La revanche de Tayeb Zitouni    La Cour de Tipasa dément    Pourquoi l'Arabie saoudite profitera le plus du chaos    Des instructions pour accélérer la cadence des travaux    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    La FAF sort de son mutisme et dénonce une "campagne de médisance    Maintien du confinement partiel jusqu'au 13 juin    L'UGCAA et l'Anca appellent à la reprise des activités économiques et la réouverture des commerces    Djerad plaide pour l'allègement de la dette    L'Algérie rappelle son ambassadeur en France    Les commerçants réclament la reprise de leurs activités    Décès d'El-Youssoufi: le Président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    Plus de 20.000 civils tués ou blessés en 2019 dans seulement 10 conflits    DERNIER MEMBRE EN VIE DU GROUPE DES 22 : Le président Tebboune reçoit Othmane Belouizdad    TOSYALI ORAN : Troisième exportation de 10.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    LA SAISON BAS SON PLEIN A ORAN : Le thon cédé entre 1000 et 1300 DA le kg    TAXES SUR L'IMPORTATION DES VEHICULES NEUFS : Les précisions de Ferhat Ait Ali    L'OPPOSANT KARIM TABBOU PRIVE D'UN APPEL TELEPHONIQUE : La Cour de Tipasa dément    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 1339 interventions durant le mois de Ramadhan    Le MJS et le COA décidés à travailler dans un "climat de sérénité"    Diplomate yéménite: "le Maroc n'a aucune souveraineté sur le Sahara occidental"    Décès de Abderhamane El Youssoufi: une étoile du Grand Maghreb s'éteint    137 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Le massacre des Ouffia à El-Harrach (Alger): un crime qui révèle la barbarie de la France coloniale    Affaire d'enregistrement sonore: les présidents de l'USB et du CABBA convoqués    Covid19-Championnat d'Algérie: Medouar sceptique sur une éventuelle reprise    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    La prison rouge de Ferdjioua (Mila), témoin de la barbarie de la France coloniale    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Saâdaoui, l'homme par qui le scandale est arrivé    Biskra, la Mitidja du Sud    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





À tout jamais…
90e partie
Publié dans Liberté le 30 - 12 - 2019

Résumé : Kamélia a décidé de ne pas rentrer au village où tout lui rappelle son agression. Elle tient à être suivie par une gynécologue en ville et à garder un œil sur Idir. Elle n'a pas cherché à s'imposer dans sa vie. Une infirmière la garde informée de tout ce qu'il fait. Elle est heureuse de savoir qu'il va mieux. Entre-temps, au village, la famille et les amis font pression sur son père pour qu'il pardonne à Tewfik. Ce dernier a été condamné à la prison. La peine lui semble bien légère.
Les derniers mois passent, et c'est par une belle journée de printemps que Kamélia met au monde un garçon. Ses parents les ont rejoints, heureux de voir la famille s'agrandir. Moh est ému en tenant son petit-fils pour la première fois. Fathma, qui n'arrive pas à contenir sa joie, pousse des youyous. Elle aurait aimé qu'Idir soit là et que la naissance du petit réussisse à les rapprocher.
-Comment l'as-tu nommé ?
-Adem.
-Bonjour Adem.
Les grands-parents sont complètement fous du petit.
-Ils ne savent pas ce qu'ils ratent, dit Fathma à sa fille. Je suis sûre qu'Idir doit penser à vous deux. J'espère qu'il s'est remis de son agression.
-Ne vous fâchez pas, glisse Kamélia, mais j'allais souvent à proximité du centre de rééducation et je sais qu'il s'en remet doucement. Il est concentré sur ses soins. Il commence à récupérer. Il a meilleure mine.
-Ça fait plaisir à savoir. Quand il verra son fils, il va tout oublier, tout abandonner, pour être avec lui.
Des coups à la porte d'entrée retentissent. Fathma va ouvrir. Elle accueille à bras ouverts Nawel. C'est elle qui a accompagné Kamélia à la maternité et qui l'a ramenée le lendemain, avec un petit ange dans les bras.
-Kamélia est la sœur que je n'ai pas, dit Nawel. Je suis heureuse d'avoir un neveu aussi beau. Je l'adore.
Elle prend des photos souvenirs. Le bébé passe de main en main.
Moh décide de sortir pour les laisser entre femmes. Fathma sort de son panier des tupperwares et les ouvre, laissant de bonnes odeurs envahir le studio.
-Je t'ai préparé une bonne soupe, un gratin d'aubergines, de la bonne galette.
-Hum ! J'en ai l'eau à la bouche. Sers-moi s'il te plaît, dit Kamélia après avoir déposé son bébé dans son berceau.
Fathma prépare la table et invite les deux jeunes femmes à prendre place. Elle les regarde manger avec appétit. Elle s'est assise près du berceau, ne se lassant pas de regarder son petit-fils.
-Kami, ma fille, ça y est. On a pris notre retraite, lui apprend-elle. On sera disponibles. Pour vous gâter. Ton père ne te l'a pas encore dit, mais on a acheté une villa qui possède deux entrées et deux jardins. On s'est permis de faire des projets pour nous quatre, ou cinq. Le rez-de-chaussée est pour toi. Il a été aménagé de façon à ce que ton mari puisse circuler avec un fauteuil roulant, même pour sortir dans le jardin, sans aide.
Kamélia pleure d'émotion. Elle sait combien ils tiennent à eux.
-Vous n'auriez pas dû, lui dit-elle. Je refuse de vivre, de retourner au village.
Fathma a un sourire.
-Oui, on le savait et on comprend pourquoi. La villa n'est pas au village. On a acheté en ville, dans un quartier résidentiel. Dès que tu le voudras, on vous y emmènera. Ce n'est pas très loin d'ici.
-Yemma, je ne sais pas quoi dire. Merci, merci. Vous avez pensé à tout. Mais Idir n'est pas encore avec nous. Il n'a jamais cherché à me contacter.
Nawel manque de s'étrangler en criant de surprise, en prenant son portable.
-Kami ! Il vient d'aimer les photos d'Adem que j'ai partagées dans ma page sur les réseaux sociaux, lui apprend-elle. Je m'excuse ! J'ignorais qu'il était un de mes abonnés. Regarde ! Il les a toutes aimées. Il a même laissé un commentaire, dit-elle, le cœur battant à tout rompre. Il veut savoir si c'est son fils. Qu'est-ce que je lui dis ?

(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.