PSG : Di Maria supporte mal le confinement    BLIDA : Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    COMMERCE EXTERIEUR : Une baisse globale des échanges en 2019    EN PLEINE EPIDEMIE MONDIALE : La Corée du Nord tire un nouveau projectile    ETATS-UNIS : Trump renonce à placer New York en quarantaine    Bengrina annonce une aide financière de ses députés    Real : Zidane aurait pris une décision pour Aubameyang    OUARGLA : L'annexe régionale de l'institut Pasteur opérationnelle    Un petit village kabyle met en place une ‘'organisation de guerre''    Un mariage provoque 4 contaminations au Covid-19 à Bejaia    Covid19: 57 nouveaux cas confirmés et 2 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Oran: 1er concours d'improvisation théâtrale sur Internet    Covid19-Foot: la FAF envisage des mesures de soutien et de relance    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    LFP-Coronavirus: "nous réfléchissons à toutes les hypothèses"    La doctrine de la « guerre révolutionnaire », genèse, mise en œuvre et postérité    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    Covid19-Médicaments à base d'hydroxychloroquine: près de 320.000 boites bientôt disponibles    Journée de la Terre: les Palestiniens face à la colonisation et la propagation du Covid-19    Report JP-2020: les athlètes algériens entre déception et soulagement    Coronavirus: les walis instruits de la mise en œuvre "urgente" d'un dispositif "particulier" d'assistance des citoyens    Le taux d'inflation moyen annuel a atteint 1,8% en février    Des personnalités dénoncent la dérive totalitaire du régime    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    La guerre des prix ne profite à aucun producteur    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les supporters de l'ASMO attendent et espèrent    Pierre Audin solidaire avec Khaled Drareni    La presse écrite à rude épreuve    Lancement d'une plateforme numérique    Blida: Le décompte macabre continue    Prolifération des abattoirs clandestins: Saisie de près de 6 q de viande impropre à la consommation à Es-Senia    Les cygnes blancs de 2020    Une panne technique dans deux postes transformateurs à Hassi Ameur: Coupure prolongée du courant électrique à Oran et plusieurs wilayas de l'Ouest    Mascara: Nouvelles saisies de produits alimentaires    Le confinement fait polémique    L'ESPRIT ET LE CŒUR    La leçon d'humilité    30e nouveau membre de l'Otan    Les règles de conformité fixées    AFFAIRE DU PROCUREUR ADJOINT DE TIARET : Le Syndicat national des magistrats réagit    COUR D'ALGER : Le Parquet général exclut l'atteinte de Karim Tabbou d'un AVC    Palestine: attachement à la terre et lutte jusqu'à la libération de la patrie    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Pandémie Covid-19: the year after!    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liban : les manifestations dégénèrent de nouveau
Des affrontements ont eu lieu devant le Parlement à Beyrouth
Publié dans Liberté le 12 - 02 - 2020

Les Libanais n'ont aucune intention de cesser leur mouvement de contestation, en l'absence d'une véritable alternative politique à Beyrouth, où la classe politique actuelle n'arrive pas à sortir le pays de l'impasse.
Des affrontements ont opposé hier matin des manifestants aux forces de sécurité devant le siège du Parlement à Beyrouth, où les députés s'apprêtaient à se réunir pour un vote de confiance au nouveau gouvernement, ont rapporté les médias locaux. Les policiers ont utilisé les gaz lacrymogènes et usé des canons à eau afin d'éloigner les centaines de Libanais qui essayaient de bloquer l'accès à l'hémicycle. Selon le bilan officiel, au moins 370 personnes ont été blessées, dont 45 ont été hospitalisées, sans fournir d'autres détails sur le nombre de manifestants touchés par cette répression à répétition des manifestations pacifiques depuis le 17 octobre 2019. Selon les médias libanais, les affrontements d'hier ont provoqué un incendie au niveau d'une agence bancaire, située à proximité du quotidien local al-Nahar.
Le calme n'a pu revenir qu'en milieu d'après-midi. Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes et canons à eau pour disperser les manifestants qui ont lancé des pierres sur les voitures de certains parlementaires et contre les murs érigés autour du Parlement, où certains députés avaient passé la nuit par peur d'être empêchés d'y accéder, comme cela avait été le cas la semaine dernière. Malgré cela, le quorum de 68 députés sur les 128 élus a été difficilement atteint. Cela dit, si l'on se fie aux déclarations de plusieurs parlementaires, le gouvernement formé par le Premier ministre désigné Hassan Diab a peu de chances de réussir à passer le test aussi bien au Parlement qu'au sein de la rue libanaise, qui réclame le départ de toute la classe politique au pouvoir depuis la fin de la guerre civile au Liban, il y a 30 ans.
"Le député Michel Mouawad a estimé qu'il ne vote pas la confiance en ce gouvernement, car aujourd'hui, il n'est plus question de confiance ou pas, de gouvernement ou pas", a rapporté l'agence de presse officielle ANI. Pour les Libanais, un gouvernement de technocrates s'impose comme première solution à la crise que vit le Liban, avant d'aller vers un nouveau système de gouvernement qui mettra fin au régime confessionnel, en cours depuis trois décennies.
Pays confessionnel, le Liban est victime des tiraillements confessionnels, attisés par l'ingérence étrangère et une économie chaotique. L'équipe actuelle, qui comprend des figures inconnues du grand public, a été formée au terme de plusieurs semaines de tractations âpres entre les partis qui jouissent de la majorité au Parlement, notamment le mouvement chiite Hezbollah et le Courant patriotique libre (CPL) du président Michel Aoun. Alors que le nouveau Premier ministre a promis de porter les demandes de la rue, son gouvernement a été formé sur la base d'une attribution des portefeuilles selon des critères partisans et confessionnels, ayant longtemps alimenté la corruption et le clientélisme, selon la rue.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.