15 ans de prison requis contre Zoukh pour octroi d'indus privilèges à la famille Hamel    Covid-19: des contacts en cours pour l'acquisition du vaccin dés sa disponibilité    Le documentaire "Objectif Hirak" primé en Inde    Premier League: Man City s'amuse contre Burnley    Le Maroc veut perturber une manifestation dénonçant l'agression à El Guerguerat    Football / Ligue 1 : cinq autres clubs signent la convention tripartite    Coup d'envoi d'une campagne de reboisement au niveau des structures universitaires    Zetchi donne des nouvelles de Belmadi    Energie: le gouvernement déterminé à instaurer un modèle énergétique durable    Groupe parlementaire FLN : la résolution du Parlement européen dépourvue du moindre fondement diplomatique    Lutte contre l'Islamophobie: L'Algérie réaffirme sa position "immuable"    PSG : Les mots forts de Neymar en hommage à Diego Maradona    Accidents de la route : Six décès et 253 blessés durant les dernières 48 heures    Décès de Aissa Megari : le Premier ministre présente ses condoléances    Abiy Ahmed rencontre les envoyés spéciaux de l'UA    «À Omar-Hamadi pour un résultat positif»    Ciccolini signe sa lettre de licenciement et rentre chez lui    Le Mouloudia décidé à relever le défi !    La dernière de Trump    Des membres du COA convoqués par la justice    La semaine des procès en appel à la cour d'Alger    «Tant que le virus est là, il n'y aura pas de reprise»    Saisie de 100 grammes de kif traité    7 personnes arrêtées pour des violences dans les quartiers    L'affaire de l'automobile sera rejugée    Beyoncé en tête avec 9 nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Réparation du grand orgue de Notre-Dame, un chantier très délicat    Cambridge lance un appel pour retrouver des carnets de Darwin «volés»    Le dernier Premier ministre élu démocratiquement emporté par le coronavirus    Le président Kaboré tend la main à l'opposition    L'OAIC confirme et précise    Vers l'extension de l'actuel accord de réduction    L'armée s'implique dans la lutte anti-Covid    Sit-in de soutien à Walid Nekkiche et aux détenus d'opinion    Les étudiants maliens en Algérie bloqués à Bamako    Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Des campagnes de vulgarisation pour améliorer les récoltes    Parfaite lune de miel dans un climat de tempête géopolitique    Nul sur toute la ligne    Vers la réalisation d'un théâtre de verdure et d'une bibliothèque    Lancement du concours "Ungal" du meilleur roman en tamazight    Les actrices intensifient la sensibilisation citoyenne    Secteur de l'habitat à Bouira : Les projets de logement social à la traîne    Ruines romaines de Bellimor à Bordj Bou Arréridj : Un patrimoine historique menacé    ANSEJ: Les créances des startups en difficulté rééchelonnées    Le ministre des Finances: Le problème de liquidités réglé dès décembre    Suppression de visas pour les Emirats: Le ministère des Affaires étrangères dément    Budget primitif 2021 de la wilaya: Plus de 30 milliards pour la réhabilitation du réseau de voirie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'infrangible lien…
26e partie
Publié dans Liberté le 30 - 03 - 2020

Résumé : Samira ne trouve pas le sommeil. Elle refait le monde avec des "si". Elle a conscience que Houari rencontrera des difficultés pour l'imposer. Sa famille n'allait pas sauter de joie en apprenant qu'elle était mère célibataire. Houari a aussi une insomnie et se met à lui envoyer des messages. Il voudrait parler avec elle mais elle ne décroche pas. Elle a une boule dans la gorge. Elle ne voudrait pas qu'il se fâche avec sa famille. Elle aspire à en fonder une, pas à en détruire une.
"Samira, ce ne sont pas eux qui vont se marier mais nous. Ils devront accepter. Je pense à aller les voir ce week-end. Ne pense pas à eux mais à nous."
"Mais c'est ce que je fais, répond-elle. Je pense à nous, à ma fille, à la vie qu'on aura. J'ai un mauvais pressentiment. Houari, tout est compliqué dans ma vie."
"Arrête de penser. Positive. Tu vas te marier et récupérer ta fille, insiste-t-il. Cela devrait t'aider à dormir et même à faire de beaux rêves. Mets une musique douce pour te détendre. On se voit demain ?"
"Oui. Je t'appellerai avant. Je vais suivre ton conseil et mettre un peu de musique. Je te souhaite une bonne nuit."
"Si tu voulais que je passe une bonne nuit, tu aurais accepté mes appels. Ta voix me manque. Non. Rectification, tu me manques."
"À ce rythme, écrit-elle, on sera encore en train de s'écrire demain matin. Je vais éteindre mon téléphone. À demain, inchallah."
Elle ne lui laisse pas le temps de répondre. Elle éteint son portable et la veilleuse, espérant trouver le repos une fois dans l'obscurité. Elle n'a pas mis de musique. Dans le silence de la nuit, elle se rappelle la voix de sa fille et combien elle est belle. Radia est si adorable qu'elle tremble à l'idée qu'on puisse lui refuser sa garde. Sa mère adoptive a su prendre soin d'elle, lui donner une bonne éducation et, surtout, beaucoup d'amour. Cela se voyait qu'elle n'a pas manqué d'amour, et l'assurance qui se dégageait de ses gestes met du baume à son cœur. Radia n'a jamais été maltraitée ni battue.
Si elle est adoptée par une autre famille, Samira en mourra. Elle tremble à l'idée de la perdre. Personne d'autre qu'elle ne prendra soin d'elle mieux qu'elle. Elle est sa mère biologique et tient à profiter de ce miracle pour corriger son erreur et l'avoir près d'elle.
"Ya Allah, aide-moi. Ne nous sépare pas." Samira ne cesse de prier et finit par s'endormir au petit matin. Elle rêve qu'elle est en train de jouer avec Radia, au bord de la mer, les pieds dans l'eau. Sa fille rit et lui jette de l'eau au visage, l'aveuglant un moment. Lorsque Samira la cherche des yeux, elle voit une vague gigantesque s'abattre sur elle et l'emporter au loin. "À l'aide ! Aidez-moi ! Ma fille va se noyer."
Ce sont ses propres cris qui la tirent de ce cauchemar. Elle se réveille en larmes et le cœur battant à tout rompre.
"Starghfirullah ! Starghfirullah ! Qu'Allah me pardonne ! Qu'Allah me pardonne !"
Samira essuie ses larmes.
"Hamdoullah, ce n'était qu'un mauvais rêve ! Hamdoullah ya Rebi !" La jeune femme quitte son lit. Elle se rend compte qu'il est plus de huit heures. Elle va se préparer. Elle s'est rappelée que Rahima et elle devaient se voir. En allumant son portable, elle trouve plusieurs messages. Houari et
Rahima ont tenté de la joindre. Elle rappelle son amie mais son portable est fermé. Elle se rend chez elle. Elle a la mauvaise surprise de trouver son mari. Son accueil est glacial.
- Pars d'ici et ne reviens plus ! crie-t-il, avant de lui claquer la porte au nez, sans même lui laisser le temps de dire un mot.
Elle est sous le choc. Elle en tremble…

(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.