APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie inquiète de la situation en Libye et au Sahel
Tout en évoquant le dossier du conflit sahraoui au sommet de l'UA
Publié dans Liberté le 11 - 02 - 2020

L'Algérie a rappelé à l'occasion de ce 33e sommet de l'organisation panafricaine son rejet de toutes les interférences étrangères dans les conflits sur le continent, en référence notamment à l'ingérence étrangère en Libye.
Le 33e sommet de l'Union africaine, organisé sur deux jours, s'est achevé hier à Addis Abeba (Ethiopie) après deux jours de discussions autour des questions liées surtout à la lutte contre le terrorisme et à la paix en Afrique. Intervenant à l'ouverture des travaux de ce sommet, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a exprimé l'inquiétude de l'Algérie face à la dangereuse évolution de la situation aussi bien au Sahel qu'en Libye, a rapporté l'APS, citant son discours aux travaux de cette assemblée continentale.
"En Libye, avec laquelle l'Algérie partage une longue frontière et un destin commun, la situation dramatique y prévalant continue de susciter notre inquiétude", a déclaré M. Tebboune, expliquant que "l'Algérie, qui plaide pour l'arrêt de toutes les ingérences en Libye, appuie fortement les efforts continus pour mettre fin durablement aux hostilités et réunir les conditions du dialogue entre les frères libyens, unique et seul moyen de parvenir à une issue à la crise et d'éviter à ce pays africain d'être le théâtre des rivalités entre Etats".
Le président de la République a rappelé au passage que l'Algérie est toujours disposée à accueillir un dialogue interlibyen inclusif pour la fin du conflit dans ce pays voisin. Outre le conflit en Libye, la crise sécuritaire en cours dans la région du Sahel, ayant un lien direct avec la guerre en Libye, inquiète également l'Algérie.
"La stabilité déjà fragile dans des pays tel le Mali s'est subitement dégradée au lendemain de la crise en Libye, sans parler du Niger qui n'a pas échappé, comme nous le savons tous, aux attaques meurtrières contre son armée", a-t-il souligné, ajoutant qu'"avec la recrudescence des attaques terroristes sanglantes au Burkina Faso et autres tentatives d'attentats dans des pays sahéliens, l'instabilité a fini par gagner tout le Sahel en dépit des efforts courageux des pays concernés", lit-on encore dans son discours diffusé par l'APS.
Le président explique en effet que "notre continent subit souvent les contrecoups des chocs déstabilisateurs affectant le monde" et "la crise du Sahel n'en est qu'une triste et regrettable illustration de cette réalité". Le dossier du Sahara occidental suscite aussi l'inquiétude de l'Algérie.
"Depuis de longues années, l'Organisation des Nations unies et le Conseil de sécurité, appuyés par notre organisation continentale, s'emploient à la mise en œuvre du plan de règlement de la question du Sahara occidental basé sur le droit inaliénable du peuple sahraoui à l'autodétermination", a déclaré en outre M. Tebboune, regrettant le fait qu'aucun règlement n'ait encore été trouvé à ce conflit.
"Force est de constater, avec regret, que depuis la démission de l'envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU, Horst Kohler, le processus de paix onusien est sur une voie semée d'embûches", a-t-il noté.
"J'ai adressé, il y a quelques jours, une lettre au SG de l'ONU pour l'exhorter à hâter la désignation de son envoyé personnel et à relancer le processus de règlement de la question du Sahara occidental", a-t-il indiqué, avant de réaffirmer l'"attachement (de l'Algérie) au caractère immuable de la position africaine en faveur de la juste cause sahraouie et du parachèvement du processus de décolonisation en Afrique loin de toute manœuvre de tergiversation et de la politique du statu quo".

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.