Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Le marché du travail touché de plein fouet par la crise : Les offres d'emploi ont baissé de 30% en 2020    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Transition énergétique : «Le rôle de Sonelgaz est incontournable» selon Chaher Boulakhras    Une "Sonelgaz bis" pour le renouvelable    Les élus de l'APW exigent une enquête    L'après-Trump commence aux Etats-Unis : Investiture du président élu Joe Biden    Peugeot Algérie et IRIS signent un partenariat    Conseils simples d'entretien du véhicule pour l'hiver extrême    Un incendie détruit quatre écoles au Bangladesh    Maroc : Premier cas de variant du nouveau coronavirus    Les ventes d'automobiles plongent en 2020 à cause de la Covid-19    Mondial 2021 de Handball : Retrouvailles entre l'Algérie et la France en fin d'après-midi    3 décès et 249 nouveaux cas    MO Béjaïa : Sebaâ remercié, Abbès arrive    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    Plusieurs joueurs sanctionnés    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    Arrivage de vaccins contre la Covid-19 : La confusion persiste    La commune se tourne vers les marchés couverts    Journée de protestation des enseignants    Boumerdès : Quel sort pour l'industrie de la pêche ?    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Chlef: Des constructions illicites sur des terres agricoles    Bouira: L'université Akli Mohand Oulhadj classée 22ème à l'échelle nationale    Un avant-projet en question    Une voiture dérape, un mort et deux blessés    Oran: Un carambolage impliquant 19 véhicules sur le 4eme périphérique    Des familles en danger de mort au 26 rue Larbi Ben M'hidi: Risque imminent d'un effondrement d'un immeuble au centre-ville    Un détachement de navires de guerre russes accoste au port d'Alger    Bir El Djir: Des aménagement en prévision des JM 2022    JSM Béjaïa: La feuille de route en application    La future loi, le sexe et l'âge    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    2,382 millions de km2 attendent l'amour et le travail du citoyen    Tiaret: Un film en hommage au comédien Hamza Feghouli    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Rêver à perdre la raison !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Drareni, Belarbi, Hassani et Hamitouche maintenus en garde à vue
Tandis que 28 prévenus étaient relâchés avec citation directe
Publié dans Liberté le 09 - 03 - 2020

Sur les trente-deux personnes arrêtées samedi au cours de la marche violemment réprimée, vingt-huit ont été relâchées dans la matinée d'hier, après leur présentation devant le procureur de la République près le tribunal de Sidi M'hamed.
Les manifestants interpellés, accusés d'incitation à attroupement non armé, ont reçu des convocations pour une comparution directe les 14 et 26 avril prochain. Le journaliste Sofiane Hadaji et l'activiste Sofiane Houfil ont été les premiers à sortir libres du tribunal d'Alger-Centre après leur audition par le procureur. Ils seront suivis par d'autres, dont Hamidou Garidi et son fils Hassan.
Quatre autres prévenus n'ont pas connu le même sort. Interpellés et placés en garde à vue la veille, dans les mêmes conditions et pour des chefs d'inculpation identiques que les 28 autres, le journaliste Khaled Drareni, l'ex-policier Toufik Hassani et les activistes Samir Belarbi et Lyès Hamitouche ont été reconduits, dans l'après-midi, au commissariat de Cavaignac pour y passer une deuxième nuit en garde à vue.
Le procureur de la République a invoqué un complément d'enquête, sans fournir la moindre information ou explication aux avocats. Il a reporté, en conséquence, sa décision à ce lundi. La nouvelle a consterné les nombreux journalistes et militants mobilisés à la rue de la Liberté longeant l'arrière-façade du Palais de justice, en soutien à Khaled Drareni, arrêté alors qu'il assurait une couverture de la manifestation du 3e samedi.
Ils ont scandé : "Justice libre, presse indépendante", "Le journalisme n'est pas un crime" ou encore "Libérez Khaled Drareni". Vers 10h30, des animateurs du Comité national pour la libération des détenus (CNLD), des militants du RAJ et des activistes du hirak sont arrivés en renfort.
Fodil Boumala, qui est allé directement vers les parents de Khaled Drareni, leur dira : "C'est le régime qui est en crise, pas nous. Ne vous inquiétez pas. Il s'en sortira." Quelques instants plus tard, Zakaria Boussaha a été exfiltré de la foule et embarqué dans un fourgon cellulaire pour avoir brandi l'emblème amazigh. Les manifestants ont immédiatement scandé des slogans hostiles au régime et à la justice.
La colère monte d'un cran dans la ruelle, quand le verdict dans l'affaire des deux jeunes hommes, poursuivis pour avoir poussé un policier du toit d'un véhicule de la Sûreté nationale en mai 2019, tombe. Saeddedine Youcef Islam et Zohir Houari écopent de quatre ans de prison ferme. Par ailleurs, Yasmine Si Mohand-Hadj et Hamid Hamadache, condamnés à deux mois d'emprisonnement avec sursis, ont quitté la maison d'arrêt d'El-Harrach hier.

Souhila H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.