Dans un discours au siège du MDN: Les mises en garde de Tebboune    Le crime économique organisé, une menace pour la sécurité mondiale    Commerce: Le ministre demande aux boulangers de «patienter»    Le baril bombe le torse    Quid des nouvelles villes en Algérie ?    CAF: Le match Algérie-Côte d'Ivoire maintenu à Japoma    Groupe D : Egypte-Soudan, aujourd'hui à 20h00: Victoire obligatoire pour les «Pharaons»    Groupe D : Guinée-Bissau - Nigeria, aujourd'hui à 20h00 - L'outsider sans complexes    Oran: Quatre morts dans la chute d'un monte-charge    Covid-19: La question de la vaccination des enfants bientôt tranchée    Sommes-nous vaccinés contre le vaccin ?    Tlemcen: Une stèle pour Benaouda Benzerdjeb    L'éternelle nuit religieuse : l'Horloge bloquée sur minuit    Des Américains en prospection à Oran    Incontournable marché libyen    Pépé s'attend à un gros duel    Luis Suarez, un cas difficile à gérer    Umtiti blessé au pied et opéré    Inadmissible!    Sept nouveaux manifestants anti-putsch tués    Onze morts dans des raids au Yémen    Panique dans les lycées    Une hausse inquiétante    L'heure est grave    Des critiques aux reproches    «Le spectre de l'achat des voix plane»    Les facteurs d'une Renaissance nationale    Didouche Mourad revisité à Aghribs    La semaine du film documentaire    CAN-2021 / Côte d'Ivoire - Algérie (J-2) : concentration maximale chez les Verts    APN: présentation du projet de loi portant règlement budgétaire de l'exercice 2019    L'application de certaines dispositions de la loi relative au chahid et au moudjahid, après enrichissement des textes    Chanegriha : La rencontre avec le président Tebboune au siège du MDN revêt une "symbolique particulière"    Saisie de plus de 15 kg de cocaïne et 14 q de kif traité en 2021    De Mistura doit agir pour garantir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Le Conseil présidentiel en faveur de la tenue des élections    Le statu quo !    "L'ACTIVITE SYNDICALE EST VITALE POUR LA SOCIETE"    Levée des obstacles sur 679 projets d'investissement    Accidents de la route : 34 morts et 1027 blessés en une semaine    A l'écoute de la CAN    Croissance de 8,1% en 2021, au plus haut depuis une décennie    Le pôle de formation ouvre ses portes à la presse    M. Lamamra reçu par le Président égyptien Abdelfattah Al-Sissi    Trois morts suite à une attaque par drone    Privilèges, affectations et contrariétés !    Une histoire entre colons    Tu recevras autant que tu as...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'imam Dicko défie le président IBK
Médiation de la Cédéao pour un gouvernement d'union nationale au Mali
Publié dans Liberté le 22 - 06 - 2020

Les dirigeants du mouvement de contestation M5 ont estimé que les envoyés de la Cédéao n'avaient pas tenu compte de la crise du Mali, à savoir la mauvaise gouvernance, la corruption et la violation des principes démocratiques dont le président IBK est "le seul responsable".
Le mouvement de contestation malienne M5, dirigé par l'imam Mohamed Dicko, à l'origine d'une protestation massive au Mali depuis le 5 juin, a rejeté samedi soir l'offre de sortie de crise proposée par des médiateurs ouest-africains et consistant en la mise en place d'un gouvernement d'union nationale. Les dirigeants de cette contestation ont par ailleurs réitéré leur demande de démission du chef de l'Etat, Ibrahim Boubakar Keita, tenu pour responsable de la situation explosive du pays sur le double plan sécuritaire et socioéconomique. "Dans les circonstances actuelles, aucun gouvernement, même ‘d'union nationale', dont le M5-RFP n'est ni demandeur ni preneur, ne saurait résoudre les problèmes du Mali", a affirmé dans un communiqué le mouvement contestataire, qui prône une "refondation" du Mali.
"Aussi, le M5-RFP réitère sa demande de démission du président Ibrahim Boubacar Keïta et (de) son régime", selon le même document. À l'appel du "Mouvement du 5 juin" (M5-RFP), coalition hétéroclite dont la figure emblématique est l'influent imam Mahmoud Dicko, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté vendredi dernier à Bamako pour réclamer le départ immédiat du chef de l'Etat, au pouvoir depuis 2013. Au soir de cette manifestation, les chefs de la diplomatie du Niger, du Nigeria et de la Côte d'Ivoire, en mission de bons offices au Mali au nom de l'organisation régionale Cédéao, ont évoqué la "nécessité" de mettre en place un "gouvernement consensuel d'union nationale", une option à laquelle le président Keïta a récemment ouvert la voie.
Ils prônaient également l'organisation d'élections législatives partielles dans des circonscriptions où une intervention de la Cour constitutionnelle a été favorable au camp du président Keïta, ce qui avait suscité la colère de l'opposition. Leurs efforts de médiation ont reçu samedi le "plein soutien" du Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres. Mais le M5-RFP a estimé que les envoyés de la Cédéao n'avaient tenu "aucunement compte de la source de tous les maux et de toutes les crises du Mali, à savoir la mauvaise gouvernance, la corruption et la violation des principes républicains et démocratiques dont le président Ibrahim Boubacar Keïta est le seul et unique responsable".
Il dénonce également la "totale illégalité" d'éventuelles élections partielles et souligne sa "détermination à mettre en œuvre tous les moyens légaux et légitimes" pour obtenir le départ du Président, "qui seul peut aujourd'hui sauver le Mali".


K. B./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.