Le Président de la République préside une cérémonie de remise de grades et de médailles aux officiers de l'ANP au Palais du peuple    Cherif Boubeghla et Cheikh Bouziane, deux icônes de la résistance populaire contre l'occupation française    Benbouzid: 25 à 30% des cas confirmés de la Covid-19 sont d'origine familiale    Le Président Tebboune renouvelle la reconnaissance de la nation à l'ANP pour ses sacrifices    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Coronavirus: 385 nouveaux cas, 302 guérisons et 8 décès durant les dernières 24h    Benlarbi et Hamitouche remis en liberté provisoire    JM Oran-2022 : "Aucune restriction sur le budget du COJM"    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    L'empire Haddad s'écroule    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Clubs et LFP mis devant le fait accompli !    Le procès de Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Karim Tabbou sera-t-il libéré ?    «Les quinze prochains jours seront cruciaux»    Les hôtels et les cités U à la rescousse    Installation des colonnes mobiles pour la lutte contre les feux de forêt    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Le schiste américain dans le rouge    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    Communiqué de l'AJSA    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    Du sens du patriotisme en Algérie    La mère des batailles    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    Vu à Tizi Ouzou    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Les retombées de la crise sanitaire en débat    Un mort et des blessés dans les manifestations de mardi    Plus de 200 corps exhumés en trois semaines en Libye    L'épreuve    L'infrangible lien...    Répression contre l'opposition à Hong Kong    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'infrangible lien…
74e partie
Publié dans Liberté le 06 - 06 - 2020

Résumé : Houari leur reproche d'être venues tôt. Khadidja confie avoir de la musique dans les oreilles. Elles seraient venues plus tôt si elles l'avaient écoutée. Samira reçoit un appel et va dans sa chambre. Krimo lui apprend que Radia est maintenant en Amérique. Elle pleure en réalisant qu'elles ne se reverront pas de sitôt. Houari la rejoint et tente de la réconforter. Elle devrait se réjouir car Radia a de la chance...
- Je suis si sûre que ton amie te contactera quand elle sera installée.
Samira s'essuie les yeux.
- Avant mon accident, j'étais animatrice dans une école de malentendants. Je suis beaucoup attachée à eux, surtout elle. Celle qui est partie en Amérique est une petite fille. J'aime beaucoup Radia.
- Alors, comme ça, c'est une petite fille, dit Khadidja. Je vois que tu es quelqu'un de sensible. Inchallah que tu auras des garçons et des filles et que tu leur donneras tout ton temps et ton amour.
- Inchallah !
- Allez, va te faire belle. Je ne voudrais pas que ta famille pense qu'on a commencé à te faire des misères. Allez, ma fille !
- Je ne savais pas que tu étais aussi gentille, la taquine Houari. Ecoute ma mère. Nous avons tous envie de te voir sourire et pas pleurer.
S'ils étaient seuls, il lui aurait dit que Radia est bien où elle est maintenant. Mais, en y réfléchissant, il pense qu'elle l'aurait mal pris.
Des youyous fusent dans le salon. Les filles viennent de mettre de la musique. Il sort de la chambre et voit que sa belle-famille est arrivée. Ils apportent des boîtes de gâteaux et des cadeaux.
Pour mettre à l'aise les femmes, ils sortent sur la terrasse. La préparation du déjeuner se passe dans la bonne ambiance. Les filles profitent pour danser dès que Khadidja a le dos tourné. Samira retrouve le sourire. Elle aurait bien participé mais, dès qu'elle lève le bras, la douleur lui rappelle qu'elle ne doit pas trop en faire.
- Contente-toi de regarder. La prochaine fois, c'est toi qui nous montreras tes talents de cuisinière, dit Khadidja. Vous allez venir au village avec nous.
- Ce sera avec plaisir, mais il faudra voir avec Houari. Il ne m'en a pas parlé, répond Samira, qui hésitait à s'engager.
- Vous parlez de quoi ? les interrompt-il.
- Quand on parle du loup..., ironise sa sœur. Mère voudrait que vous veniez avec nous.
- Même ta belle-famille est invitée, ajoute Khadidja. Ils pourront séjourner quelques jours au village. On en reparle après. Maintenant, on passe à table.
Le déjeuner se passe bien. Houari n'en revient toujours pas que sa mère puisse être aussi adorable et s'entendre avec tout le monde. Samira le surprend à sourire.
Elle soupire tout en pensant que la vie lui offrait une chance d'être heureuse et entourée d'une famille aimante. Elle prie pour que le mauvais œil ne s'invite plus dans sa vie. Même si elle souffre du fait de ne pas revoir sa fille, la voix de la raison lui conseille d'aller de l'avant. Après le déjeuner, ses belles-sœurs débarrassent la table. Elle les suit dans la cuisine.
- Ah non, tu ne touches à rien ! Va t'asseoir ! Tu viens de te marier, lui rappelle-t-elle. Chez nous, pendant la première semaine, les mariées ne font rien. Si vous êtes d'accord, on reste avec vous.
Mais Houari, qui vient de les rejoindre, a tout entendu.
- Il n'y a aucun problème, mais vous resterez seuls, dit-il. J'ai loué un bungalow pour quelques jours. Normalement, on part demain matin.
- Tu ne me l'avais pas dit, lui reproche Samira.
- Je voulais te faire la surprise.
- Alors, on partira demain, dit Narimène. J'en connais une qui sera déçue…
Houari hausse les épaules.
- Elle s'en remettra, glisse-t-il. Elle est habituée à ce que je n'en fasse qu'à ma tête.
(À SUIVRE)
T. M.
taosmhand[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.