Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    Le ministère du Commerce disposé à apporter toute l'aide nécessaire aux éleveurs    Une délégation de l'APN prend part à la 14e session de l'APM à Athènes    Mouvement de protestation du PNC: poursuite des perturbations des vols d'Air Algérie    Libye: le règlement de la crise est lié à l'engagement des parties libyennes    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : 45 décès et 1494 blessés en une semaine    Presse électronique: nécessaire régularisation juridique pour mettre fin aux "ambiguïtés"    Ferhat Ait Ali charge les opérateurs de l'électroménager    OUVERTURE D'UN CONSULAT IVOIRIEN AU SAHARA OCCIDENTAL : L'Algérie dénonce une violation du droit international    RECUPERATION DES FONDS TRANSFERES VERS L'ETRANGER : Un dispositif sous tutelle du ministère de la Justice    LUTTE CONTRE LE COMMERCE INFORMEL DES OISEAUX PROTEGES : Vers l'installation d'une commission mixte à Oran    ORAN : Saisie de plus de 58 tonnes de tabac à chiquer    LOGEMENTS AADL : Nasri ordonne la finalisation des projets programmés    Le procès de l'ancien DGSN, Abdelghani Hamel, reporté au 11 mars    Ennahda, «l'homme malade» de la politique tunisienne    L'an II de la révolution algérienne .Les mots du Hirak    Mandat d'arrêt contre 700 personnes pro-Gulen    Les Sang et Or n'y arrivent plus    L'année du sacre du Chabab ?    Belhocini file en tête avec 10 buts    "C'est frustrant d'avoir perdu deux points face au PAC"    Le Targui    À tout jamais…    Hausse des frais du visa aux consulats algériens    Un an d'assiduité au hirak    Poutine limoge l'un de ses conseillers emblématiques    Lancement prochain d'une opération de pêche préventive    Près de 1 900 morts, mais l'OMS se veut rassurante    La communauté indigène visée par un autre assassinat    ACTUCULT    Exposition géante sur la guerre d'Algérie dans l'Oise    Mouni Benkhodja expose le "Corpo" et ses tourments    L'engagement de Mouloud Feraoun durant la guerre en débat    Graeme Allwright : l'âme des «protest singers» en France    LFP/Sanctions : Cinq entraîneurs suspendus    Le Président Tebboune reçoit le Directeur du département Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie centrale au FMI    Blida: 15.400 logements en construction à Meftah    El-Bayadh - Projets en retard : des responsables mis en demeure    Amnesty Algérie: Le Hirak, une mobilisation «exceptionnelle»    Procès de Kaddour Chouicha à Oran: Verdict le 3 mars    Tiaret: Des distributeurs automatiques hors service    Plus de 207 km de fibre optique réalisés en 2019    L'échec du professionnalisme dans le football: L'ASM Oran, un cas d'école    En réaction à la «répression policière»: Les enseignants du primaire appellent à une action nationale    Tlemcen: Une caravane pas comme les autres dans les écoles    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    Tebboune relence le débat sur lamémoire    "Je ne suis pas mort"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entre modernité et sonorités ancestrales
Ouverture à Tamanrasset du 11e festival national de la musique et de la chanson Amazighes
Publié dans Liberté le 11 - 01 - 2020

Le commissaire du festival, Mouloud Fertouni, a insisté sur l'importance de ce rendez-vous culturel visant non seulement à ancrer l'identité amazighe, mais surtout la préservation du legs national en offrant des espaces d'expression aux artistes.
Le coup d'envoi de la 11e édition du Festival national de la musique et de la chanson amazighes a été donné, avant-hier soir, à Tamanrasset dans une ambiance riche en sonorités. La cérémonie d'ouverture de ce rendez-vous culturel, qui s'est déroulée sur l'esplanade jouxtant la Maison de la culture de la ville où s'est érigée la grande scène du festival, a été marquée par le traditionnel défilé des troupes folkloriques de baroud et l'exécution des morceaux musicaux puisés du riche patrimoine culturel de cette région millénaire.
La diva de la chanson targuie, Lala Badi, a été à l'honneur de cette édition qui se veut une occasion pour redonner un nouveau souffle à cette manifestation qui a, faut-il le rappeler, été vidée de son essence à l'ère du ministre Azzedine Mihoubi pour des raisons autres que celles qu'on voulait faire croire à l'opinion publique, a-t-on expliqué.
La présence du secrétaire d'Etat chargé de la production culturelle, Salim Dada, qui aura choisi la capitale de l'Ahaggar pour y effectuer sa toute première sortie en qualité de membre du gouvernement, a laissé quelques lueurs d'espoir se faufiler à l'horizon, particulièrement chez les amateurs de musique et les talentueux du verbe qui se sentent toujours victimes de marginalisation et d'exclusion longtemps justifiées par l'austérité imposée par la bande mafieuse qui incarne le régime en place.
Dans son allocution prononcée en présence du wali de Tamanrasset et l'ensemble des autorités conviées à la cérémonie, Salim Dada n'était pas clair dans son engagement, mais il a affiché sa volonté de changer les pratiques héritées des responsables du chaos imprimé à ce secteur névralgique.
Il a ainsi promis de parrainer les initiatives portant sur la production documentaire permettant de pérenniser le patrimoine culturel matériel et immatériel de la région, à même d'accompagner les jeunes talents en herbe dans le parcours pour parvenir à les propulser vers le professionnalisme et des horizons meilleurs.
Le commissaire du festival, Mouloud Fertouni, est quant à lui revenu sur l'importance de ce rendez-vous culturel visant non seulement à ancrer l'identité amazighe, mais surtout la préservation du legs national en offrant des espaces d'expression aux artistes qui s'emploient à protéger leur culture et son authenticité.
Pour ce qui est de cette 11e édition rendue possible grâce à l'apport de l'Office national des droits d'auteurs, de l'Office du Parc national et culturel de l'Ahaggar et de la maison de la culture Dassine de la capitale de Tin Hinan, M. Fertouni s'enthousiasme pour relancer des artistes prometteurs qui pourront se reproduire sur des scènes internationales. Pas moins de 26 troupes musicales, dont 16 modernes et 8 folkloriques, auront ainsi la chance de se partager la scène et se produire devant un public mélomane de la chanson amazighe.
La manifestation qui s'étalera jusqu'au 12 du mois en cours verra aussi la participation de vedettes locales, dont Amasli n'Ahaggar, Iderchane, Issessaren et Ténessa ainsi que des troupes de musique populaire d'expression amazighe. Deux troupes de la wilaya de Ghardaïa et d'Adrar (Timiaouine) seront honorées par le commissariat du festival qui s'est assigné, entre autres objectifs, la préservation du legs lyrique national et l'échange d'expériences entre participants en vue de promouvoir la chanson amazighe.
Ce faisant, "il est impératif de revoir complètement la politique des festivals culturels en matière de financement et d'organisation et penser à multiplier les espaces permettant aux nouvelles voix d'émerger", préconise M. Fertouni, qui a également parlé de la proposition relative à l'ouverture d'une annexe de l'Institut national supérieur de musique à Tamanrasset.
Notons que le programme de ce festival coïncidant avec la célébration du nouvel an amazigh, Yennayer, prévoit également des compétitions entre les jeunes troupes participantes, lesquelles seront qualifiées à l'issue des festivals locaux, pour primer les meilleures interprétations en chanson amazighe.
Les récompenses, précise le commissaire du festival, seront attribuées par trois membres du jury, à savoir Youcef Keloum, (musicien), Youcef Lassaker (artiste-journaliste) et Bilal Boukharis (musicien).

RABAH KARÈCHE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.