Andy Delort seul absent pour le déplacement de Montpellier à Reims    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 15ème journée    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    L'avocat de Blida libéré hier    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Sans diagnostic point de remède !    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'avis favorable de Ferhat Aït Ali
Mise sous tutelle de l'armée des grands complexes industriels publics
Publié dans Liberté le 19 - 02 - 2020

"Nous avons atteint un point où l'armée est la seule qui soit capable d'imposer une discipline de travail et un planning. Il est regrettable de le dire, mais les choses sont ainsi", argue le ministre de l'Industrie pour expliquer sa position sur le sujet.
Le ministre de l'Industrie et des Mines, Ferhat Aït Ali Braham, invité hier du Forum du journal El Moudjahid, a exprimé son souhait de voir certaines sociétés publiques rattachées à l'industrie militaire, pour, argue-t-il, "au moins rétablir une discipline et une vision plus cohérente de la gestion des complexe publics". Le ministre, qui, à l'occasion, a applaudi le rattachement de la SNVI à la Direction des industries militaires, indique que dans le cas où le ministère de la Défense nationale demanderait la reprise du complexe sidérurgique d'El-Hadjar, il ne dira pas non. Ferhat Aït Ali Braham a évoqué la nécessité de trouver un plan pour le complexe en question, adossé à la mine d'Ouenza.
Mais, a-t-il ajouté, "avec la gestion actuelle", il est difficile de donner une nouvelle vie au secteur, en général, et au complexe d'El-Hadjar, en particulier. "Il faut une discipline. Nous n'allons pas adopter le modèle égyptien, mais en Algérie, dans le privé et dans le public, ce qui manque le plus, c'est la discipline. Nous avons créé une industrie de rentiers", a affirmé M. Ferhat Aït Ali.
"Nous avons atteint un point où l'armée est la seule qui soit capable d'imposer une discipline de travail et un planning. Il est regrettable de le dire, mais les choses sont ainsi", a-t-il regretté. Le ministre soutient que "le privé a un impératif de rentabilité, mais il a aussi un appétit de gain qui dépasse de loin l'impératif de rentabilité.
Et le public est dans une logique de rente". Dans son intervention, le ministre de l'Industrie et des Mines a également abordé le volet lié à la révision des textes législatifs et réglementaires régissant l'investissement local et étranger. Il a, ainsi, insisté sur l'impératif d'établir des textes transparents, écartant l'implication des administrations dans l'acte économique.
M. Ferhat Aït Ali évoque la révision du code des investissements, la règle 51/49, les missions de l'Andi, la gestion du foncier et le droit de préemption qui demeurent parmi les principaux obstacles à l'investissement. Ces questions seront débattues lors des assises nationales sur l'industrie qui devraient être organisées à la fin du mois de mars prochain.
Le ministre de l'Industrie et des Mines a laissé entendre que le prochain cahier des charges pour l'industrie automobile sera très exigeant en matière de taux d'intégration. Il trouve surprenant qu'une quarantaine de constructeurs mondiaux choisissent l'Algérie pour faire de la fabrication automobile. "Il n'y a aucun pays au monde qui a reçu une quarantaine de dossiers de constructeurs automobiles en deux années", a-t-il relevé.
"En réalité, il s'agit d'une formule pour contourner les barrières douanières", a-t-il soutenu, indiquant que "le premier cahier des charges n'est pas conçu pour développer l'industrie automobile en Algérie, mais plutôt permettre à 2 ou 3 marques, qui ont été choisies d'une manière discrétionnaire, d'accaparer, par voie de monopole, le marché national, en exonération de tous droits et taxes".
Le ministre annonce que, dans le prochain cahier des charges, il posera des exigences "pour que les constructeurs automobiles apparaissent comme tels dès le premier jour". Le constructeur doit s'impliquer dans le pacte des actionnaires. "Il y aura un cahier des charges clair, net et précis, qui présente ce qu'est une véritable usine automobile selon les normes mondialement reconnues."
Le nouveau cahier des charges n'exigera pas des investisseurs étrangers de s'associer à un partenaire local, mais leur imposera un apport financier et technologique. "Nous n'obligerons pas l'investisseur à s'associer à un partenaire national, mais nous lui imposerons d'apporter leurs fonds et le savoir-faire, et que l'intégration se fasse dès le début, ne serait-ce que pour le carrossage", a-t-il précisé.
Le ministre estime qu'il n'y aura pas plus de deux constructeurs qui pourraient répondre aux exigences du cahier des charges. Concernant l'importation des véhicules de moins de trois ans, M. Ferhat Aït Ali indique que le citoyen doit savoir que la différence entre les prix des véhicules de moins de trois ans et ceux des voitures neuves n'est pas grande.

Meziane RABHI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.