Le bâtonnier violemment pris à partie par les avocats    Marches et rassemblements à Jijel    Les manifestants dénoncent les tentatives de récupération    Ça se passe ainsi, chez Ali Benhadj    Gros risques sur les banques    Des potentialités inexploitées    Rencontre algéro-française à Alger    Menaces sur l'industrie laitière    Le chef rebelle Riek Machar investi vice-président du Soudan du Sud    L'extrême droite dans le collimateur en Allemagne    Les discussions sur la Libye reprendront mercredi à Genève    L'angoisse monte en Italie    La Chine progresse dans le traitement des patients atteints du nouveau coronavirus «Covid-19»    De Yalta au monde unipolaire et à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire -1re partie-    Le Chabab, un leader bien fragile    Le Targui    À tout jamais…    Une trentaine de participantes attendues    Plus de 500 kg de kif traité saisis en 2019    Le saviez-vous… ?    Vu à El-Eulma (Sétif)    L'Algérie en quatrième position    ...sortir ...sortir ...sortir ...    "La poésie d'Anna Gréki répond à notre actualité"    Amour et oppression dans la Chine du VIIIe siècle    Un bon, devenu une brute et un truand !    Mes fausses notes    Batna: le café culturel discute l'état des lieux du théâtre d'expression amazighe en Algérie    Coronavirus: la propagation du virus inquiète l'OMS, l'Europe menacée    Secousse tellurique de magnitude 3.0 dans la wilaya de Mascara    Le Nigeria réaffirme sa position constante sur la juste cause du peuple sahraoui    Une exposition collective d'arts plastiques sur le patrimoine historique algérien à Alger    Ligue 2 : Pas de boycott de la 20e journée    Jeux Méditerranéens d'Oran 2021 : Salim Ilès fait le point    Membres de l'ancien Conseil supérieur de la jeunesse: accompagner les initiatives des jeunes pour une Algérie nouvelle    Le représentant du Front Polisario en Espagne prend officiellement ses fonctions    Filière boisson: les préoccupations des industriels passés en revue    Le Hirak boucle sa première année    Tébessa: Un mort dans une collision    Mouvements de grèves sauvages: Le ministère de l'Education met en garde    Aflou: Deux sœurs tuées par le monoxyde de carbone    Football - Ligue 1: Le CRB chute encore à Biskra, l'ESS sur un nuage    Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Grande mobilisation du hirak    "C'est le peuple qui a sauvé le pays"    Lancement du nouveau Groupement algérien des acteurs du numérique    Victoire impérative des Verts    Samsung prépare sa DexBook : Transformer son smartphone en PC    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les manifestants exigent la libération des détenus
49e marche populaire à Alger
Publié dans Liberté le 24 - 01 - 2020

Des milliers de manifestants ont investi les rues d'Alger, ce vendredi, pour exiger la libération des détenus d'opinion et le changement radical du système.
La 49e marche a débuté timidement en raison d'un important dispositif policier déployé tout au long de la rue Didouche Mourad jusqu'à la rue Khelifa Boukhalfa. En effet, plusieurs fourgons occupaient les axes principaux du centre-ville, ainsi que des agents de police dispersaient les premiers manifestants afin d'empêcher les rassemblements. L'entrée du siège du RCD a été d'ailleurs carrément bouclée par un cordon sécuritaire, alors que quelques militants du parti ont été interpellés plus tard du côté de la place Audin.
En dépit des tentatives d'intimidations de la part des forces de l'ordre, les manifestants n'ont pas abdiqué, bien au contraire, à partir de 14h, les manifestants ont aussitôt pris possession des lieux, notamment à hauteur de la rue Victor Hugo, où ils ont entamé leur marche.
Les rues d'Alger s'étoffaient ainsi au fur et à mesure avec l'arrivée des citoyens qui affluaient des autres quartiers de la capitale, de Sacré Cœur, de la rue Hassiba Ben Bouali, ou encore de la Casbah et Bab El Oued.
Comme à l'accoutumée, ils ont réitéré une nouvelle fois leurs revendications principales, à savoir « un Etat civil et non militaire », « l'indépendance de la justice », « la liberté de la presse » et « la libération des détenus », tout en brandissant des pancartes de Karim Tabbou et de l'étudiante Nour El Houda Oggadi.
Les manifestants ont également scandé à l'unisson, « el gaz sakhri dirou fi Paris » (le gaz de schiste, exploitez-le à Paris), pour répondre au président de la République, Abdelmadjid Tebboune, qui lors d'une entrevue avec des responsables de médias nationaux, mercredi passé, avait jugé « nécessaire » l'exploitation du gaz de schiste.
À 15h30, suite à deux interpellations opérées par les policiers à hauteur de la rue Asselah Hocine, les marcheurs ont observé une halte pour se regrouper à proximité du commissariat de Cavaignac. La marche n'a repris son cours qu'une fois les manifestants relâchés.
Sihem Benmalek


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.