Ces deux pistes qui font réfléchir Mehdi Zerkane    Djahid Zefizef nouveau manager général des Verts    Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Le renforcement des capacités de combat de l'armée sahraouie, une des priorités pour 2022    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le Chabab réussit la passe de trois    L'information locale au centre des préoccupations    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Des enjeux plus grands qu'un sommet    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Jungle/Pub sur Internet ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Président appelle à l'apaisement et au dialogue
Mouvement de contestation populaire au Mali
Publié dans Liberté le 16 - 06 - 2020

Le Mouvement du 5 juin a appelé de nouveau à un rassemblement de masse ce vendredi pour exiger la démission du chef de l'Etat.
Sous le feu d'une contestation inédite menée par un important mouvement, dirigé par l'imam Mahmoud Dicko, le chef de l'Etat malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a tenté, dimanche soir, de rassurer en se disant prêt au dialogue avec ce mouvement (Mouvement du 5 juin) qui a récemment organisé un rassemblement de plusieurs milliers de personnes dans la capitale, Bamako. Dans un discours retransmis à la télévision publique, le président malien a appelé à privilégier la voie du dialogue et de la concertation pour une sortie de crise.
"Ma porte est ouverte et ma main toujours tendue", a-t-il déclaré en annonçant qu'il rencontrera bientôt les figures de ce mouvement de contestation qui se propage déjà à plusieurs régions du pays. "Mon rôle est de prévoir les schémas de confrontations violentes qui ne feront le bonheur de personne. C'est pourquoi j'invite au dialogue et je me réjouis de la perspective de rencontrer bientôt les acteurs du mouvement dit du 5 juin.
Car rien ne saurait être au-dessus du Mali", a ajouté le président malien, tout en renouvelant sa confiance à son Premier ministre, Boubou Cissé, qu'il vient de reconduire à son poste. Le président malien s'est dit, en outre, "attentif" aux contestations survenues après la publication définitive des résultats des élections législatives par la Cour constitutionnelle. "Les dernières élections législatives ont fait l'objet de graves contestations dans certaines parties du pays, il nous faut tirer toutes les leçons de ces crispations." "Ma porte est donc ouverte et ma main toujours tendue", a terminé le président du Mali. Selon plusieurs médias maliens, le Mouvement du 5 juin a multiplié cette semaines les appels à d'autres rassemblements de masse pour exiger la démission du chef de l'Etat. Plusieurs chefs religieux, hommes politiques et organisations de la société civile composent ce mouvement qui promet un grand rassemblement ce vendredi.
Il remet en cause la gestion du dirigeant malien IBK, responsable, selon les contestataires, de la crise multidimensionnelle (insécurité, crise politique, dégradation de la vie socioéconomique) qui frappe le pays depuis 2012. Cette coalition est formée d'un mouvement ayant à sa tête l'imam Mahmoud Dicko, du Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD) qui regroupe des partis d'opposition dont le principal d'entre eux, Espoir Mali Koura (EMK), un mouvement de la société civile dirigé par le cinéaste et ancien ministre de la Culture Cheick Oumar Sissoko. Eminente figure religieuse et tenant d'un islam rigoriste, Mahmoud Dicko était un proche du président Keïta. Entré récemment en politique, il est devenu un critique virulent du pouvoir.
Des acteurs de la communauté internationale dont l'ONU et la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) ont, ces derniers jours, joué les bons offices en rencontrant séparément MM. Keïta et Dicko.
Karim Benamar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.