Le ministre de la Justice à Oran: Loi contre l'enlèvement, casier judiciaire et prison    A la demande du ministère de la Justice: Procédure de levée d'immunité du président du RCD    Affaire SOVAC: 15 ans de prison requis contre Ouyahia, 10 contre Yousfi et 15 contre Oulmi    Le logement social réorienté ?    Marchandise à caractère commercial: Plus de 900 smartphones saisis à l'intérieur d'un car-ferry    Tiaret: 20 jeunes chômeurs en formation en entrepreneuriat    Importation: Pas de retour aux licences    Mascara: Le stade de l'Unité Africaine fait peau neuve    Un mort et six blessés dans deux accidents de la route    LES FAUSSES INTIMITES DANS UN MONDE NU    Oran: Deux ex-magistrats condamnés à deux ans de prison pour corruption    M6, La petite chaîne qui «mente» !    L'offre d'Arsenal pour Houssem Aouar    Le président et le vice-président de transition du Mali ont prêté serment    Zimbabwe appelle l'ONU à redoubler d'efforts pour mettre fin à l'occupation du Sahara occidental    Foot/ Algérie : le second représentant an Coupe de la Confédération connu le 4 octobre    Fédération algérienne de handball : adoption à l'unanimité des bilans moral et financier    La France a ordonné l'assassinat de Français "pro-FLN" durant la Guerre de libération    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel par les plaidoiries de la défense    Attar: l'augmentation de la production énergétique, une orientation stratégique pour le secteur    Massacres du 17 octobre 1961: Une association française demande la reconnaissance du crime    Le document d'amendement de la Constitution insiste sur la protection de la famille    DIRECTION DES SERVICES AGRICOLES DE TIARET : Installation de la cellule d'écoute et d'orientation    MASCARA : Les travailleurs de l'entreprise ‘'Dahra'' sans salaire depuis 8 mois    DISTRIBUTION DE 800 LOGEMENTS AADL A TISSEMSILT : Les souscripteurs de la cité Sanawbar enfin soulagés    ACCUSE DE DETERIORATION DE BIENS PUBLICS A MASCARA : Le professeur Yahiaoui Ahmed acquitté    SIDI BEL ABBES : Le corps sans vie d'un adolescent repêché d'une retenue d'eau    BECHAR : Arrestation d'un charlatan en possession d'une arme à feu    MANIPULATION DE L'IMAGE PAR M6 : L'ARAV exprime sa "totale réprobation"    OUARGLA : Un terroriste se rend aux autorités militaires    Real Madrid: Bale n'a aucun regret    Manchester United: une offre de 98 M€ pour Sancho?    MOSTAGANEM : Le conseiller du président Tebboune réunit les zaouias    Les problèmes de développement en suspens de nombreuses zones d'ombre réglés    Situation de l'environnement marin :Benharrats tire la sonnette d'alarme    Participation de l'ANP au maintien de la paix : une évolution dictée par le contexte géopolitique    La wilaya d'Alger réagit    Belhimer: le débat sur la Constitution dénote la conscience du peuple qui suit de près le sujet    Trafic de drogue: ce n'est pas en pointant une Kalashnikov devant ces jeunes……..    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    Le contrat de Tiboutine résilié    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Ce soir-là...    Actucult    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Alger prend acte    Investiture en catimini du président Loukachenko    Deux productions algériennes à l'honneur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le centre de décision ne se trouve pas chez le pouvoir formel"
Nacer Djabi et Saïd Salhi mettent en garde contre l'entêtement des autorités
Publié dans Liberté le 20 - 02 - 2020

"Le hirak doit mieux s'organiser, mais la pression doit se poursuivre. Il faut explorer de nouveaux styles de lutte. Cette 2e année nous impose de nouveaux questionnements", estime le sociologue Nacer Djabi.
