Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des syndicats de la santé dénoncent leur exclusion
Gestion de l'épidémie et désignation au sein de l'Agence de sécurité sanitaire
Publié dans Liberté le 21 - 06 - 2020

Les organisations syndicales, qui se sont réunies, affirment qu'elles se prononceront après le bilan de la Covid-19 sur "les insuffisances et défaillances de la gestion de cette crise sanitaire".
Les syndicats de la santé ne sont pas contents de la manière dont le premier responsable du secteur gère la crise sanitaire liée à la Covid-19 et le font savoir. Objet de leur mécontentement : absence de "coordination" et leur "exclusion" du plan d'action de la lutte adopté.
"Les syndicats déclarent leur mécontentement quant à l'attitude du ministre de la Santé dans la manière dont il gère cette crise en excluant la coordination et en omettant d'impliquer les syndicats représentatifs des différents corps de la santé dans la mise en place, l'exécution et l'évaluation des plans d'action de lutte contre la Covid-19", écrivent ces syndicats dans un communiqué rendu public.
Au terme d'une réunion tenue le 16 juin dernier à Alger, le Syndicat national des enseignants chercheurs hospitalo-universitaires (Snechu), le Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), le Syndicat algérien des paramédicaux (SAP) et le Syndicat des médecins libéraux (SML) confirment que l'Algérie traverse toujours une "grave" crise sanitaire, obligeant, disent-ils, à la "vigilance" et à la "mobilisation de tous pour une gestion plus efficace sur le terrain".
Signe de cette crise : l'enregistrement toujours de nouveaux cas de contaminations, avec une moyenne de 100 cas par jour, en plus du nombre de décès considérable et le nombre d'atteintes des professionnels de la santé par le virus. Outre qu'ils demandent à la tutelle de mettre tous les moyens nécessaires de travail et de protection à la disposition des professionnels des deux secteurs, public et privé, "afin de préserver leur sécurité (...)", ces syndicats demandent également la "généralisation" des tests de dépistage dans tous les établissements de santé publics et privés.
"Les syndicats se prononceront après le bilan de la Covid-19 sur les insuffisances et les défaillances de la gestion de cette crise sanitaire", souligne le texte. Autre source de mécontentement : les critères retenus dans le choix des responsables de l'Agence nationale de sécurité sanitaire rattachée à la présidence de la République.
"À ce titre, les syndicats ne sont pas satisfaits quant à l'exclusion du partenaire social représentatif des professionnels, l'élément de base dans tout système de santé, de cette agence qui requiert la présence de membres ayant une expérience avérée et des compétences prouvées sur le terrain", déplorent-ils.
Concernant l'indemnité temporaire "spéciale Covid-19" promise par le chef de l'Etat, à l'origine de tensions parmi les professionnels de la santé, ces syndicats en appellent le ministère de la Santé afin de l'octroyer à "tous les professionnels de la santé sans exception" et tiennent à rappeler qu'ils n'ont à aucun moment demandé l'octroi d'une prime spécialement pour la prise en charge des patients atteints de Covid-19.
Par ailleurs, les syndicats ont décidé de reporter les discussions sur les questions inhérentes aux différents corps professionnels, dont la révision des statuts particuliers, la nécessité de mettre en place des commissions ad hoc chargées de revoir certains articles de la loi sanitaire et de mettre en place les textes d'application de cette dernière, à une date ultérieure.

K. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.