Nice : Boudaoui titulaire face à Rennes. Atal encore absent    Milan : Pioli est désolé, mais...    [Vidéo] Des milliers de manifestants dans Les rues d'Alger    Real : Un accord de principe trouvé avec Sergio Ramos ?    Encore un corps repêché à El Tarf    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    L'avocat de Blida libéré hier    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    Hirak, quels débouchés politiques ?    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Sans diagnostic point de remède !    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Libérez les détenus politiques !"
Mobilisation de la communauté algérienne à Montréal
Publié dans Liberté le 08 - 10 - 2019

Des centaines de personnes de la diaspora algérienne au Québec ont battu le pavé, dimanche à Montréal, à l'occasion du 33e acte de mobilisation de la révolution populaire. La manifestation, qui coïncidait avec le 31e anniversaire du 5 Octobre, était organisée en parallèle avec des actions similaires dans une vingtaine de villes en Europe et en Amérique du Nord.
Le décor de la manif était planté vers 11h, alors que des grappes de personnes arrivaient à la place du Canada, point de départ de la marche pacifique. Les slogans habituels du hirak se font entendre, témoignant d'une plus grande mobilisation des Algériens du Canada. Les organisateurs, avant de donner le coup d'envoi de la marche, réglaient des petits détails organisationnels. Les manifestants ont observé une minute de silence à la mémoire des martyrs d'Octobre 1988 et de toutes les victimes du système politique algérien. Midi passé, la procession humaine s'ébranle, précédée par un camion à écran sur lequel défilaient les portraits des détenus politiques et d'opinion : Lakhdar Bouregâa, Karim Tabbou, Samir Belarbi, Fodil Boumala, Samira Messouci, ainsi que les nombreux porteurs du drapeau amazigh. La marche silencieuse a emprunté les rues Peel et Sherbrooke au centre-ville de Montréal. Une large banderole dans le premier carré se veut un cri de colère. "Libérez les détenus politiques en Algérie", pouvait-on lire en effet.
Les nombreuses pancartes remplaçaient les slogans des manifestants qui voulaient leur action silencieuse. Ce qui donnait un caractère solennel à la manifestation mais qui renseignait aussi sur la gravité de la situation politique en Algérie avec le virage répressif décidé par le pouvoir toujours sourd aux cris du peuple manifestant. Un peuple déterminé à faire aboutir sa revendication de changement radical du système. "Non à la dictature", "L'armée dans les casernes", "Primauté du civil sur le militaire", proclame-t-on. L'élection surréaliste programmée pour le 12 décembre est dénoncée et rejetée par les marcheurs, qui ont tiré à boulets rouges sur les candidats à la candidature d'un scrutin improbable qui attire des fournées entières de bouffons. "Non à l'élection présidentielle", "Non au recyclage des mercenaires politiques", tranchent certaines pancartes brandies par les manifestants qui, une fois arrivés devant le consulat général d'Algérie à Montréal, ont commencé à crier leur colère, reprenant en chœur le chant engagé d'Oulahlou Pouvoir assassin. Pour les manifestants qui se disent plus que jamais déterminés, le combat continue, comme le résume la pancarte d'un manifestant : "Le 5 octobre 1988 j'ai manifesté ; 31 ans plus tard, je manifeste pour les mêmes raisons."
Y. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.