Décès du diplomate sahraoui M'hamed Kheddad    Pandémie COVID-19 et devenir du football algérien    Le Président Tebboune décrète une grâce présidentielle pour 5037 détenus    OM : La réponse de Germain à Karim Benzema    Il n'y a personne à la barre du navire    L'heure est plus que jamais à la sérénité, à la lucidité, à la mobilisation…..    L'Algérie a suffisamment de capacités non encore utilisées contre le COVID-19    MON PAYS TIENDRA LE COUP BON GRE, MAL GRE.    Le gouvernement mobilise les entreprises publiques    Le wali de Mascara contrôlé positif    GM et Ford contraints de produire des respirateurs    Ce que préconise Touring de Belgique pour les conducteurs    RSF : "C'est une atteinte aux droits fondamentaux et une mise en danger"    Le jour où Bouteflika a capitulé    Les Jeux méditerranéens d'Oran reportés    Milan AC : Sans Maldini et Boban, Ibrahimovic veut partir    Une trentaine de boulangeries ont fermé leurs portes à Oran    9 décès et 132 nouveaux cas en 24 heures    3 corps repêchés à Mostaganem    Premières condamnations de spéculateurs    Les clarifications du P-DG de Cevital    "La Maison indigène" revisitée par Leon Claro    Confit libyen : Une mission militaire de l'UE pour contrôler l'embargo sur les armes    Syrie : Troubles dans une prison des détenus de Daesch    ASO Chlef : Une aide de 3 mds accordée par l'ECDE    L'hommage de l'Olympique de Marseille à Pape Diouf    Tchad : Offensive militaire contre Boko Haram    NOS RIZIERES PLETHORIQUES    Tourisme: Des travailleurs contractuels en appellent à Tebboune    Confinement partiel à Oran: entre soumission et insouciance    Education: Les vacances scolaires prolongées au 19 avril    Le Coronavirus et nous, acte 3: Sur-urbanisation effrénée, exodes ruraux hémorragiques, mode alimentaire globalisé et crises sanitaires mondialisées et récurrentes (Suite et fin)    Sous la pandémie couve le nouveau monde    Covid-19 : Rapatriement des Algériens bloqués en Turquie dans deux ou trois jours    Coronavirus: Une aide de 130 millions USD proposée à l'Algérie par la BM et le FMI    Ouverture d'un compte courant postal de solidarité pour les dons    L'Algérie face à un casse-tête    L'armée se tient prête pour une"éventuelle intervention"    Les médecins cubains très sollicités face au coronavirus    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Propagation du covid19-ANP: des instructions sur les dispositions préventives    Lancement des premières journées virtuelles du court métrage    TV-6 de l'EPTV récupère des journalistes de Dzair TV    Une exposition virtuelle en temps de confinement    Covid-19 : un lot de 10.000 livres remis aux résidants des hôtels de confinement    LES VIES LIEES    Et si le passé parlait ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Industrie automobile: Les étrangers ne seront pas obligés de s'associer à un partenaire local
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 02 - 2020

Le nouveau cahier des charges, régissant l'Industrie automobile, en Algérie, n'obligera pas les investisseurs étrangers de s'associer à un partenaire local mais leur imposera un apport financier et technologique, a indiqué, mardi, à Alger le ministre de l'Industrie et des Mines, Ferhat Ait Ali Braham.
Invité du Forum du quotidien ‘El Moudjahid', le ministre a fait savoir que le prochain cahier des charges qui sera établi par son département posera des exigences aux investisseurs étrangers telles qu'une implication financière à travers «un investissement majoritaire si nécessaire». «Nous n'obligerons pas l'investisseur de s'associer à un partenaire national mais on lui imposera d'apporter le financement et le savoir-faire», a-t-il expliqué, ajoutant que les pouvoirs publics travailleront, également, afin de permettre aux opérateurs de l'Industrie automobile existant en Algérie de «s'intégrer dans les clauses du nouveau cahier des charges». Le nouveau cahier des charges, poursuit M. Ait Ali Braham, imposera la réalisation initiale de certains équipements tels que le carrossage afin d'avoir, dès le début, une coque et un châssis algériens.
Il a tenu à préciser, à cette occasion, «la volonté du gouvernement de lancer une Industrie automobile sérieuse en Algérie».
Véhicules de moins de trois ans : les prix seront proches de ceux du neuf
Par ailleurs, le ministre a abordé la question de l'importation des véhicules de moins de trois ans, en rappelant la création d'un groupe de travail regroupant les ministères de l'Industrie du Commerce et des Finances. Il a indiqué que ce groupe poursuivait son travail pour permettre le lancement effectif de ces importations. Mais, pour ce qui est de l'importation des véhicules roulant au diesel, il a relevé une problématique technique du fait que «le gasoil en Europe n'est pas le même qu'en Algérie». Evoquant la question des prix, il a souligné que «le citoyen doit savoir que la différence entre les prix des véhicules de moins de trois ans et ceux des voitures neuves n'est pas grande, notamment du fait de la valeur du dinar sur le marché parallèle sans compter les droits de douane». Il a, par ailleurs, évoqué la décision d'intégrer la Société nationale des véhicules industriels (SNVI) à l'Industrie militaire, en précisant que l'objectif de cette démarche était de maintenir en activité cette entreprise publique, tout en offrant à l'Industrie militaire des équipements au lieu que l'Etat investisse dans de nouveaux équipements.
Concernant le Complexe sidérurgique d'El Hadjar, le ministre n'a pas écarté la possibilité de l'intégrer également à l'Industrie militaire. «Nous avons besoin de discipline. Nous avons créé une industrie de rentiers et je pense que l'Industrie militaire est la seule à pouvoir imposer une discipline de travail», a-t-il estimé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.