APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alger insiste sur l'implication de l'UA et des pays voisins
Elle a accueilli jeudi une réunion ministérielle sur la Libye
Publié dans Liberté le 25 - 01 - 2020

L'Union africaine veut désigner un émissaire spécial pour la Libye devant travailler aux côtés du représentant spécial de l'ONU, Ghassane Salamé, mais le Conseil de sécurité rejette cette demande.
L'Algérie a accueilli, jeudi à Alger, une réunion des ministres des Affaires étrangères des six pays voisins de la Libye, lors de laquelle le chef de la diplomatie Sabri Boukadoum a insisté sur le rôle que doivent jouer ces pays et l'Union africaine dans le processus de règlement de crise à Tripoli. Tout en affirmant que l'initiative algérienne n'est pas "en concurrence" avec les autres initiatives politiques régionales ou internationales, Sabri Boukadoum estime, toutefois, qu'il est plus que nécessaire d'"associer l'UA à cette initiative (de paix) et d'appuyer la solution politique à la crise que traverse ce pays", dans son allocution d'ouverture et lors du point de presse qui a sanctionné cette réunion à Alger.
Il a également insisté sur "la nécessité de poursuivre le travail avec les pays voisins de la Libye", soulignant que "les pays voisins doivent consentir davantage d'efforts pour mettre fin à cette tragédie qui nous touche directement".
Les ministres des Affaires étrangères de Tunisie, Sabri Bachtobji (par intérim), d'Egypte, Sameh Choukri, et du Tchad, Chérif Mahamat Zene, ainsi que les représentants des ministres des Affaires étrangères du Niger et du Soudan ont défendu un rôle accru des pays voisins de la Libye et de l'Union africaine dans la gestion de cette crise qui les concerne en premier lieu, après les Libyens.
Evoquant la Conférence internationale de Berlin, à laquelle ont participé seulement l'Algérie et l'Egypte, aux côtés des grandes puissances, Sabri Boukadoum a défendu la présence des autres pays voisins de la Libye pour les prochaines rencontres quant au conflit libyen.
Tout en expliquant que "cette réunion n'est pas un mécanisme, mais plutôt une réunion de concertation et de coordination pour faire entendre la voix des pays voisins dans les forums internationaux", le ministre des Affaires étrangères a rappelé que lors de la Conférence de Berlin, "l'accent a été mis sur la nécessité de prendre en compte l'opinion des pays voisins".
Et d'ajouter : "L'Union africaine (UA) doit participer au règlement de la crise libyenne et appuyer la solution politique." Certes, le président de la République du Congo, Denis Sassou N'guessou, a représenté l'Afrique à la Conférence de Berlin, en tant que président du Comité de haut niveau de l'Union africaine (UA) sur la Libye, mais l'organisation panafricaine s'est vu refuser par le Conseil de sécurité de désigner un émissaire spécial, pour travailler conjointement avec le représentant spécial du SG de l'Onu en Libye, Ghassane Salamé. Invité à la réunion d'Alger en tant que pays directement touché par les "retombées de la crise en Libye", le Mali a défendu aussi un rôle plus important de l'Union africaine dans le processus de règlement de la crise libyenne.
"Nous avons le devoir de conforter les institutions africaines et les initiatives africaines. Cette crise ne peut pas être résolue sans les voisins de la Libye et sans l'Afrique", a estimé le chef de la diplomatie malienne Tiébélé Dramé, lors de son intervention d'ouverture à cette réunion. "La semaine prochaine (30 janvier) se tiendra une réunion à Brazzaville, à l'initiative du président de la République du Congo, président du Comité de haut niveau de l'Union africaine sur la Libye.
Il est souhaitable que cette réunion enregistre la même mobilisation internationale que celle constatée à Berlin et la même qualité de participation, c'est-à-dire au niveau des chefs d'Etat", a-t-il souhaité, rappelant que "la crise libyenne fait l'objet d'enjeux de rivalités qui vont au-delà de la Libye, la destruction de l'Etat libyen était déjà le signe annonciateur des interférences extérieures dangereuses, elles continuent et n'ont pas cessé".
Le Mali était l'un des pays qui ont été directement touchés par la crise en Libye. La chute de l'ancien régime de Mouammar Kadhafi, en 2011, a engendré un important flux d'armes lourdes vers le Mali, où une rébellion targuie a déstabilisé Bamako dès 2012. Une partie de ces armes a fini entre les mains des groupes terroristes qui ont aggravé la crise malienne et entraîné l'ensemble du Sahel dans l'instabilité sécuritaire.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.