El Hachemi Djaaboub, nouveau ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale    Barça : Koeman réclame un attaquant    Rencontre entre Benbouzid et Chitour: L'utilisation des énergies renouvelables dans le secteur de la santé au menu    Lyon officialise l'arrivée de Paqueta    Le transport urbain collectif autorisé à circuler durant les week-ends    Finance islamique: accompagner et appuyer les banques par les lois nécessaires    L'Algérie a amorcé une étape de "changement positif"    Real Madrid: Hazard encore blessé !    Coronavirus : 162 nouveaux cas, 111 guérisons et 8 décès    Le Président Tebboune reçoit les lettres de créance de trois nouveaux ambassadeurs    Mohamed Bedjaoui inculpé dans l'affaire de l'autoroute est-ouest    Justice: le verdict du procès de Mourad Oulmi reporté au 10 octobre prochain    DECES DU CHEIKH SABAH AL AHMED : Le président Tebboune présente ses condoléances    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Un groupe de travail pour renforcer la numérisation    ORAN : La mer rejette un corps à Ain Turck    SURETE NATIONALE (DGSN) : Saisie d'une quantité de cannabis traité et de psychotropes    Sud : accroissement du nombre de cas importés de paludisme    Sportifs d'élite et de haut niveau: des accès à l'emploi et études envisagés par le MJS    Le projet de révision de la Constitution garantit aux juges une large indépendance dans l'exercice de leurs fonctions    Accidents de la route: 5 morts et 153 blessés en une journée    Laghouat: un bouquet d'activités artistiques en ouverture de la saison culturelle    La question fait l'objet d'une profonde réflexion    Bakou et Erevan affirment s'infliger de lourdes pertes    Benkhemassa dans l'équipe-type de la semaine    Le stage de Mostaganem a commencé    Aziz Benabdi signe pour 3 saisons    Mokka change de look    Labiodh Sidi Cheikh, une généalogie berbéro-arabe    Actucult    Véronique Cayla, ex-patronne d'Arte et du CNC, bientôt à la tête des César    Tazmalt marche pour la libération de son fils    Signature de huit conventions entre l'ADE et des microentreprises    À contre-"courant"    "Il est temps de restituer l'Etat à la nation"    L'Anie définit les contours de la campagne    Relogement de 138 familles    Le ministre promet d'ouvrir le dossier du secteur touristique    Moyen-Orient : Décès de l'émir du Koweït    Amnesty dénonce un acharnement judiciaire contre les manifestants    Les Etats arabes n'ont pas respecté leur engagement    L'ONU appelle à préserver la paix    La collection Tin Hinan de retour avant la fin de l'année    Leur reportage et nos anémies citoyennes    À l'abandon depuis des années    Deux ou trois réflexions après l'attaque au couteau de Paris    Le syndrome libanais    HUMEURS PREFABRIQUEES    Les délais de dépôt des comptes sociaux prorogés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entre modernité et sonorités ancestrales
Ouverture à Tamanrasset du 11e festival national de la musique et de la chanson Amazighes
Publié dans Liberté le 11 - 01 - 2020

Le commissaire du festival, Mouloud Fertouni, a insisté sur l'importance de ce rendez-vous culturel visant non seulement à ancrer l'identité amazighe, mais surtout la préservation du legs national en offrant des espaces d'expression aux artistes.
Le coup d'envoi de la 11e édition du Festival national de la musique et de la chanson amazighes a été donné, avant-hier soir, à Tamanrasset dans une ambiance riche en sonorités. La cérémonie d'ouverture de ce rendez-vous culturel, qui s'est déroulée sur l'esplanade jouxtant la Maison de la culture de la ville où s'est érigée la grande scène du festival, a été marquée par le traditionnel défilé des troupes folkloriques de baroud et l'exécution des morceaux musicaux puisés du riche patrimoine culturel de cette région millénaire.
La diva de la chanson targuie, Lala Badi, a été à l'honneur de cette édition qui se veut une occasion pour redonner un nouveau souffle à cette manifestation qui a, faut-il le rappeler, été vidée de son essence à l'ère du ministre Azzedine Mihoubi pour des raisons autres que celles qu'on voulait faire croire à l'opinion publique, a-t-on expliqué.
La présence du secrétaire d'Etat chargé de la production culturelle, Salim Dada, qui aura choisi la capitale de l'Ahaggar pour y effectuer sa toute première sortie en qualité de membre du gouvernement, a laissé quelques lueurs d'espoir se faufiler à l'horizon, particulièrement chez les amateurs de musique et les talentueux du verbe qui se sentent toujours victimes de marginalisation et d'exclusion longtemps justifiées par l'austérité imposée par la bande mafieuse qui incarne le régime en place.
Dans son allocution prononcée en présence du wali de Tamanrasset et l'ensemble des autorités conviées à la cérémonie, Salim Dada n'était pas clair dans son engagement, mais il a affiché sa volonté de changer les pratiques héritées des responsables du chaos imprimé à ce secteur névralgique.
Il a ainsi promis de parrainer les initiatives portant sur la production documentaire permettant de pérenniser le patrimoine culturel matériel et immatériel de la région, à même d'accompagner les jeunes talents en herbe dans le parcours pour parvenir à les propulser vers le professionnalisme et des horizons meilleurs.
Le commissaire du festival, Mouloud Fertouni, est quant à lui revenu sur l'importance de ce rendez-vous culturel visant non seulement à ancrer l'identité amazighe, mais surtout la préservation du legs national en offrant des espaces d'expression aux artistes qui s'emploient à protéger leur culture et son authenticité.
Pour ce qui est de cette 11e édition rendue possible grâce à l'apport de l'Office national des droits d'auteurs, de l'Office du Parc national et culturel de l'Ahaggar et de la maison de la culture Dassine de la capitale de Tin Hinan, M. Fertouni s'enthousiasme pour relancer des artistes prometteurs qui pourront se reproduire sur des scènes internationales. Pas moins de 26 troupes musicales, dont 16 modernes et 8 folkloriques, auront ainsi la chance de se partager la scène et se produire devant un public mélomane de la chanson amazighe.
La manifestation qui s'étalera jusqu'au 12 du mois en cours verra aussi la participation de vedettes locales, dont Amasli n'Ahaggar, Iderchane, Issessaren et Ténessa ainsi que des troupes de musique populaire d'expression amazighe. Deux troupes de la wilaya de Ghardaïa et d'Adrar (Timiaouine) seront honorées par le commissariat du festival qui s'est assigné, entre autres objectifs, la préservation du legs lyrique national et l'échange d'expériences entre participants en vue de promouvoir la chanson amazighe.
Ce faisant, "il est impératif de revoir complètement la politique des festivals culturels en matière de financement et d'organisation et penser à multiplier les espaces permettant aux nouvelles voix d'émerger", préconise M. Fertouni, qui a également parlé de la proposition relative à l'ouverture d'une annexe de l'Institut national supérieur de musique à Tamanrasset.
Notons que le programme de ce festival coïncidant avec la célébration du nouvel an amazigh, Yennayer, prévoit également des compétitions entre les jeunes troupes participantes, lesquelles seront qualifiées à l'issue des festivals locaux, pour primer les meilleures interprétations en chanson amazighe.
Les récompenses, précise le commissaire du festival, seront attribuées par trois membres du jury, à savoir Youcef Keloum, (musicien), Youcef Lassaker (artiste-journaliste) et Bilal Boukharis (musicien).

RABAH KARÈCHE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.