Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le soutien de Bruxelles au processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    APN: reprise du débat autour de la Déclaration de politique générale du Gouvernement    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Justice: installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Un cas psychiatrique!    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Défis africains de la COP 27    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Revente en l'état: Le nombre des importateurs est passé de 43.000 à 13.000    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Les challenges de 2023    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières et à la préservation de la souveraineté territoriale du pays    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un récit émouvant sur la famille Amrouche
ouvrage "Histoire de ma vie"
Publié dans Liberté le 28 - 01 - 2020

Jean El-Mouhoub Amrouche est considéré comme l'un des fondateurs de la littérature algérienne d'expression française, dont cette année 2020 marque le centenaire.
En pleine guerre d'Algérie, entre 1958 et 1962, un homme se bat sur les ondes de la Radio suisse romande pour porter la voix de son pays en guerre contre le colonialisme français. Son combat, il l'avait longtemps mené à la RTF avant qu'il ne soit licencié sur ordre du Premier ministre de l'époque, Michel Debré, en raison de ses "accointances avec le FLN". Bien introduit dans les milieux intellectuels français, écrivain reconnu et journaliste émérite, son engagement pour l'indépendance de l'Algérie dérangeait les autorités françaises. Cet homme s'appelait Jean El-Mouhoub Amrouche.
L'histoire de sa famille a fait l'objet d'un récit émouvant écrit par la mère de Jean El-Mouhoub et de Taos, Fadhma Ath Mansour Amrouche, sous le titre : Histoire de ma vie (publié en 1968 à titre posthume). À la fois poignante et bouleversante, la vie des Amrouche est l'exemple même du déchirement social et culturel. La fin du XIXe siècle est le point de départ de la saga d'une famille écartelée entre désir de vie et traditions implacables qui ne lui ont laissé que l'exil comme issue.
Jean El-Mouhoub, qui a commencé à écrire des poèmes à la fin des années vingt, peut être considéré comme l'un des fondateurs de la littérature algérienne d'expression française, dont cette année 2020 marque le centenaire. Né en 1906 à Ighil Ali, il suit sa famille à Tunis, y poursuit des études, y enseigne et s'y marie.
L'enseignant publie son premier recueil de poèmes en 1934, puis devient réalisateur d'émissions littéraires à Radio-Tunis. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il travaille pour Radio France, au service du général de Gaulle. À Alger puis à Paris, Jean Amrouche s'investit dans la presse où il traite essentiellement de littérature. Entre 1944 et 1959, il est journaliste à la Radio nationale française où il invite des écrivains, artistes, philosophes pour des entretiens. Après son départ de la RTF, il poursuit son combat à la Radio suisse romande et garde une certaine communion d'idées avec le général de Gaulle qu'il voulait sensibiliser à la cause de l'indépendance algérienne.
"Il a perçu en le général de Gaulle l'homme qui pouvait faire sortir l'Algérie de la guerre et lui permettre d'accéder à l'indépendance. À l'adresse de de Gaulle, il multipliait les messages relatifs à la situation des Algériens. Dans cette tragique période, il est l'un des rares, avec Michel Rocard, à avoir qualifié de génocide la politique des camps de regroupement dans lesquels beaucoup mouraient de faim... Jean Amrouche est perçu, en même temps, comme anticolonialiste par les Français, nationaliste par les Algériens.
Ami de Ferhat Abbas, de Krim Belkacem, il devient le messager du FLN tout en étant l'ami du général de Gaulle et de sa politique de décolonisation." De sa propre initiative, il cherchait à établir une médiation entre le général et le FLN, qui se voulait un prélude à des négociations. Tout près du but, une grave maladie l'emportera le 16 avril 1962 à Paris, juste après le cessez-le-feu et à deux mois de la proclamation de l'indépendance.
Jean Amrouche a laissé une bibliographie dont on peut citer : Cendres, poèmes (1928-1934), Tunis, éditions de mirages, 1934, Etoile secrète, poème, Tunis, Les Cahiers de Barbarie, 1936, Chants berbères de Kabylie, 1947, collection Poésie et théâtre dirigée par Albert Camus, Alger éditions Edmond Charlot, 1947, Espoir et Parole, poèmes algériens recueillis par Denise Barrat, Paris, Pierre Seghers éditeur, 1963 (incluant les poèmes Ebauche d'un chant de guerre, à la mémoire de Larbi Ben M'hidi, mort en prison le 4 mars 1957, et Le Combat algérien, écrit en juin 1958).
Jean Amrouche a également tenu un journal (1928-1962), édité par Tassadit Yacine en 2009.

ALI BEDRICI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.