Une feuille de route de sortie "progressive et flexible" du confinement élaborée par le gouvernement    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Processus d'autodétermination au Sahara occidental: les manœuvres de la France déjouées    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Trafic de drogue, 2 arrestations    Un déni français    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Non au gaz de schiste !"
mobilisation grandiose à Oran à l'occasion du 49e vendredi
Publié dans Liberté le 25 - 01 - 2020

Encore une fois, les hirakistes ont scandé, comme chaque vendredi, ce message devenu immuable : "Abane a laissé une recommandation : un Etat civil et non militaire."
C'est un "hirak oranais" requinqué et remobilisé pour ce 49e vendredi de contestation pacifique qui a eu lieu hier dans les rues du centre-ville d'Oran avec le même parcours immuable et la constance politique des slogans. Néanmoins, et alors que le hirak se dirige vers la date symbolique et importante du 22 février 2020, soit un an de manifestations, les Oranais qui sont sortis sous un soleil printanier ont plus particulièrement réagi aux propos que le président Tebboune a tenus lors de sa rencontre avec quelques directeurs de médias publics et privés.
Dès 14h, à la place du 1er-Novembre, le ton a, en effet, été donné avec des pancartes où l'on pouvait voir un rejet catégorique de l'option gaz de schiste en Algérie. En langues arabe, française et anglaise, des manifestants ont ainsi brandi des affiches refusant le "gaz de schiste", "un danger pour l'environnement". Un slogan repris par les manifestants interpellait le chef de l'Etat : "Le gaz de schiste, faites-le à Paris."
D'ailleurs, cette question a provoqué des déclarations sans ambiguïté chez des citoyens sur la prestation de Tebboune devant la presse. Lui non plus n'a pas été épargné. "Il nous a démontré que finalement el-îssaba est toujours là, et veut toujours la prédation des richesses du pays… Il se moque de nous, du peuple et ne veut toujours pas apaiser le pays", ont fustigé certains alors que d'autres dénonçaient : "Ses serviteurs osent nous dire d'arrêter de sortir.
Eh bien, voilà pourquoi nous continuerons !" Un jeune, très ironique, lâchera : "C'est bien ! Le chef de l'Etat devrait parler plus souvent à la télé", en évoquant la mobilisation retrouvée. Les prisonniers politiques ont également été salués comme des héros par la manifestants qui ont demandé "la libération de tous les détenus d'opinion", comme écrit sur une pancarte brandie par une jeune femme. Les portraits des principaux détenus d'opinion étaient particulièrement visibles, notamment celui de la jeune étudiante Nour El-Houda Oggadi.
Par ailleurs, la revendication d'un "Etat civil et non militaire" a été scandée du début à la fin comme chaque vendredi, avec ce message repris par tous les hirakistes : "Abane a laissé une recommandation : un Etat civil et non militaire."
À noter qu'à nouveau hier et à maintes reprises sur certains points de passage des hirakistes, le retour de baltaguia a, une fois de plus, failli dégénérer, lorsque des ados encadrés par des adultes ont proféré des insultes et des grossièretés à l'endroit des femmes très présentes ce vendredi.
Certains en sont même venus aux mains et des policiers ont dû les séparer. Les milliers d'Oranais sont néanmoins restés imperturbables, poursuivant leur procession avec une halte devant le siège de la wilaya, puis pour revenir vers la place du 1er-Novembre en empruntant le Front de mer, toujours escortés par les fourgons des forces de l'ordre.

D. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.