aux calendes grecques    «Les vraies raisons de l'immobilisme»    Les start-up algériennes à Rome    On ne renoncera pas!    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    L'UGTT réclame un «dialogue national»    Les Verts se penchent sur l'Egypte    Haaland peste contre l'arbitrage    Pochettino sous forte pression    Le Cnapeste persiste dans sa grève cyclique    Les travailleurs de la santé courroucés    5 décès et 149 blessés enregistrés en 24 heures    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    La musique andalouse dans tous ses états    L'écrivain Pierre Rabhi n'est plus    Le FLN increvable    Augmentation pénalisante des prix    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Les médecins libéraux contestent et menacent    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    Le FFS fait son bilan    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    «J'aimerais marquer plus de buts pour l'Algérie»    A ou A', ces Verts hybrides tiendront-ils longtemps ?    La direction demande le report de la rencontre face à l'USMA    Algérie, Maroc et Egypte    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine dans plusieurs secteurs    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    Appel à une coordination entre le Conseil de paix et de sécurité de l'UA et les pays africains    Le président de l'Etat de Palestine reçu par le chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Le procès du président du MDS reporté à dimanche prochain    Une ambition technologique de l'Algérie : l'hydrogène sera le gaz naturel en 2030    16 opérations d'exportation réalisées en novembre    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    Rencontre internationale sur l'œuvre de M'hamed Safi El Mostaghanemi    Spectacle époustouflant de musique flamenco    Retour sur le parcours du penseur    Le Cameroun dans l'incertitude    INDUSTRIE : PLUS DE 400 PROJETS BLOQUES PAR LA BUREAUCRATIE    Il y a les vrais, et il y a les faux !    "Notre participation a été un succès"    Patchwork d'alliances pour la gestion des APC    Report du procès en appel de Abdelkader Zoukh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



À quand la création des zones d'activité ?
Communes de Draâ El-Mizan et de Tizi Ghennif (Tizi Ouzou)
Publié dans Liberté le 28 - 12 - 2019

Annoncée en 2012, la création d'une zone industrielle de 111 ha s'est transformée au fil du temps en une véritable Arlésienne, dont on entend parler mais que l'on ne voit jamais.
Après des espoirs nourris durant quatre longues années, le Conseil interministériel a décidé, en 2016, suite aux réclamations des agriculteurs locaux, de revoir à la baisse la superficie initiale de cette zone à 27 ha pour la partie située sur le territoire de Tizi Ghennif et à 21 ha pour celle de Draâ El-Mizan. Selon un élu local, le dossier des indemnisations est clos depuis quelques mois, mais concernant l'étude et l'aménagement, aucune suite n'a été donnée.
Du coup, c'est le développement local tant espéré par la population qui en prend un coup. Ces terrains sont localisés à proximité de la future pénétrante vers l'autoroute Est-Ouest, ce qui constitue un véritable atout pour attirer les investisseurs, d'autant plus que la région recèle d'importantes potentialités.
Dans cette partie sud de la wilaya de Tizi Ouzou, tout le monde s'accorde à dire que la réalisation de ces deux zones d'activités est la seule solution pour résorber le taux de chômage dans ces localités où pratiquement toutes les petites entreprises ont été fermées durant la période du plan d'ajustement structurel du début des années 90.
Il est à rappeler que Draâ El-Mizan avait déjà bénéficié d'une zone d'activités de 57 ha en 1983, totalisant 35 lots, mais comme elle n'est pas viabilisée, les acquéreurs des lots ont soit abandonné leurs activités soit ne les ont même pas lancées.
D'ailleurs, sur les 15 lots affectés aux investisseurs, il n'y en a que deux ou trois qui activent toujours sur les lieux, malgré l'absence de toutes les commodités nécessaires, comme l'eau, le gaz naturel, les voies et autres réseaux. Dans cette zone, il reste encore 13 lots non attribués et deux non cessibles.
L'ex-wali de Tizi Ouzou, Mohamed Bouderbali, avait même instruit le maire d'agir en étroite collaboration avec l'organisme de la gestion des zones industrielles afin de récupérer les lots non lancés et de mettre fin à l'anarchie qui règne dans cette zone, mais la situation est restée bloquée après les premières mises en demeure. Cependant, la population locale continue de s'interroger à quand la concrétisation de ces deux zones qui semblent être remises aux calendes grecques ?

O. Ghilès


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.