La chute finale    Report du procès de Tahkout au 6 juillet    Sonatrach et ENI signent plusieurs accords    Le wali envisage de recourir au confinement partiel par localité    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    ONU: adoption d'une résolution exigeant "une cessation générale des hostilités" pour contrer le Covid19    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    On vous le dit    Communiqué de l'AJSA    Du sens du patriotisme en Algérie    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Aït Yahia Moussa : Stress hydrique dans les villages    Tizi Ouzou : Défaillance dans l'alimentation en électricité    Oran: décès de l'artiste Tahar Refsi    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    La tablette et les diplômés chômeurs    La mère des batailles    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    8 décès et 365 nouveaux cas en 24 heures    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    La FAF s'est fixé une date butoir    Youcef Benmicia, nouveau président    Vu à Tizi Ouzou    Le coup de gueule du Pr Ryad Mahyaoui    Le pétrole progresse,    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    DGSN : 3000 logements location-vente pour la police    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ali Haddad condamné à 18 ans de prison ferme    La libération de Karim Tabbou statuée aujourd'hui    Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Foot/Reprise des compétitions: Amar Bahloul appelle les clubs à faire preuve de "flexibilité"    ONU-Barrage du Nil: le Conseil de sécurité soutient l'UA pour régler la crise    Report de l'AGEx au 7 juillet    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    Zetchi : «Benzema est 100% algérien»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'éditeur n'exclut pas une plainte contre Amar Belhimer
Censure de Maghreb émergent et de Radio M info
Publié dans Liberté le 14 - 04 - 2020

Le torchon brûle entre le ministre de la Communication, Amar Belhimer, et l'éditeur des deux sites d'information en ligne, Maghreb Emergent et Radio M info, frappés de censure depuis jeudi dernier. Dans un communiqué rendu public hier, l'éditeur n'a pas exclu un éventuel dépôt de plainte pour "diffamation" contre Belhimer, lequel avait justifié la censure des deux sites en question par une prétendue infraction à la loi sur le financement étranger des médias.
"Le double préjudice porté à notre média, engagé quotidiennement depuis le début du confinement dans l'élan de solidarité nationale contre l'épidémie du Covid 19, nous contraint à nous défendre, y compris, si nécessaire, à exercer notre droit d'ester en justice le ministre de la Communication", soutient l'éditeur.
"Cette radio a été lancée grâce à une addition de fonds issus éventuellement d'une collecte publique organisée dans le cadre d'une opération de crowdfunding et de dons en provenance de l'étranger, par le canal d'organismes se donnant pour vocation affichée de renforcer les processus dits de ‘modernisation' et de ‘démocratisation'", avait accusé le ministre.
"L'affirmation du ministre selon laquelle Radio M a été lancée grâce à des fonds en provenance de l'étranger est une grave atteinte à ses équipes, ses actionnaires et ses partenaires commerciaux. Elle est diffamatoire et déshonore son auteur", estime l'éditeur.
"Chercher à jeter le doute sur le caractère national du capital intégralement algérien de l'éditeur de Radio M est un procédé injurieux pour les journalistes promoteurs des projets éditoriaux et à leurs partenaires financiers nationaux", ajoute le texte.
Rappelant qu'Interface Médias, éditeur des sites, est une société de droit algérien dont les fondateurs sont composés de journalistes, de collaborateurs et de sociétés nationales, le communiqué, qui relève "une méconnaissance ahurissante du modèle économique innovant de la presse digitale" chez le ministre, s'enorgueillit que "Radio M est un prototype encore inabouti de ce que devrait être la nouvelle industrie médiatique digitale génératrice d'emplois à valeur ajoutée, capables d'exporter des services (YouTube) et proposant une nouvelle offre médiatique aux Algériens et à la diaspora, conforme à la volonté de changement et de transparence exprimée par le peuple algérien depuis le 22 février 2019".
"La tentative de lui nuire et de la réduire au silence est un combat d'arrière-garde contre la liberté réclamée par les Algériens", conclut le communiqué.

K. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.