Le Président Tebboune réitère son engagement à récupérer les restes mortuaires des chouhada    Real : Un rêve d'enfance pour Reinier    Agriculture: bientôt un recensement du cheptel national de vaches laitières    Industrie: vers une révision de la réglementation en faveur de l'investissement    Boukadoum reçu par Fayez Al-Sarraj à Tripoli    "Prétendue réclamation des forces de maintien de l'ordre": démenti catégorique de la DGSN    Ligue 2 (19e j): le RC Arbaâ sur le podium, l'ASM Oran étrillée à Boussaâda    BELHIMER SOULIGNE LES BIENFAITS DU HIRAK : Vers le 22 février, ‘'journée nationale''    COUR SUPREME : Deux anciens walis de Skikda placés en détention provisoire    DEBRAYAGE DANS LE CYCLE PRIMAIRE : Les enseignants menacent de boycotter les examens    ORAN : 10 nouveaux appareils d'analyses médicales pour le CHU    Air Algérie: la Justice ordonne l'arrêt immédiat de la grève du PNC    Amar Belhimer annonce prochainement un encadrement juridiquement    Karim Younès nommé médiateur de la République    Arrestation d'un groupe d'extrême droite qui visait des mosquées    "Opticharge" lance sa plateforme logistique digitale    Une fatalité ou un choix de facilité ?    La course des strapontins s'emballe !    Dortmund-PSG et Atlético-Liverpool pour ouvrir le bal    Hammouche reste confiant pour la suite    «La libéralisation du code des collectivités locales est une priorité»    Cumul retraite et nouvelle activité    Une famille s'en remet au ministre de l'Habitat    Le trafic routier basculé vers la RN5    12 000 foyers concernés à Batna en 2020    Un colis de près de 40 kg de kif rejeté par la mer à Abou-el-Hassan    Tizi Ouzou : hommage à la conteuse et poétesse Djedjiga Bourai    Chidekh Azouz présente ses ouvrages à El-Milia    Des journées dédiées au théâtre révolutionnaire    Il était une fois, la halqa et la waâda    ACTUCULT    Coronavirus : Fin de confinement et aucun cas de Covid 19    Train de vie de l'état : Halte aux excès !    «Je livrais des uniformes et des armes à l'ALN»    En bref…    Syrie : L'armée syrienne libère plusieurs localités    RCA – MOB : Les Crabes visent un bon résultat    France : Les incidences positives de l'immigration    Ateliers d'art-thérapie pour enfants malades à El Oued : Une première dans la région    Plaidoyer pour la conservation et la préservation du patrimoine culturel et artistique africain    USM Bel-Abbès: Les dettes, un casse-tête pour Benayad    La diseuse de choses «vraies» !    Nouvelles opérations de rapatriement: Plus de 70 Subsahariens transférés vers leurs pays d'origine    Ligue 1: ASAM 1 - USMA 1: Un nul équitable    Karim Younes nommé médiateur de la République    Manifestations pro etcontre une nouvelle Constitution    Le Groupe PSA poursuit son projet d'implantation industrielle à Tafraoui    13 harraga algériens secourus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Collo : recrudescence inquiétante des "boat people"
émigration clandestine
Publié dans Liberté le 20 - 01 - 2020

Le phénomène de l'émigration clandestine via la traversée du sud vers le nord de la Méditerranée prend de l'ampleur et devient le sujet local le plus développé dehors et en famille. Les parents qui ont des jeunes sans emploi vivent une véritable angoisse vu que chaque matin les gens se réveillent avec de nouvelles tentatives de "harga". Durant cette dernière semaine, ces tentatives ont sensiblement augmenté vu que les conditions climatiques et surtout une mer calme comme de l'huile ont encouragé même les plus hésitants à tenter l'aventure.
Ce ne sont plus les tentatives sporadiques des années précédentes, ce sont de véritables marées humaines à l'image des "boat people" qui embarquent depuis différents points du littoral skikdi et principalement à partir de la baie de Collo. Selon des recoupements, c'est une centaine de jeunes à bord d'une dizaine d'embarcations de fortune qui a pris le large à partir du littoral du massif de Collo vers les côtes italiennes durant cette dernière quinzaine.
Durant cette période, seule une tentative de 12 jeunes a avorté après l'intervention des gardes-côtes de la façade maritime de Skikda. Plusieurs points de départ sont énumérés, mais celui de la plage de Lekbiba, entre Collo et Chéraïa, est devenu la mecque des harraga au point que sur un panneau de signalisation routière, installé à l'entrée ouest de la ville de Chéraïa, la destination de l'Italie a été rajoutée ironiquement à celle indiquant la direction vers Collo et Tamanart (voir photo ci-jointe).
C'est une destination "va-t-en-guerre" car le risque est au péril de la vie, mais cela ne décourage guère des jeunes qui ont perdu tout espoir de voir les choses s'améliorer dans une région considérée comme la plus marginalisée du pays. L'émigration clandestine n'a connu de répit que durant les premiers mois du début du hirak, les jeunes pleins d'espoir espéraient que les choses changeraient avant de retomber dans le désespoir.
Dès lors, la "harga" a repris de plus belle vers l'Italie via la traversée clandestine de la Méditerranée. Une destination, il faut signaler, seulement de transit avant de gagner le nord de l'Europe, notamment l'Angleterre où les opportunités de réussir seraient meilleures qu'en Italie ou en France.
Les nouvelles des harraga qui ont réussi à débarquer sur l'autre rive de la Méditerranée, transmises via les réseaux sociaux, et qui ne montrent d'ailleurs que le côté jardin de leur vie, encouragent les autres jeunes à tenter l'aventure, à faire de même.
Ce phénomène gravissime qui est en train de vider cette région de ses jeunes a même inspiré un cinéaste amateur local qui a réalisé une série de courts métrages qui fait le buzz sur les réseaux sociaux. Les autorités concernées ont le devoir de se pencher sérieusement sur ce fléau en prenant en compte les raisons réelles qui poussent ces jeunes à risquer leur vie pour fuir leur misère.
Des efforts devront être consentis pour rétrécir le fossé du déséquilibre du développement local entre une région et une autre. Cependant, ce ne sont ni les conseils ni les conférences sur le phénomène qui vont décourager les postulants à l'émigration clandestine. Il leur faut du concret, à savoir l'espoir de trouver un emploi et de fonder une famille.

A. Boukarine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.