Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Décès de Kheddad: le PCF rend hommage à un "Homme d'honneur et de fidélité"    Man City : Mendy présente ses condoléances à Guardiola    Zeroual fait don d'un mois de sa pension de retraite    Benbouzid prône le scanner thoracique pour le dépistage du Covid-19    Coronavirus : 103 nouveaux cas confirmés et 21 nouveaux décès en Algérie    Tribunal de Koléa (Tipasa) : report du procès de Karim Tabou au 27 avril    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : Les professionnels de la presse concernés par le confinement    Soufiane Djillali accable l'ancien président Bouteflika    Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    SUSPENDUE DEPUIS 22 MARS : Reprise de l'activité de contrôle technique des véhicules    Extension du confinement : nouveaux horaires de travail pour les agences de la BNA    Extension du confinement : travail à mi-temps chez les assurances    Covid-19: Aboul el-Gheit avertit contre une propagation parmi les Palestiniens détenus    BIR EL-DJIR (ORAN) : Arrestation de 9 personnes pour incitation à la violation du confinement    Coronavirus : Abdelkader Bensalah fait don d'un mois de son salaire    L'Athletico Madrid cible Mandi    L'Inter Milan rêve toujours de Messi    Abdelouaheb Fersaoui condamné à une année de prison    Larbi Ounoughi installé dans ses nouvelles fonctions de P-dg de l'ANEP    Colla (Bordj Bou Arréridj) : Les enfants autistes livrés à eux-mêmes    L'institut Cervantès d'Algérie lance un concours de photographie    Coronavirus: plusieurs facilitations fiscales au profit des entreprises    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Qui veut saborder le projet de fabrication de respirateurs ?    Un député français saisit le procureur de Paris    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    3 personnes interpellées    Le journaliste Sofiane Merakchi condamné à 8 mois de prison ferme    Plusieurs pépites disponibles en un clic !    …CULTURE EN BREF …    Une fresque poétique sur un père et sa fille    Centre de regroupement des équipes nationales d'Aghribs : Le projet à l'arrêt depuis une année    CS Constantine : L'entraîneur égyptien Khaled Ghanim convoité    Du confinement sanitaire au «confinement médiatique»    MO Constantine (DNA-Est) : Un parcours exemplaire    Impact du COVID-19 sur le marché pétrolier en Afrique : Des pertes colossales et des risques latents    Moyen-Orient : L'Iran exhorte l'UE à s'opposer aux sanctions américaines    Cisjordanie occupée : Les colons profitent du confinement pour annexer des terres palestiniennes    On vous le dit    Acheminés par des avions de l'ANP: Une première commande d'équipements de protection réceptionnée    Vers une remontée des prix du pétrole ?    LA MUE HUMAINE    La couronne, la bavette et la muselière    Tlemcen: La culture se met au virtuel pendant le confinement    L'ENIE se lance dans la fabricationde respirateurs artificiels    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"L'œuvre de Mammeri est toujours vivante"
Plusieurs intellectuels l'ont souligné à Tizi Ouzou
Publié dans Liberté le 27 - 02 - 2020

À l'occasion de la commémoration du 31e anniversaire de la mort de cet écrivain, anthropologue et linguiste, des personnalités, telles que Hacène Metref, Hamou Boumedine ou encore Slimane Hachi, étaient présentes pour animer diverses activités à Tizi Ouzou.
Trente et un an après la mort de Mouloud Mammeri, son œuvre demeure toujours vivante, mais nécessite encore d'importants efforts en termes de vulgarisation et de transmission pour que les générations, actuelle et à venir, puisse comprendre sa teneur et sa grandeur. C'est du moins ce que préconisent plusieurs intellectuels que nous avons eu à interroger à l'occasion de la commémoration du 31e anniversaire de la mort de cet écrivain, anthropologue et linguiste dont la renommée a dépassé les frontières nationales depuis belle lurette.
"L'œuvre de Mouloud Mammeri est toujours vivante. Il y a toujours des non-dits sur son parcours et surtout sur son œuvre, c'est pourquoi nous faisons en sorte de perpétuer son combat et de vulgariser son travail", a souligné Hacène Metref, membre du collectif des activités culturelles d'Ath Yenni, qui a concocté, en collaboration avec l'APC, un programme de célébration de cet anniversaire.
Pour notre interlocuteur, c'est dans cet esprit d'ailleurs qu'a été choisi d'organiser plutôt des rencontres avec des élèves, un mini-salon de livres avec la participation d'une vingtaine d'auteurs, des conférences et un concours sur la vie et l'œuvre de Mammeri. Rencontré hier, le militant politique et culturel Hamou Boumedine a estimé que "si pour les anciennes générations, l'œuvre de Mammeri est suffisamment connue, ce n'est pas le cas pour les générations actuelles".
"Il y a, dit-il, un problème de transmission générationnelle dans la production littéraire et dans la prise de conscience de ce qu'ont été les acteurs de la revivification de la culture et de la langue amazighes de manière générale."
Pour Hamou Boumedine, "il faut une meilleure implication de tout un chacun pour qu'on ne laisse pas mourir quelqu'un qui a été de tout temps vivant en nous et pour nous !". Le chercheur et directeur du Centre régional pour la sauvegarde du patrimoine immatériel en Afrique, Slimane Hachi, n'en pense guère moins.
Tout en affirmant que Mammeri a été d'un apport immense dans la promotion de l'anthropologie et qu'"il est même le fondateur de l'anthropologie en Algérie avec ses travaux à Timimoune", Slimane Hachi, qui s'exprimait à l'occasion du lancement du programme commémoratif initié par la direction de la culture, a estimé que "par le travail de recherche qu'il avait réalisé notamment sur l'Ahelil de Gourara, classé patrimoine culturel immatériel de l'humanité, Mammeri a mis en place une méthodologie de travail exportable et extensible à tous les groupes et pays".
À travers ses propos, Slimane Hachi laisse entendre lui aussi que des efforts restent encore à faire dans ce sens. Intervenant à la même occasion, la directrice de la culture de wilaya, Mme Nabila Goumeziane, a plaidé pour la vulgarisation de la méthodologie d'enseignement de langue amazighe dont Mammeri a été le précurseur. En somme, les intervenants plaident pour un travail pédagogique de nature à promouvoir l'immense œuvre de l'auteur et de cet intellectuel hors pair que fut Mouloud Mammeri.

K. Tighilt


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.