Rivière asséchée !    Le Grand Sud, cette Algérie utile    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    Envoi de troupes de l'ANP au Sahel: Le démenti de l'ambassade de France    Football - Ligue 1: De belles affiches au programme    Ligue 2 - Groupe Est: Choc à Tadjenanet, retrouvailles à El-Eulma    ASM Oran: La volte-face de Kamel Mouassa !    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Macron reconnaît: Ali Boumendjel «torturé puis assassiné» par l'armée française    El quinqui de ma grand-mère et l'antonomase    Les explications de Cevital    163 nouveaux cas, 147 guérisons et 5 décès en 24 heures    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    Le leader en péril à Biskra    Les présidents de trois partis reçus par le chef de l'Etat    Les facteurs déterminants du cours des hydrocarbures    L'Algérie entame sa véritable course dans le processus de l'émergence    Les Soudanais autorisés à entrer en Algérie    Suspension des vols charters entre Alger et l'aéroport chinois Chengdu    RCR-USMBA délocalisé au stade de Chlef    «Mon plus grand soutien, c'est l'Armée !»    Enregistrement audio de chansons et musiques    La France reconnaît que son armée a assassiné Ali Boumendjel    Le court métrage algérien «Mania» primé    La RASD, un combat séculaire, une volonté populaire pour une défaite Inéluctable du colonialisme    Djerad: mettre en place des plateformes en ligne pour les demandes d'exercice d'activité socio-économiques    Beldjoud préside la cérémonie d'installation du wali d'El Meghaier    Le Maroc doit rendre des comptes concernant l'occupation illégale des territoires sahraouis    M. Chitour évoque les opportunités de coopération et de partenariat avec l'ambassadeur d'Espagne en Algérie    Coronavirus: 163 nouveaux cas, 147 guérisons et 5 décès    Prétendu engagement militaire de l'Algérie dans le Sahel: l'ambassade de France dément des propos attribués à Macron    Le lion change de look    Actuculte    L'Allemagne reconnaît le droit du Sahara occidental à l'indépendance    Zones d'ombre: le programme du président de la République sera concrétisé    Radiothérapie : de nouveaux centres prochainement à travers plusieurs wilayas    Indispensable neutralité    Marche des étudiants à Alger    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    La défense réclame la présence des accusés    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    Relaxe pour le maire d'Afir    10.000 logements à la clé    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Biskra face au rebond inquiétant des contaminations
épidémie de coronavirus
Publié dans Liberté le 02 - 07 - 2020

"Nous sommes face à une flambée des cas de coronavirus", nous répond l'infectiologue Dr Reddas, sollicitée à décrire la situation qu'il qualifie de catastrophique.
N'attendez pas que les autorités procèdent au reconfinement de la région, c'est à nous de nous autoconfiner pour une période d'une quinzaine de jours, seule mesure pouvant nous prémunir contre la pandémie", appellent plusieurs citoyens, lesquels exhortent les services concernés à rendre publiques les statistiques exactes relatives aux cas de contamination et de décès enregistrés. "Nous n'avons rien compris. Que se passe-t-il au juste ? Au moment où l'on enterre chaque jour au moins cinq morts des suites du coronavirus, la cellule d'investigation et de suivi des enquêtes épidémiologiques déclare zéro nouveau cas de contamination à Biskra et sept cas de décès au niveau national. Comment se fait-il que la plupart des sujets atteints par la Covid-19, confinés chez eux, s'en sortent sains et saufs, alors que ceux hospitalisés meurent chaque jour ?", s'interrogent la plupart des habitants de la région, professionnels de la santé y compris, et surtout ceux exerçant à l'hôpital Hakim-Saâdane, lesquels sont exténués, vu le degré de fatigue qui les ronge. "Je suis très fatiguée.
Excusez-moi, la situation est très difficile à gérer devant l'afflux important de malades que l'on reçoit chaque jour. Nous avons dans notre hôpital des médecins et infirmiers touchés par la Covid-19. Nous sommes face à une flambée des cas de coronavirus", nous répond l'infectiologue Dr Reddas, sollicitée à décrire la situation. À l'heure où nous mettons sous presse, Dr Yacine Houara, médecin de renom, vient de lancer un appel aux habitants, dans lequel il les invite à se reconfiner, car la situation est catastrophique. "Je suis moi-même atteint de la Covid-19. Plusieurs malades ne cessent de m'appeler au téléphone, demandant conseils. La situation est très dangereuse, restez chez vous et ne sortez qu'en cas de nécessité majeure. Respectez les mesures de protection si vous devez sortir, et n'oubliez pas de porter vos bavettes", recommande-t-il. "Il faut dire que la région est au bord d'une vraie catastrophe sanitaire. Les cimetières de la ville accueillent quotidiennement de nombreux morts. Il y a un manque flagrant de médecins spécialistes et d'équipements médicaux. Les soignants, dont 12 sont contaminés, sont déjà à bout de souffle et commencent à arborer l'étendard de capitulation. Il faut que les pouvoirs publics bougent et fassent quelque chose", nous raconte-t-on à l'hôpital de référence.
Après les campagnes de collecte de fonds pour assurer l'approvisionnement de l'hôpital en oxygène dont il enregistre une pénurie criante, la population passe à une autre campagne : fournir les cercueils aux services mortuaires de la même structure, car ils en manquent, vu le nombre effrayant de décès. Des menuisiers et des commerçants de la ville se sont à ce titre solidarisés et ont fourni 15 cercueils et promettent d'en fournir encore d'autres. Pour ce qui est de la pénurie foudroyante d'oxygène qui fait toujours couler beaucoup d'encre, les citoyens ne sont pas restés les bras croisés, ils ont, en un temps record, collecté six millions de dinars pour l'achat de concentrateurs d'oxygène et des manodétendeurs pour bouteilles avec barboteurs. Et c'est ce qui a été fait, selon nos sources hospitalières. Les décès se poursuivent de jour en jour, et nul n'en est maintenant à l'abri. Après la perte de quatre membres de la famille Hamel (deux jeunes frères et leurs parents), cheikh Yazid Aloui, imam de la mosquée du quartier El-Boukhari et ancien secrétaire du bureau de wilaya du parti Ennahda, Abdelhak Hassani et Lazhar Djezar, respectivement inspecteurs de l'éducation nationale, viennent de rendre l'âme pour les mêmes raisons.
Le défunt Lazhar Djezar, faut-il le rappeler, est décédé dans des circonstances dramatiques. "Faute de lits à l'hôpital, il a passé trois heures dans une ambulance de la Protection civile avant de succomber", raconte un témoin oculaire. Face à la situation désastreuse, une enquête judiciaire vient d'être diligentée concernant notamment la pénurie subite d'oxygène provoquant ce nombre effrayant de décès, avons-nous appris de source crédible. Par ailleurs, eu égard au "silence des responsables", et pour limiter la propagation de la pandémie, certains commerçants ont volontiers procédé à la fermeture provisoire de leurs magasins. Attendant qu'une solution miracle soit trouvée, les responsables dans la wilaya de Biskra continuent d'accuser les foules nombreuses d'être à l'origine de l'aggravation de la situation. Quant aux citoyens, c'est plutôt "les lacunes des responsables" enregistrées dans la gestion de la crise qui contribuent à rendre catastrophique la situation.


H. BAHAMMA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.