APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liban : les manifestations dégénèrent de nouveau
Des affrontements ont eu lieu devant le Parlement à Beyrouth
Publié dans Liberté le 12 - 02 - 2020

Les Libanais n'ont aucune intention de cesser leur mouvement de contestation, en l'absence d'une véritable alternative politique à Beyrouth, où la classe politique actuelle n'arrive pas à sortir le pays de l'impasse.
Des affrontements ont opposé hier matin des manifestants aux forces de sécurité devant le siège du Parlement à Beyrouth, où les députés s'apprêtaient à se réunir pour un vote de confiance au nouveau gouvernement, ont rapporté les médias locaux. Les policiers ont utilisé les gaz lacrymogènes et usé des canons à eau afin d'éloigner les centaines de Libanais qui essayaient de bloquer l'accès à l'hémicycle. Selon le bilan officiel, au moins 370 personnes ont été blessées, dont 45 ont été hospitalisées, sans fournir d'autres détails sur le nombre de manifestants touchés par cette répression à répétition des manifestations pacifiques depuis le 17 octobre 2019. Selon les médias libanais, les affrontements d'hier ont provoqué un incendie au niveau d'une agence bancaire, située à proximité du quotidien local al-Nahar.
Le calme n'a pu revenir qu'en milieu d'après-midi. Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes et canons à eau pour disperser les manifestants qui ont lancé des pierres sur les voitures de certains parlementaires et contre les murs érigés autour du Parlement, où certains députés avaient passé la nuit par peur d'être empêchés d'y accéder, comme cela avait été le cas la semaine dernière. Malgré cela, le quorum de 68 députés sur les 128 élus a été difficilement atteint. Cela dit, si l'on se fie aux déclarations de plusieurs parlementaires, le gouvernement formé par le Premier ministre désigné Hassan Diab a peu de chances de réussir à passer le test aussi bien au Parlement qu'au sein de la rue libanaise, qui réclame le départ de toute la classe politique au pouvoir depuis la fin de la guerre civile au Liban, il y a 30 ans.
"Le député Michel Mouawad a estimé qu'il ne vote pas la confiance en ce gouvernement, car aujourd'hui, il n'est plus question de confiance ou pas, de gouvernement ou pas", a rapporté l'agence de presse officielle ANI. Pour les Libanais, un gouvernement de technocrates s'impose comme première solution à la crise que vit le Liban, avant d'aller vers un nouveau système de gouvernement qui mettra fin au régime confessionnel, en cours depuis trois décennies.
Pays confessionnel, le Liban est victime des tiraillements confessionnels, attisés par l'ingérence étrangère et une économie chaotique. L'équipe actuelle, qui comprend des figures inconnues du grand public, a été formée au terme de plusieurs semaines de tractations âpres entre les partis qui jouissent de la majorité au Parlement, notamment le mouvement chiite Hezbollah et le Courant patriotique libre (CPL) du président Michel Aoun. Alors que le nouveau Premier ministre a promis de porter les demandes de la rue, son gouvernement a été formé sur la base d'une attribution des portefeuilles selon des critères partisans et confessionnels, ayant longtemps alimenté la corruption et le clientélisme, selon la rue.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.