L'enjeu des locales et la survie des partis    Fraude électorale: la justice frappe fort    Une ambition en sursis    La connexion électrique    Les mesures phares mises en exergue    Les ressources humaines en point de mire    Les élections en ligne de mire    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    La belle leçon d'italien du professeur Mancini    Brèves    Fin de saison pour Frioui?    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    5 Tentatives de suicide en deux jours    Un téléphérique, dites-vous!    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Urban Jungle» expo à l'USBA    «Les planches me manquent!»    34 ans de négociations et toujours pas d'accords !    Qu'en est-il pour les visas ?    366 nouveaux cas et 10 décès    4 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi    Qui succédera à Chenine ?    Lavagne met en garde ses joueurs    Suppression officielle début juillet    Le ministère des Moudjahidine rejette toute tentative d'atteinte aux symboles nationaux    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    Baccalauréat: les candidats mitigés sur l'épreuve de mathématiques    Suspension des programmes de la chaîne "El Hayat TV" pour une semaine à partir de mercredi    Le Président Tebboune félicite Guterres pour sa réélection à la tête de l'ONU    Mali: L'application de l'accord de paix est "poussive", regrette le CMA    À quoi joue Haftar ?    Les Béjaouis décrochent !    L'ESS ne fait pas de cadeau !    4 personnes carbonisées suite à un accident    Les mesures de confinement reconduites dans 14 wilaya    Le Soudan qualifié    Pétrole algérien, les barils de la peur, lecture prospectiviste de l'ouvrage du Dr M. S. Beghoul    Les acteurs politiques en attente des tractations    Relance cherche finances    Actuculte    L'enseignement à distance en débat    APLS: Poursuite des attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Ligue des champions : Option pour Al Ahly et Kaiser Chiefs    Carnet de voyages - Lettre des états-Unis d'Amérique : Le putschisme carnavalesque    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?!    Tiaret: Hommage au producteur radiophonique Hadjarab    Liste des 851 produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bahlat Ilyes condamné à 6 mois de prison ferme
Cour d'appel d'Oran
Publié dans Liberté le 20 - 05 - 2020

La Cour d'appel d'Oran a condamné, lundi dernier, Bahlat Ilyes à six mois de prison ferme pour exposition au regard du public de documents de nature à nuire à l'intérêt national. L'homme est sanctionné pour avoir partagé une publication dénonçant la fuite présumée de passagers de Marseille du complexe des Andalouses où ils étaient en confinement à leur arrivée, le 14 mars. "Quand j'ai vu que des chaînes de télévision algériennes avaient démenti l'information, j'ai immédiatement supprimé le post", a relaté l'accusé lors de l'audience en visioconférence en se défendant d'avoir eu une intention malveillante.
En fait, Ilyès Bahlat, hirakiste 35 ans, avait publié sur la page "Oran avant tout" un post reprenant l'information qu'Imène M., résidant à Aïn Turk, avait diffusée à travers un enregistrement vidéo dans lequel elle alertait sur le fait que des voyageurs avaient réussi à déjouer la surveillance des services de sécurité pour échapper à la quarantaine. La jeune femme, qui s'est rétractée dans une seconde vidéo, a été interpellée le 2 avril et présentée devant la justice. Imène a, cependant, été laissée en liberté et devrait être jugée en citation directe dès la levée du confinement.
Le 19 avril dernier, Ilyès Bahlata a, lui, été condamné à une année de prison ferme avec mandat de dépôt, à l'issue d'un procès en comparution directe au tribunal d'Aïn Türk, en l'absence de ses avocats.
Devant la Cour d'appel, en réponse au procureur de la République qui a requis l'aggravation de la peine, les avocats de la défense ont souligné plusieurs anomalies procédurales qui constituent, selon eux, autant de motifs d'annulation du verdict prononcé en première instance et la relaxe de leur mandant.
Ils ont notamment remis en cause la compétence du tribunal d'Aïn Türk "inapte à juger un justiciable résidant hors de son territoire", dénoncé "la procédure de présentation et de comparution de Bahlat, jugé et condamné en l'absence d'une défense", et la légèreté du dossier d'accusation "qui ne comporte aucun élément soutenant l'accusation prévue par l'article 96 du code pénal". Pour les neuf avocats qui ont tenu à défendre Ilyes Bahlat, la "condamnation arbitraire" de leur client vise à restreindre la liberté d'expression.
Un autre avocat ira plus loin dans sa plaidoirie en épinglant les services de sécurité qui, plutôt que de déclencher une enquête pour déterminer la véracité ou non des faits dénoncés par Imène, ont préféré s'en prendre aux "lanceurs d'alerte".
S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.