Tribunal de Sidi M'hamed: 18 ans de prison pour Ali Haddad, 12 ans pour Ouyahia et Sellal    La mère des batailles    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Casnos: Une campagne d'information sur la nouvelle plate-forme électronique    Coronavirus: Les deux prochaines semaines seront cruciales pour Sétif    La tablette et les diplômés chômeurs    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    La FAF s'est fixé une date butoir    Le verdict du procès des trois activistes de Béjaïa renvoyé au 8 juillet    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    8 décès et 365 nouveaux cas en 24 heures    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    Le marché informel des télés offshore    Les explications de Météo Algérie    Le pétrole progresse,    Les hôpitaux sont à nouveau sous pression    Pourquoi la population ne respecte pas les mesures barrières ?    L'université pilier de l'économie du savoir ?    L'épreuve    L'infrangible lien...    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Les retombées de la crise sanitaire en débat    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines    Répression contre l'opposition à Hong Kong    La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine    58e anniversaire de l'Indépendance: le Président Tebboune décrète une grâce présidentielle au profit de détenus    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    Les violations des droits de l'Homme au Sahara occidental occupé sont source de tension dans la région    Le président de la République décide de réserver un quota de logements supplémentaire de 450 unités à Tindouf    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ali Haddad condamné à 18 ans de prison ferme    La libération de Karim Tabbou statuée aujourd'hui    Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    SONATRACH ET ENI : Signature de trois accords gaziers    DGSN : 3000 logements location-vente pour la police    DECLARATION DU 1ER NOVEMBRE : Goudjil appelle à une interprétation plus approfondie    Foot/Reprise des compétitions: Amar Bahloul appelle les clubs à faire preuve de "flexibilité"    ONU-Barrage du Nil: le Conseil de sécurité soutient l'UA pour régler la crise    Kia se maintient en tête    L'extravagance toujours au menu    Le ciné-club virtuel qui crève les écrans    Zetchi : «Benzema est 100% algérien»    AGEX du GS pétrolier : Reportée au 7 juillet    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    Schengen ouvre ses frontières pour les Algériens    FAF: Qui succédera à Kheireddine Zetchi ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cathodique réquisitoire de deux procureurs
Journalistes emprisonnés dans l'exercice de leurs fonctions
Publié dans Liberté le 19 - 04 - 2020

La sortie est autant étonnante qu'inattendue : deux magistrats du tribunal de Sidi M'hamed assurent qu'il "n'existent aucun journaliste en prison". Dans une incursion médiatique, fait assez rarissime, mais probablement inspirée, le procureur de la République près le tribunal de Sidi M'hamed, Allaeddine Bouchib, et le procureur général adjoint, Hakim Maazouzi, ont balayé d'un revers de main les accusations selon lesquelles les journalistes Khaled Derarni et Sofiane Merakchi ont été mis aux arrêts dans le cadre de l'exercice de leur métier.
"Nous confirmons que nous n'avons pas de cas de journalistes en prison. Il n'y a pas de personnes qui ont le statut de journaliste qui ont été mis aux arrêts lors de l'exercice de leur métier. Les faits incriminés n'ont rien à avoir avec le métier de journaliste mais avec le droit public", a déclaré vendredi soir à la télévision publique, Allaeddine Bouchib. Pour sa part, Hakim Maazouzi a déclaré que "la majorité des poursuites contre les journalistes se sont faites sur la base de plaintes de citoyens, d'institutions ou d'organismes car touchant à la vie privée ou relevant de la diffamation et de la propagande".
Ces assertions des deux magistrats n'ont pas manqué de susciter de vives réactions parmi les avocats de la défense. Selon Abdellah Haboul, avocat et ancien magistrat, le parquet général a "plaidé" à la télévision publique la "défense du Gouvernement des accusations d'emprisonnement de journalistes".
Pour sa part, Me Abdelghani Badi, dans une démarche didactique, rappelle au directeur de la télévision algérienne, Ahmed Bensebane, les normes devant présider à un travail journalistique "honnête", lequel n'existe pas, selon lui, par la soumission au pouvoir. "L'Etat et le service public ne signifient pas le pouvoir politique et le système de pouvoir", écrit-il sur son compte Facebook.
"Lorsque le procureur de la République et le procureur général adjoint de la République sont venus mener une campagne de ‘blanchiment' des précédents du pouvoir vis-à-vis des droits de la presse, vous deviez, au moins, par professionnalisme et sous l'angle de l'avis contraire, accorder un droit à la défense des journalistes emprisonnés de donner leur point de vue et d'informer l'opinion publique sur la nature des dossiers. Ce que vous avez fait constitue un parti pris en faveur du parquet dans sa confrontation aux avocats et aux journalistes.
Vous avez donné la parole à la télévision avant le procès alors que la loi (article 147, alinéa 1 du code pénal) interdit explicitement toute influence sur la décision de justice avant son établissement", assène-t-il. "Mais c'est à ce que vous vous êtes livré hier (vendredi soir, ndlr) en exploitant le service public, en plus de déclarations de magistrats de nature à influencer la décision des juges", déplore-t-il.

Karim K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.