Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Le marché du travail touché de plein fouet par la crise : Les offres d'emploi ont baissé de 30% en 2020    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Transition énergétique : «Le rôle de Sonelgaz est incontournable» selon Chaher Boulakhras    Une "Sonelgaz bis" pour le renouvelable    Les élus de l'APW exigent une enquête    L'après-Trump commence aux Etats-Unis : Investiture du président élu Joe Biden    Peugeot Algérie et IRIS signent un partenariat    Conseils simples d'entretien du véhicule pour l'hiver extrême    Un incendie détruit quatre écoles au Bangladesh    Maroc : Premier cas de variant du nouveau coronavirus    Les ventes d'automobiles plongent en 2020 à cause de la Covid-19    Mondial 2021 de Handball : Retrouvailles entre l'Algérie et la France en fin d'après-midi    3 décès et 249 nouveaux cas    MO Béjaïa : Sebaâ remercié, Abbès arrive    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    Plusieurs joueurs sanctionnés    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    Arrivage de vaccins contre la Covid-19 : La confusion persiste    La commune se tourne vers les marchés couverts    Journée de protestation des enseignants    Boumerdès : Quel sort pour l'industrie de la pêche ?    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Chlef: Des constructions illicites sur des terres agricoles    Bouira: L'université Akli Mohand Oulhadj classée 22ème à l'échelle nationale    Un avant-projet en question    Une voiture dérape, un mort et deux blessés    Oran: Un carambolage impliquant 19 véhicules sur le 4eme périphérique    Des familles en danger de mort au 26 rue Larbi Ben M'hidi: Risque imminent d'un effondrement d'un immeuble au centre-ville    Un détachement de navires de guerre russes accoste au port d'Alger    Bir El Djir: Des aménagement en prévision des JM 2022    JSM Béjaïa: La feuille de route en application    La future loi, le sexe et l'âge    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    2,382 millions de km2 attendent l'amour et le travail du citoyen    Tiaret: Un film en hommage au comédien Hamza Feghouli    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Rêver à perdre la raison !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Covid-19 : un nouveau dispositif de prise en charge des patients mis en place
Après le passage de l'Algérie au stade 3
Publié dans Liberté le 25 - 03 - 2020

La note du ministère de la Santé explique comment harmoniser la démarche thérapeutique selon les cas d'infections confirmés, modérés ou sévères.
Au lendemain du passage de l'Algérie au stade 3 de la pandémie de coronavirus, de nouvelles mesures d'ordre organisationnel et thérapeutique ont été prises dans le sens de la standardisation et du renforcement du système sanitaire hospitalier national. En effet, l'ensemble des centres hospitaliers (EPSP, EPH, EPHS, CHU) ouverts à travers le territoire national ont été destinataires d'une note ministérielle portant le numéro 12 relative au dispositif de prise en charge des patients souffrant de Covid-19.
Il s'agit, en fait, d'un ensemble de recommandations qui s'articulent autour de l'organisation du système de prise en charge en milieu hospitalier selon le niveau d'alerte épidémique et la sévérité du cas à traiter. Datée du lundi 23 mars 2020, la note du ministère de la Santé présentée sous forme de directives exécutoires, s'est inspirée des recommandations émises par les experts du Comité scientifique de suivi de l'évolution du coronavirus en Algérie.
Les compétences nationales en question expliquent dans un langage à la fois scientifique, médical et administratif, comment harmoniser la démarche thérapeutique selon les cas d'infections confirmés, modérés ou sévères. Les membres du Comité scientifique relèvent dans le préambule que la plupart des infections au Covid-19 enregistrées jusque-là ne sont pas graves. La majorité des patients à risques hospitalisés sont des sujets âgés et souffrant de certaines maladies chroniques.
Des formes graves de syndrome respiratoire ont été, tout de même, signalées chez les sujets jeunes. "Les défaillances rencontrées dans les formes graves potentiellement mortelles sont essentiellement de nature respiratoire, plaçant ainsi la réanimation au centre de la prise en charge", lit-on dans le document en question.
Sur la base de ce tableau récapitulatif de la situation épidémiologique de la nouvelle maladie infectieuse, toutes les structures hospitalières sont tenues de standardiser la prise en charge d'un cas suspect ou confirmé à l'infection liée au coronavirus.
Des mesures spécifiques d'isolement, soit en réanimation respiratoire ou dans d'autres salles, doivent être impérativement observées pour prévenir une éventuelle propagation au sein de l'établissement hospitalier. "Il faut séparer les suspects et les confirmés au Covid-19 dans les services dédiés à l'hospitalisation.
La prise en charge en réanimation des cas sévères doit être assurée aussi bien dans les régions dotées de CHU ou sans CHU". À cet effet, les services extérieurs du ministère de la Santé sont tenus de doter les EPH et autres établissements "dans les meilleurs délais de moyens nécessaires pour le fonctionnement des structures de réanimation".
Mobilisation des grands moyens
Dans le même registre, les experts développent d'une manière circonstanciée le processus de mobilisation des moyens d'hospitalisation, notamment comment impliquer l'ensemble du personnel soignant dans le fonctionnement des lits dédiés aux cas sévères ou suspects à l'infection. La prise en charge doit être assurée par l'ensemble des équipes médicales que compte la structure hospitalière.
À titre d'illustration, il est prévu qu'en cas de nécessité et d'extrême urgence, l'activité de chirurgie sera réduite aux seules urgences chirurgicales, les médecins anesthésistes-réanimateurs des services de chirurgie seront également réquisitionnés contre le Covid-19. La note rappelle plus loin les règles d'hygiène et de désinfection à observer en matière d'acheminement ou de transfert des patients d'un service de médecine vers celui de soins intensifs de réanimation chargé de la prise en charge des infections graves.
"Le transport des patients doit être assuré par la Protection civile, le Samu dans les wilayas où il existe, ou dans une ambulance d'un EPSP. Un seul soignant dans l'habitacle avec la tenue appropriée. Il faut désinfecter l'ambulance après le transport de chaque patient". Rappelons au passage que des professionnels de la santé des grandes villes ne cessent de lancer des appels pressants pour les doter des moyens de protection en raison de la demande grandissante dans les hôpitaux.
Quant à l'hospitalisation selon les niveaux d'alerte épidémique, les experts ont détaillé les conditions et les règles de la prise en charge à observer en milieu hospitalier, des sujets contacts, des cas bénins ou modérés et sévères identifiés aussi bien au stade 2 ou au stade 3 de la pandémie. Les membres du Comité scientifique ont rappelé, pour la circonstance les signes cliniques des personnes atteintes de forme sévère.
"Ils sont notamment âgés de 65 ans et plus. Ce sont des patients aux antécédents cardiovasculaires, hypertension artérielle compliquée, AVC, les diabétiques insulinodépendants non équilibrés ou qui présentent des complications secondaires à leur pathologie, les personnes présentant une pathologie chronique respiratoire, les patients présentant une insuffisance rénale chronique dialysée et les malades atteints de cancer sous traitement".
À la fin, les experts ont rappelé dans le détail les critères majeurs et mineurs d'admission en réanimation, en rappelant la définition de la prise en charge médicale selon les formes clinique des cas présentés et le niveau d'alerte épidémique. Le dernier volet de l'instruction est consacré à la mobilisation des moyens nécessaires à la prise en charge, soit en termes d'équipements, appareils ou de consommables (kits de prélèvement, réactifs, boîtes de gants etc…).

Hanafi H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.