La hausse des prix alimente l'appétit des investisseurs, optimistes    Baisse drastique des réserves de change et dérapage accéléré de la cotation du dinar    Une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Plus de 100 kg de drogue saisis à Alger et 11 suspects arrêtés    L'Etat œuvre à redonner aux zones rurales un rôle pionnier économiquement    Les meilleures œuvres primées    L'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    Le portier algérien Oukidja suspendu pour cinq matches    «Soulagé d'être réhabilité»    Ligue des Champions: le MCA s'impose au Sénégal face au Teungueth FC    Procès en appel de l'auteur présumé de l'assassinat d'Ali Tounsi : Le colonel Chouaib Oultache condamné à la prison à vie    INESG: ouverture des travaux d'une journée d'étude portant sur la guerre del'information    Une responsable sahraouie appelle les organisations féminines à travers le monde à protéger les sahraouies des exactions marocaines    Le FFS éloigne la perspective de sa participation aux prochaines élections    Arsenal : Le successeur de Lacazette déjà trouvé ?    Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    La rencontre fédérale a failli dégénérer    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Qui s'y frotte s'y pique    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Les matchs amicaux face à la Côte d'Ivoire et la Zambie officialisés    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    Les attaques de l'armée sahraouie contre les forces armées marocaines s'intensifient    Algérie : l'ONU réclame une enquête et la fin des détentions arbitraires    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Imposante mobilisation à Alger    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Crimes commis à l'étranger: Un projet de loi pour la déchéance de la nationalité    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Les rentiers cachés de la République    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Le pape en Irak, hier, pour une visite historique    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le "boulonnage automobile", c'est fini !
UN TAUX D'INTéGRATION INITIAL DE 30% SERA EXIGé DANS LE NOUVEAU CAHIER DES CHARGES
Publié dans Liberté le 01 - 03 - 2020

"Nous allons supprimer les avantages douaniers. Maintenant, celui qui voudra continuer à importer les kits, pourra le faire. Pour cela, il n'aura qu'à payer les droits de douane destinés aux produits finis", a indiqué, hier, le ministre de l'Industrie et des Mines.
Comme il fallait s'y attendre, le gouvernement passera à l'action pour exiger des opérateurs établis en Algérie un minimum en termes de taux d'intégration et de financement des usines de montage automobile. C'est ce qui ressort d'un entretien accordé, hier, à l'APS, par le ministre de l'Industrie et des Mines, Ferhat Aït Ali Braham, qui révèle que "le nouveau cahier des charges relatif à l'industrie automobile en Algérie, qui devrait être prêt avant la fin avril, exigera de l'investisseur un taux d'intégration initial de 30%, ainsi qu'un apport initial en capital égal ou supérieur à 30% de l'investissement".
En d'autres termes, indique le ministre, "un taux d'intégration de 30% veut dire que 30% des intrants utilisés sont des intrants locaux", d'une part, et "les services annexes à la production ne peuvent, en aucun cas, être comptabilisés dans le calcul du taux d'intégration", d'autre part.
Reconnaissant, toutefois, que ce taux d'intégration est "quasiment impossible sauf si on construit la carrosserie localement", le ministre annonce que "le nouveau cahier des charges exigera de l'investisseur de produire une coque algérienne". Du coup, explique M. Aït Ali Braham, "les 30% seront atteints dès le départ, alors que 10% d'intégration locale seront atteints avec les accessoires".
Autre nouveauté dans le prochain cahier des charges, l'implication de l'investisseur sur le plan financier. Ainsi, l'opérateur sera tenu de s'impliquer financièrement, soit à hauteur de 100%, soit en partenariat avec un minimum de 30% de capital social et de part d'investissement, et ce, en plus de l'exigence d'employer la ressource humaine locale (hors cadres dirigeants).
Evaluant l'investissement minimum à 250 millions de dollars pour produire 200 000 coques/an, M. Aït Ali Braham a estimé que "l'implication financière directe de l'investisseur est de nature à le responsabiliser et à l'inciter à respecter le cahier des charges".
Concernant l'avenir des entreprises qui exercent encore selon l'ancienne formule, le ministre a indiqué qu'"ils seront libres de continuer leur activité, mais sans prétendre à aucun avantage douanier". Car, explique-t-il, l'Etat "va supprimer les avantages douaniers. Maintenant, celui qui voudra continuer à importer les kits, pourra le faire. Pour cela il n'aura qu'à payer les droits de douane destinés aux produits finis".
Pour M. Ferhat Aït Ali Braham, "le montage automobile a permis, sous le couvert d'une pseudo-industrie, de surfacturer des importations, de transférer la devise vers l'étranger et de vendre dans un free-shop avec des droits et des taxes insignifiants". Quant au sort des kits CKD-SKD bloqués aux ports depuis avril 2019, il a révélé que "80% de ces importations ont été débloquées, sur 10 800 conteneurs".
Abordant l'importation des véhicules de moins de trois ans, le ministre a, d'emblée, annoncé que les voitures à moteur diesel sont exclues. Selon lui, "les véhicules diesel posent un problème de pollution majeur. Ils seront écartés de l'importation et remplacés par les voitures électriques hybrides".
Le ministre justifie cette décision par le fait que "le gasoil algérien ne permet pas une longue vie aux moteurs européens fonctionnant au diesel (…) Les Européens sont à la norme Euro-6 alors que nous sommes à l'Euro-2". Concernant la liste des pays d'où pourront être importés ces véhicules, le ministre estime que les pays européens seront les mieux indiqués, en raison de leur proximité géographique.

FARID BELGACEM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.