PSG : Di Maria supporte mal le confinement    BLIDA : Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    COMMERCE EXTERIEUR : Une baisse globale des échanges en 2019    EN PLEINE EPIDEMIE MONDIALE : La Corée du Nord tire un nouveau projectile    ETATS-UNIS : Trump renonce à placer New York en quarantaine    Bengrina annonce une aide financière de ses députés    Real : Zidane aurait pris une décision pour Aubameyang    OUARGLA : L'annexe régionale de l'institut Pasteur opérationnelle    Un petit village kabyle met en place une ‘'organisation de guerre''    Un mariage provoque 4 contaminations au Covid-19 à Bejaia    Covid19: 57 nouveaux cas confirmés et 2 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Oran: 1er concours d'improvisation théâtrale sur Internet    Covid19-Foot: la FAF envisage des mesures de soutien et de relance    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    LFP-Coronavirus: "nous réfléchissons à toutes les hypothèses"    La doctrine de la « guerre révolutionnaire », genèse, mise en œuvre et postérité    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    Covid19-Médicaments à base d'hydroxychloroquine: près de 320.000 boites bientôt disponibles    Journée de la Terre: les Palestiniens face à la colonisation et la propagation du Covid-19    Report JP-2020: les athlètes algériens entre déception et soulagement    Coronavirus: les walis instruits de la mise en œuvre "urgente" d'un dispositif "particulier" d'assistance des citoyens    Le taux d'inflation moyen annuel a atteint 1,8% en février    Des personnalités dénoncent la dérive totalitaire du régime    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    La guerre des prix ne profite à aucun producteur    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les supporters de l'ASMO attendent et espèrent    Pierre Audin solidaire avec Khaled Drareni    La presse écrite à rude épreuve    Lancement d'une plateforme numérique    Blida: Le décompte macabre continue    Prolifération des abattoirs clandestins: Saisie de près de 6 q de viande impropre à la consommation à Es-Senia    Les cygnes blancs de 2020    Une panne technique dans deux postes transformateurs à Hassi Ameur: Coupure prolongée du courant électrique à Oran et plusieurs wilayas de l'Ouest    Mascara: Nouvelles saisies de produits alimentaires    Le confinement fait polémique    L'ESPRIT ET LE CŒUR    La leçon d'humilité    30e nouveau membre de l'Otan    Les règles de conformité fixées    AFFAIRE DU PROCUREUR ADJOINT DE TIARET : Le Syndicat national des magistrats réagit    COUR D'ALGER : Le Parquet général exclut l'atteinte de Karim Tabbou d'un AVC    Palestine: attachement à la terre et lutte jusqu'à la libération de la patrie    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Pandémie Covid-19: the year after!    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le centre de décision ne se trouve pas chez le pouvoir formel"
Nacer Djabi et Saïd Salhi mettent en garde contre l'entêtement des autorités
Publié dans Liberté le 20 - 02 - 2020

"Le hirak doit mieux s'organiser, mais la pression doit se poursuivre. Il faut explorer de nouveaux styles de lutte. Cette 2e année nous impose de nouveaux questionnements", estime le sociologue Nacer Djabi.
"Si le pouvoir ne comprend pas que les Algériens ont changé, que le mur de la peur a été brisé, on se dirige vers un scénario catastrophe. Il sera exposé à une société ingouvernable." À la veille de la célébration de l'anniversaire du hirak, mouvement inédit, dont l'irruption en février a surpris le monde, et face à un pouvoir qui campe sur "son" improbable "feuille de route" de sortie de crise, le sociologue Nacer Djabi, observateur avisé des convulsions de la société, met en garde contre la poursuite de ce qui apparaît comme une fuite en avant des tenants du pouvoir. "Le pouvoir vit en isolement, il ne pourra pas mobiliser pour les élections, ni pour les réformes qu'il envisage.
La solution est qu'il accepte de dialoguer avec le hirak", soutient-il lors d'une conférence consacrée au bilan et aux perspectives du hirak, animée au siège de l'association RAJ à Alger. Pis encore, faute de dialogue et de réponses appropriées à la hauteur des aspirations exprimées par les Algériens, Nacer Djabi prédit que la société, dont les revendications sont claires, "s'exprimera de diverses manières" et le pouvoir sera amené à faire des "concessions" sous la pression étrangère. Mais le pouvoir est-il disposé à dialoguer ? "On est devant un système qui n'a aucune ambition. C'est le pouvoir qui refuse le dialogue car les revendications du hirak sont claires. Le changement de façade n'est pas la solution.
Et la difficulté pour le changement réside dans le fait que le centre de décision ne se trouve pas chez le pouvoir formel", observe-t-il encore. "En s'attaquant à l'association RAJ, en opérant des arrestations parmi les activistes, on a vite compris que le pouvoir n'a pas l'intention de dialoguer. Il a peur que le mouvement s'organise, car il ne veut pas de solution", reprend, de son côté, l'autre conférencier, Saïd Salhi, vice-président de la Laddh. Après une année de mobilisation du mouvement, dont la détermination ne semble pas s'essouffler, tous sont unanimes à relever que de nombreux acquis, du reste inquantifiables, ont été enregistrés, même si en "termes politiques, on n'a pas réalisé beaucoup de choses, si l'on excepte la mise en échec du cinquième mandat et l'incarcération des figures de la corruption", observe M. Djabi.
Parmi les acquis : la réconciliation des Algériens avec eux-mêmes, avec les repères historiques, le fait qu'ils aient déjoué les tentatives de division, une très grande auto-organisation du mouvement, le dépassement de beaucoup de handicaps, l'adoption du pacifisme, la réhabilitation de l'image de soi et le respect de la femme, entre autres. "C'est un mouvement révolutionnaire. On a gagné une génération, une très grande politisation des jeunes", souligne le sociologue. "C'est une société qui a changé ; il y a l'émergence d'une nouvelle élite.
Et le peuple a libéré la rue. Le choix pacifique a permis d'immuniser le pays et de désarmer le pouvoir", note, de son côté, Saïd Salhi, vice-président de la Laddh. Confiants dans la "maturité et la capacité" du peuple à imposer le changement, les deux conférenciers estiment que le mouvement est appelé à passer à une autre étape. "Le hirak doit mieux s'organiser, mais la pression doit se poursuivre. Il faut explorer de nouveaux styles de lutte. Cette 2e année nous impose de nouveaux questionnements", estime M. Djabi. "La deuxième année doit être celle des conquêtes des espaces publics et des libertés démocratiques, préalables à tout. Nul ne peut structurer le hirak car il y a eu échec des représentations traditionnelles.
Le hirak est en train de tout reconstruire. Chacun a le droit de prendre des initiatives, la jeunesse doit prendre sa place. On n'a pas le droit de juger des intentions. Discutons. Notre rôle est de donner un prolongement à l'action politique de la société civile et des partis qui sont en phase avec le mouvement. Ce qui manque, ce sont les connexions et les convergences dans le mouvement", soutient, avec lucidité, Saïd Salhi.


Karim Kebir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.