Goudjil se réunit avec la délégation parlementaire devant participer aux travaux de la 145e Assemblée de l'UIP    Engrais: la priorité accordée aux échanges inter-arabes    Le Sommet arabe d'Alger sera "exceptionnel" et unificateur des rangs arabes    Plusieurs Etats d'Amérique latine réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Rebiga prend part, mercredi à Tripoli, à la commémoration du 65e anniversaire de la bataille d'Issine    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Un cas psychiatrique!    Défis africains de la COP 27    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Est-ce le déclic?    Deux Palestiniens tués par les sionistes près de Ramallah    Les challenges de 2023    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    Belatoui espère un véritable départ    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Trabendisme mental !    Grazie Meloni !    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les captifs de la crise sanitaire
Des Algériens toujours bloqués en france
Publié dans Liberté le 07 - 06 - 2020

L'insuffisance des vols, les défaillances dans les dispositifs de recensement et le manque de communication exacerbent la détresse d'innombrables compatriotes bloqués dans l'Hexagone depuis l'interruption du trafic aérien et maritime le 18 mars dernier. Certains n'ont plus d'argent pour financer leur séjour forcé et doivent justifier, auprès des préfectures, la prolongation de leur présence sur le sol français.
Son espoir renaît le 30 avril lorsqu'elle apprend que deux Airbus d'Air Algérie sont arrivés à l'aéroport parisien de Roissy-Charles-de-Gaulle pour rapatrier des Algériens, bloqués comme elle, en France, pour cause d'épidémie de coronavirus. Mais Lamia a très vite déchanté. À ce jour, personne n'est capable de lui dire quand elle pourra prendre l'avion. "Lorsque je parviens à joindre l'ambassade d'Algérie, on me demande de patienter tout en m'assurant que la fréquence des vols va augmenter", rapporte la jeune fille complètement dépitée.
Son unique planche de salut tient dans un formulaire d'enregistrement qu'elle a rempli sur une plateforme mise en ligne par le ministère des Affaires étrangères entre le 9 et le 23 avril, pour recenser le nombre d'Algériens en voyage à l'étranger. "Depuis, je compte les jours et le peu d'argent qui me reste pour subvenir à mes besoins. Ma sœur chez laquelle je suis venue en vacances est elle-même dans une situation financière très tendue.
Elle a perdu son travail à cause de la crise sanitaire et a un enfant à charge. Pour nous deux, le quotidien devient vraiment difficile", soutient la jeune fille. Arrivé à Paris, la fin du mois de février à Paris pour un stage, Anis se retrouve également dans la précarité. Sa formation ayant été interrompue pour cause de confinement, il a ensuite dépensé tout son argent pour continuer à louer une chambre d'hôtel. Sans l'hospitalité d'une connaissance familiale, il se serait retrouvé à la rue.
Alors, quand il apprend lui aussi qu'Air Algérie a envoyé deux avions de rapatriement à Paris, il s'est empressé d'appeler une des agences de la compagnie et l'ambassade pour savoir si son nom figure sur une prochaine liste de départs. Il a même écrit des courriels, y compris aux AE à Alger. Mais ses demandes d'informations sont restées sans réponse.
En désespoir de cause, Anis a dû se déplacer plusieurs jours de suite à l'aéroport pour voir si de nouveaux avions arrivaient. "Je n'étais pas le seul sur les lieux. Certains compatriotes voulaient carrément camper sur place", fait-il savoir. En attendant de pouvoir regagner l'Algérie, l'infortuné stagiaire doit demander une nouvelle prolongation de visa. La préfecture vient de lui transmettre une liste de documents à fournir. En plus des justificatifs attestant qu'il ne peut pas regagner l'Algérie pour des raisons sanitaires, Anis doit avoir souscrit à une assurance personnelle pour la durée du séjour prolongé.
Atteinte par la Covid-19 et loin de chez elle
Cette assurance a notamment permis à la mère de Fatah de bénéficier de soins gratuits après avoir contracté le coronavirus. "Elle est complètement guérie aujourd'hui. Mais son séjour restera inoubliable pour toutes les mauvaises raisons", regrette-t-il. La vieille dame est si traumatisée par ce qu'il lui est arrivé qu'elle n'a qu'une envie : repartir et retrouver sa maison. "J'ai appelé plusieurs fois l'ambassade pour demander qu'on la rapatrie en priorité. Mais rien n'a été fait", explique son fils, inquiet.
