Rachid Nekkaz sort de l'isolement    Un activiste du Hirak arrêté    Les pharmaciens saisissent Tebboune    L'ANBT et le "faux communiqué"    "Il faut revoir l'architecture du financement de l'économie"    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Le suspense perdure    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Un siècle de foot et de lutte    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    Ouverture tous azimuts !    Tremblement de terre d'une magnitude de 4,3 degrés près de Sidi Ghiles    Baisse des hospitalisations à partir du 25 juillet    Le saviez-vous... ?    Installation d'une commission d'évaluation des dégâts    Le meurtrier de Djabanet-Lihoud placé sous mandat de dépôt    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    MCA : Aymen Rahmani met fin au suspense    Lésion méniscale pour Boudaoui    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    Chlef : Un meilleur éclairage pour le centre-ville    En prévision de sa réouverture : Protocole sanitaire pour les visiteurs du jardin d'essai    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Constantine: Deux morts et quatre blessés dans une collision    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    La réunion périodique présidée par Tebboune    Le stockage des produits dangereux est interdit depuis 45 ans    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    Après le choc, la colère !    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Biskra face au rebond inquiétant des contaminations
épidémie de coronavirus
Publié dans Liberté le 02 - 07 - 2020

"Nous sommes face à une flambée des cas de coronavirus", nous répond l'infectiologue Dr Reddas, sollicitée à décrire la situation qu'il qualifie de catastrophique.
N'attendez pas que les autorités procèdent au reconfinement de la région, c'est à nous de nous autoconfiner pour une période d'une quinzaine de jours, seule mesure pouvant nous prémunir contre la pandémie", appellent plusieurs citoyens, lesquels exhortent les services concernés à rendre publiques les statistiques exactes relatives aux cas de contamination et de décès enregistrés. "Nous n'avons rien compris. Que se passe-t-il au juste ? Au moment où l'on enterre chaque jour au moins cinq morts des suites du coronavirus, la cellule d'investigation et de suivi des enquêtes épidémiologiques déclare zéro nouveau cas de contamination à Biskra et sept cas de décès au niveau national. Comment se fait-il que la plupart des sujets atteints par la Covid-19, confinés chez eux, s'en sortent sains et saufs, alors que ceux hospitalisés meurent chaque jour ?", s'interrogent la plupart des habitants de la région, professionnels de la santé y compris, et surtout ceux exerçant à l'hôpital Hakim-Saâdane, lesquels sont exténués, vu le degré de fatigue qui les ronge. "Je suis très fatiguée.
Excusez-moi, la situation est très difficile à gérer devant l'afflux important de malades que l'on reçoit chaque jour. Nous avons dans notre hôpital des médecins et infirmiers touchés par la Covid-19. Nous sommes face à une flambée des cas de coronavirus", nous répond l'infectiologue Dr Reddas, sollicitée à décrire la situation. À l'heure où nous mettons sous presse, Dr Yacine Houara, médecin de renom, vient de lancer un appel aux habitants, dans lequel il les invite à se reconfiner, car la situation est catastrophique. "Je suis moi-même atteint de la Covid-19. Plusieurs malades ne cessent de m'appeler au téléphone, demandant conseils. La situation est très dangereuse, restez chez vous et ne sortez qu'en cas de nécessité majeure. Respectez les mesures de protection si vous devez sortir, et n'oubliez pas de porter vos bavettes", recommande-t-il. "Il faut dire que la région est au bord d'une vraie catastrophe sanitaire. Les cimetières de la ville accueillent quotidiennement de nombreux morts. Il y a un manque flagrant de médecins spécialistes et d'équipements médicaux. Les soignants, dont 12 sont contaminés, sont déjà à bout de souffle et commencent à arborer l'étendard de capitulation. Il faut que les pouvoirs publics bougent et fassent quelque chose", nous raconte-t-on à l'hôpital de référence.
Après les campagnes de collecte de fonds pour assurer l'approvisionnement de l'hôpital en oxygène dont il enregistre une pénurie criante, la population passe à une autre campagne : fournir les cercueils aux services mortuaires de la même structure, car ils en manquent, vu le nombre effrayant de décès. Des menuisiers et des commerçants de la ville se sont à ce titre solidarisés et ont fourni 15 cercueils et promettent d'en fournir encore d'autres. Pour ce qui est de la pénurie foudroyante d'oxygène qui fait toujours couler beaucoup d'encre, les citoyens ne sont pas restés les bras croisés, ils ont, en un temps record, collecté six millions de dinars pour l'achat de concentrateurs d'oxygène et des manodétendeurs pour bouteilles avec barboteurs. Et c'est ce qui a été fait, selon nos sources hospitalières. Les décès se poursuivent de jour en jour, et nul n'en est maintenant à l'abri. Après la perte de quatre membres de la famille Hamel (deux jeunes frères et leurs parents), cheikh Yazid Aloui, imam de la mosquée du quartier El-Boukhari et ancien secrétaire du bureau de wilaya du parti Ennahda, Abdelhak Hassani et Lazhar Djezar, respectivement inspecteurs de l'éducation nationale, viennent de rendre l'âme pour les mêmes raisons.
Le défunt Lazhar Djezar, faut-il le rappeler, est décédé dans des circonstances dramatiques. "Faute de lits à l'hôpital, il a passé trois heures dans une ambulance de la Protection civile avant de succomber", raconte un témoin oculaire. Face à la situation désastreuse, une enquête judiciaire vient d'être diligentée concernant notamment la pénurie subite d'oxygène provoquant ce nombre effrayant de décès, avons-nous appris de source crédible. Par ailleurs, eu égard au "silence des responsables", et pour limiter la propagation de la pandémie, certains commerçants ont volontiers procédé à la fermeture provisoire de leurs magasins. Attendant qu'une solution miracle soit trouvée, les responsables dans la wilaya de Biskra continuent d'accuser les foules nombreuses d'être à l'origine de l'aggravation de la situation. Quant aux citoyens, c'est plutôt "les lacunes des responsables" enregistrées dans la gestion de la crise qui contribuent à rendre catastrophique la situation.


H. BAHAMMA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.