Ligue 1: Le programme des rencontres de la 9ème journée    Boudjemaa Boushaba, nouveau directeur de l'Education de la wilaya de Sétif    Real : Odegaard se rapproche de ce club anglais    Real Madrid : Zidane ne serait pas menacé    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le peuple veut l'indépendance"
Marche des Algériens à Montréal
Publié dans Liberté le 24 - 02 - 2020

Beaucoup de familles sont venues manifester. Même des personnes en fauteuil roulant. Cette détermination se lit aussi sur les pancartes et les banderoles déployées à l'occasion.
"Tahya El-Djazayer !" La marche de la diaspora algérienne au Canada a débuté samedi par ce cri du cœur poussé par des millions de voix le jour de l'indépendance en 1962. C'est que les marcheurs à Montréal veulent hâter le démantèlement du système politique, hérité d'un coup de force par l'armée des frontières. "En 1962, on a libéré le territoire ; aujourd'hui, on va libérer le peuple du joug du pouvoir mafieux", martèle un manifestant, mégaphone en main.
Coïncidant avec le 1er anniversaire de l'insurrection citoyenne du 22 février 2019, la marche, qui devait s'ébranler à midi, a été précédée par une caravane motorisée de dizaines de véhicules arborant le drapeau national et l'emblème amazigh, qui a sillonné les principales rues de la métropole québécoise. La procession, qui a démarré de la rue Jean-Talon où les commerces algériens sont concentrés, est devancée par un camion à écran sur lequel défilent les portraits des détenus d'opinion, mais aussi les moments forts du hirak. Place du Canada, point de départ de la marche populaire, des cohortes de manifestants affluent par dizaines.
Sur place, l'ambiance est joyeuse mais toujours empreinte de son caractère revendicatif et contestataire. "On n'est pas venu faire la fête, on est venu vous faire dégager", scande la foule qui commence à grossir à vue d'œil au fur et à mesure que le coup d'envoi de la manif approche. Les premiers carrés commencent à se former sur le boulevard René-Lévesque. Beaucoup de familles sont venues manifester. Même des personnes en fauteuil roulant.
Cette détermination se lit aussi sur les pancartes et les banderoles déployées à l'occasion. "Système dégage", "Libérez les détenus d'opinion en Algérie", "Non à la répression", pouvait-on lire sur des pancartes de fortune portées par des marcheurs, pendant que d'autres s'égosillaient à scander les slogans habituels du hirak. "Y en a marre de ce pouvoir", entendait-on dans le premier carré de la marche. "Pouvoir algérien assassin", réplique un autre groupe au milieu de la procession humaine.
Celle-ci a emprunté les rues Peel et Sherbrooke avant d'arriver au point de chute, le consulat d'Algérie à Montréal sur la rue Saint-Urbain. Sur place, les quelque 2 000 manifestants ont observé un rassemblement au cours duquel, ils ont réitéré leur détermination à continuer à soutenir le peuple algérien qui manifeste pour sa liberté. Ils ont été accueillis par des chants patriotiques et la musique engagée de Matoub dont la voix résonnait dans le ciel de Montréal.
En début de soirée, les hirakistes se sont donné rendez-vous au collège Maisonneuve où des activités commémoratives de l'an 1 du hirak ont eu lieu. Outre un banquet traditionnel aux saveurs algériennes, la soirée a été ponctuée par des activités culturelles et artistiques. Pour la diaspora algérienne, la révolution du sourire continue. "Jusqu'à l'indépendance", promet-on.

De Montréal : Yahia ARKAT


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.