Sur un groupe Facebook intitulé "les Algériens bloqués en France", ils sont des dizaines à se relayer sur le fil d'actualité pour crier leur ras-le-bol et leur désarroi. Yasmina a choisi, elle aussi, ce canal pour dénoncer l'opacité qui entoure l'opération de rapatriement. Moins chanceuse que beaucoup d'autres, elle n'a pas pu s'inscrire sur la plateforme de recensement des AE.
"J'ai appris son existence uniquement après qu'elle soit fermée. Je ne comprends d'ailleurs pas pourquoi elle n'est plus en service", s'emporte notre interlocutrice qui attend désespérément la réouverture des frontières pour pouvoir, enfin, retourner en Algérie. Les autorités sont à leur seconde opération de rapatriement des Algériens depuis l'Hexagone. En mars dernier, des vols avaient été organisés dans des conditions lamentables. En dépit du confinement, beaucoup de compatriotes avaient pris le risque de se rendre à l'aéroport d'Orly.
Ce qui avait créé un véritable chaos. "Pourquoi Air Algérie ne publie-t-elle pas un programme de vols comme l'a fait Air France ? Sur quelle base s'est faite la sélection des personnes qui ont été rapatriées ? Quand va-t-on mettre fin à notre galère ?" enrage Amel, en France depuis le 7 mars. Bien qu'il ne soit pas admis comme prioritaire (car il est résident en France), Nassim a pourtant une bonne raison de vouloir partir en Algérie, au plus vite. Sa mère est décédée le 19 mars dernier.
Trois jours auparavant, il devait prendre l'avion pour être présent à son chevet, mais son vol a été annulé pour cause de fermeture des frontières. "J'ai assisté à l'enterrement par vidéo, triste et frustré par l'idée de ne pas pouvoir être sur place, auprès de mon père et de mes jeunes sœurs", confie le jeune Algérien de Nice.
Seul dans sa douleur et complètement désemparé, il a commencé par solliciter le consulat puis l'ambassade à Paris, pour pouvoir bénéficier d'un rapatriement en priorité. Nassim s'est ensuite adressé à Samir Chaabna, un des députés de l'émigration en France, pour demander de l'aide.
Mais à ce jour, le fameux coup de fil de la délivrance, celui que les services consulaires donnent aux personnes admises sur des vols de rapatriement, n'est pas arrivé. "Je ne dors pas la nuit par peur de rater leur appel car j'ai appris qu'ils contactent les gens à des heures parfois très tardives pour leur annoncer un départ pour le lendemain", assure Nassim. Selon lui, cette façon de faire s'expliquerait par le souci des autorités diplomatiques d'éviter que l'information soit diffusée et pousse d'autres personnes en attente de rapatriement à se ruer à l'aéroport.
"Le problème est que je suis très loin de Roissy. Je risquerai de rater mon vol si je suis prévenu la veille très tard", craint Nassim. Comme d'autres, il pense que l'Etat algérien doit augmenter la fréquence des vols et affréter, pourquoi pas, des ferries.
À l'ambassade d'Algérie à Paris, on assure pourtant que tous les moyens sont déployés pour permettre à tous les Algériens bloqués dans l'Hexagone de regagner l'Algérie aussitôt que possible et dans les meilleures conditions. Des sources diplomatiques font savoir qu'une cellule de crise a été mise en place dès la fermeture des frontières pour gérer le dossier.
"Tous les employés de l'ambassade et des consulats sont mobilisés pour répondre aux appels de nos compatriotes", assurent nos interlocuteurs. Ces derniers révèlent, par ailleurs, qu'en plus de Roissy, d'autres aéroports comme celui de Marseille et de Lyon devront abriter prochainement d'autres opérations de rapatriement. Il est aussi question d'utiliser l'aéroport d'Orly qui rouvrira normalement le 26 juin.
"Nous comprenons la grande situation de stress dans laquelle se trouvent nos ressortissants. Mais il faut savoir que ce problème ne se pose pas seulement à l'Algérie. Tous les pays du monde sont concernés", nous explique-t-on.
À la question de savoir pourquoi la plateforme de recensement et d'enregistrement des Algériens bloqués à l'étranger a été fermée, nos interlocuteurs font savoir que le délai imparti (deux semaines) était amplement suffisant pour permettre aux concernés de s'inscrire.
Le nombre des inscrits est d'ailleurs le seul indice qui a été pris en compte pour évaluer le nombre des Algériens se trouvant actuellement coincés en France. 3 000, selon des statistiques dévoilées dernièrement. Or, ce chiffre est loin de refléter la réalité car, justement, beaucoup de compatriotes n'ont pas été recensés.

De Paris : Samia LOKMAN-KHELIL


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.