Goudjil confirmé dans son poste    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Mandat d'arrêt international contre le principal responsable    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Benbouzid annonce la réception de nouveaux lots    Plusieurs opérations menées en une semaine    Création du syndicat maghrébin des journalistes : L'exclusion des professionnels sahraouis dénoncée    Borussia M'gladbach-Man City : Bensebaini titulaire. Mahrez sur le banc    CAN-2021 (U17): l'Algérie dans le groupe B avec le Nigeria    Mouloud Mammeri, héritage et transmission    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    Terrain du Hirak    La prison se charge des convictions !    Le Brent renoue avec des niveaux d'avant la crise    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Bouakaz appelle à la «mobilisation générale»    Les flammes de la passion    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    Sanitaires «privatisés»    Prenez soin de vous... mangez de la soupe !    Légumes grillés au citron et à la coriandre    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Début de la vente des vignettes automobile à partir du 1er mars    Mourad Preure, expert en pétrole: «Nos gisements sont surexploités»    Le ministre du Travail: Vers une intégration massive des jeunes du pré-emploi    Après avoir reçu la première dose il y a 21 jours: La deuxième phase de vaccination contre la Covid-19 lancée    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'imam Dicko défie le président IBK
Médiation de la Cédéao pour un gouvernement d'union nationale au Mali
Publié dans Liberté le 22 - 06 - 2020

Les dirigeants du mouvement de contestation M5 ont estimé que les envoyés de la Cédéao n'avaient pas tenu compte de la crise du Mali, à savoir la mauvaise gouvernance, la corruption et la violation des principes démocratiques dont le président IBK est "le seul responsable".
Le mouvement de contestation malienne M5, dirigé par l'imam Mohamed Dicko, à l'origine d'une protestation massive au Mali depuis le 5 juin, a rejeté samedi soir l'offre de sortie de crise proposée par des médiateurs ouest-africains et consistant en la mise en place d'un gouvernement d'union nationale. Les dirigeants de cette contestation ont par ailleurs réitéré leur demande de démission du chef de l'Etat, Ibrahim Boubakar Keita, tenu pour responsable de la situation explosive du pays sur le double plan sécuritaire et socioéconomique. "Dans les circonstances actuelles, aucun gouvernement, même ‘d'union nationale', dont le M5-RFP n'est ni demandeur ni preneur, ne saurait résoudre les problèmes du Mali", a affirmé dans un communiqué le mouvement contestataire, qui prône une "refondation" du Mali.
"Aussi, le M5-RFP réitère sa demande de démission du président Ibrahim Boubacar Keïta et (de) son régime", selon le même document. À l'appel du "Mouvement du 5 juin" (M5-RFP), coalition hétéroclite dont la figure emblématique est l'influent imam Mahmoud Dicko, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté vendredi dernier à Bamako pour réclamer le départ immédiat du chef de l'Etat, au pouvoir depuis 2013. Au soir de cette manifestation, les chefs de la diplomatie du Niger, du Nigeria et de la Côte d'Ivoire, en mission de bons offices au Mali au nom de l'organisation régionale Cédéao, ont évoqué la "nécessité" de mettre en place un "gouvernement consensuel d'union nationale", une option à laquelle le président Keïta a récemment ouvert la voie.
Ils prônaient également l'organisation d'élections législatives partielles dans des circonscriptions où une intervention de la Cour constitutionnelle a été favorable au camp du président Keïta, ce qui avait suscité la colère de l'opposition. Leurs efforts de médiation ont reçu samedi le "plein soutien" du Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres. Mais le M5-RFP a estimé que les envoyés de la Cédéao n'avaient tenu "aucunement compte de la source de tous les maux et de toutes les crises du Mali, à savoir la mauvaise gouvernance, la corruption et la violation des principes républicains et démocratiques dont le président Ibrahim Boubacar Keïta est le seul et unique responsable".
Il dénonce également la "totale illégalité" d'éventuelles élections partielles et souligne sa "détermination à mettre en œuvre tous les moyens légaux et légitimes" pour obtenir le départ du Président, "qui seul peut aujourd'hui sauver le Mali".


K. B./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.