Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Rencontre gouvernement-walis: Des instructions et des mises en garde    Contrôles renforcés aux frontières    Santé: Les pharmaciens demandent la révision de la carte de «répartition»    L'insomnie due au stress : pourquoi se produit-elle et comment y remédier ?    NA Hussein Dey: Blocages à tous les niveaux !    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    Hamza Rouabah, épidémiologiste au CHU de Sétif: «La vaccination des enfants est actuellement à l'étude»    La direction régionale du Commerce d'Oran dresse son bilan: Plus de 2.211 tonnes de produits saisies en 6 mois    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Les indépendants à l'assaut des communes    Le Gouvernement s'engage    Laporta aurait choisi Xavi    Brèves Omnisports    Mané: «Un match particulier face au Sénégal»    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Lamamra brille à New York    530000 Personnes vaccinées    La vie a repris ses droits    Qui contrôle les transporteurs?    La fin des enseignants non doctorants ?    125 nouveaux cas et 9 décès    «L'Algérie est une puissance régionale»    2.244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    Des salaires à corriger    La littérature comme réinvention perpétuelle du monde    Kaïs Saïed décide d'une série de mesures pour concrétiser la rupture    Un planning de rattrapage pour les travaux en retard    Décès de l'ancien international Rachid Dali    Fateh Talah la 2e recrue...    À la tribune de l'ONU, les Présidents sud-africain et namibien plaident pour l'autodétermination du peuple sahraoui    Le congrès du FFS reporté    La guerre internationale des gazoducs : entre géopolitique et fondamentaux    La scène médiatique en deuil    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    À quand le vrai bonheur?    La presse en deuil    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Pétrole : le juste prix ?    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Formation en écriture cinématographique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Drareni, Belarbi, Hassani et Hamitouche maintenus en garde à vue
Tandis que 28 prévenus étaient relâchés avec citation directe
Publié dans Liberté le 09 - 03 - 2020

Sur les trente-deux personnes arrêtées samedi au cours de la marche violemment réprimée, vingt-huit ont été relâchées dans la matinée d'hier, après leur présentation devant le procureur de la République près le tribunal de Sidi M'hamed.
Les manifestants interpellés, accusés d'incitation à attroupement non armé, ont reçu des convocations pour une comparution directe les 14 et 26 avril prochain. Le journaliste Sofiane Hadaji et l'activiste Sofiane Houfil ont été les premiers à sortir libres du tribunal d'Alger-Centre après leur audition par le procureur. Ils seront suivis par d'autres, dont Hamidou Garidi et son fils Hassan.
Quatre autres prévenus n'ont pas connu le même sort. Interpellés et placés en garde à vue la veille, dans les mêmes conditions et pour des chefs d'inculpation identiques que les 28 autres, le journaliste Khaled Drareni, l'ex-policier Toufik Hassani et les activistes Samir Belarbi et Lyès Hamitouche ont été reconduits, dans l'après-midi, au commissariat de Cavaignac pour y passer une deuxième nuit en garde à vue.
Le procureur de la République a invoqué un complément d'enquête, sans fournir la moindre information ou explication aux avocats. Il a reporté, en conséquence, sa décision à ce lundi. La nouvelle a consterné les nombreux journalistes et militants mobilisés à la rue de la Liberté longeant l'arrière-façade du Palais de justice, en soutien à Khaled Drareni, arrêté alors qu'il assurait une couverture de la manifestation du 3e samedi.
Ils ont scandé : "Justice libre, presse indépendante", "Le journalisme n'est pas un crime" ou encore "Libérez Khaled Drareni". Vers 10h30, des animateurs du Comité national pour la libération des détenus (CNLD), des militants du RAJ et des activistes du hirak sont arrivés en renfort.
Fodil Boumala, qui est allé directement vers les parents de Khaled Drareni, leur dira : "C'est le régime qui est en crise, pas nous. Ne vous inquiétez pas. Il s'en sortira." Quelques instants plus tard, Zakaria Boussaha a été exfiltré de la foule et embarqué dans un fourgon cellulaire pour avoir brandi l'emblème amazigh. Les manifestants ont immédiatement scandé des slogans hostiles au régime et à la justice.
La colère monte d'un cran dans la ruelle, quand le verdict dans l'affaire des deux jeunes hommes, poursuivis pour avoir poussé un policier du toit d'un véhicule de la Sûreté nationale en mai 2019, tombe. Saeddedine Youcef Islam et Zohir Houari écopent de quatre ans de prison ferme. Par ailleurs, Yasmine Si Mohand-Hadj et Hamid Hamadache, condamnés à deux mois d'emprisonnement avec sursis, ont quitté la maison d'arrêt d'El-Harrach hier.

Souhila H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.