"Si le pouvoir ne comprend pas que les Algériens ont changé, que le mur de la peur a été brisé, on se dirige vers un scénario catastrophe. Il sera exposé à une société ingouvernable." À la veille de la célébration de l'anniversaire du hirak, mouvement inédit, dont l'irruption en février a surpris le monde, et face à un pouvoir qui campe sur "son" improbable "feuille de route" de sortie de crise, le sociologue Nacer Djabi, observateur avisé des convulsions de la société, met en garde contre la poursuite de ce qui apparaît comme une fuite en avant des tenants du pouvoir. "Le pouvoir vit en isolement, il ne pourra pas mobiliser pour les élections, ni pour les réformes qu'il envisage.
La solution est qu'il accepte de dialoguer avec le hirak", soutient-il lors d'une conférence consacrée au bilan et aux perspectives du hirak, animée au siège de l'association RAJ à Alger. Pis encore, faute de dialogue et de réponses appropriées à la hauteur des aspirations exprimées par les Algériens, Nacer Djabi prédit que la société, dont les revendications sont claires, "s'exprimera de diverses manières" et le pouvoir sera amené à faire des "concessions" sous la pression étrangère. Mais le pouvoir est-il disposé à dialoguer ? "On est devant un système qui n'a aucune ambition. C'est le pouvoir qui refuse le dialogue car les revendications du hirak sont claires. Le changement de façade n'est pas la solution.
Et la difficulté pour le changement réside dans le fait que le centre de décision ne se trouve pas chez le pouvoir formel", observe-t-il encore. "En s'attaquant à l'association RAJ, en opérant des arrestations parmi les activistes, on a vite compris que le pouvoir n'a pas l'intention de dialoguer. Il a peur que le mouvement s'organise, car il ne veut pas de solution", reprend, de son côté, l'autre conférencier, Saïd Salhi, vice-président de la Laddh. Après une année de mobilisation du mouvement, dont la détermination ne semble pas s'essouffler, tous sont unanimes à relever que de nombreux acquis, du reste inquantifiables, ont été enregistrés, même si en "termes politiques, on n'a pas réalisé beaucoup de choses, si l'on excepte la mise en échec du cinquième mandat et l'incarcération des figures de la corruption", observe M. Djabi.
Parmi les acquis : la réconciliation des Algériens avec eux-mêmes, avec les repères historiques, le fait qu'ils aient déjoué les tentatives de division, une très grande auto-organisation du mouvement, le dépassement de beaucoup de handicaps, l'adoption du pacifisme, la réhabilitation de l'image de soi et le respect de la femme, entre autres. "C'est un mouvement révolutionnaire. On a gagné une génération, une très grande politisation des jeunes", souligne le sociologue. "C'est une société qui a changé ; il y a l'émergence d'une nouvelle élite.
Et le peuple a libéré la rue. Le choix pacifique a permis d'immuniser le pays et de désarmer le pouvoir", note, de son côté, Saïd Salhi, vice-président de la Laddh. Confiants dans la "maturité et la capacité" du peuple à imposer le changement, les deux conférenciers estiment que le mouvement est appelé à passer à une autre étape. "Le hirak doit mieux s'organiser, mais la pression doit se poursuivre. Il faut explorer de nouveaux styles de lutte. Cette 2e année nous impose de nouveaux questionnements", estime M. Djabi. "La deuxième année doit être celle des conquêtes des espaces publics et des libertés démocratiques, préalables à tout. Nul ne peut structurer le hirak car il y a eu échec des représentations traditionnelles.
Le hirak est en train de tout reconstruire. Chacun a le droit de prendre des initiatives, la jeunesse doit prendre sa place. On n'a pas le droit de juger des intentions. Discutons. Notre rôle est de donner un prolongement à l'action politique de la société civile et des partis qui sont en phase avec le mouvement. Ce qui manque, ce sont les connexions et les convergences dans le mouvement", soutient, avec lucidité, Saïd Salhi.


Karim Kebir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.