Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    Installation des nouveaux présidents et procureurs généraux aux Cours de justice de Tiaret et Relizane    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    La défense fait appel    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    La traque d'un "sulfureux" général    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    11 décès et 495 nouveaux cas en 24 heures    Un baccalauréat des plus atypiques des révisions chamboulées    La colère de Tebboune    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





28 décès dus à la Covid-19 en 48 heures
Seuil alarmant de la pandémie à Sétif
Publié dans Liberté le 04 - 07 - 2020

Selon des praticiens, outre le retard dans la prise en charge des patients, il a été noté le développement de formes graves de la maladie.
La wilaya de Sétif a enregistré durant les journées de jeudi et d'hier vendredi pas moins de 28 décès, à savoir 9 à El-Eulma, 9 à Aïn Oulmène, 3 à Sétif, 3 à Bougâa, 2 à Aïn Azel et 2 à Aïn El-Kébira. Selon des praticiens, outre le retard dans la prise en charge des patients, il a été noté le développement de formes graves de la maladie.
Le manque de lits de réanimation aux quatre coins de la wilaya a aggravé la situation et le manque d'oxygène à cause de la grande pression due à une surdemande dans les hôpitaux, notamment au CHU Sâadna-Abdennour de Sétif, aggravent la situation.
Le problème a été soulevé lors de la réunion du ministre avec les responsables lors de sa visite avant-hier. L'on a appris qu'un bienfaiteur s'est engagé à réaliser une deuxième station d'oxygène de 13 tonnes au CHU, en attendant de trouver des solutions durables.
Sur un autre volet, lors d'une séance de travail tenue à la wilaya, il a été constaté de visu la situation conflictuelle qui fait partie du quotidien au sein de la plus grande structure hospitalière de la wilaya et la gestion hasardeuse depuis le début de la pandémie.
Le Pr A. Moumeni a jeté un pavé dans la mare en indiquant que certains services ne sont toujours pas exploités et des dizaines de lits pas utilisés, et que ce n'est pas encore le moment de parler de saturation du CHU. Le service d'orthopédie, qui compte 70 lits, est toujours fermé.
L'on note aussi l'absence d'initiatives concrètes de la part des responsables du CHU qui, semble-t-il, ont les mains liées. Ils se contentent de lancer des appels sur les réseaux sociaux pour demander de l'aide et l'intervention d'associations à caractère caritatif et de bienfaiteurs au point que la population commence à s'interroger sur les moyens des structures de santé dans la wilaya et les budgets qui leur sont alloués. Pis encore, le ministre a été surpris, lors d'une visite effectuée au laboratoire, que la PCR ne fonctionne pas.
Sur un autre volet, il a été constaté que le service de réanimation, qui figurait comme deuxième point de la visite du ministre, a été zappé du programme. Selon certaines indiscrétions, le problème du manque d'oxygène aurait motivé cet escamotage, afin de cacher la vérité au membre du gouvernement.
Accosté par trois patients en détresse, le ministre a été informé que la prise en charge des patients suspects et Covid-19 avérés laisse à désirer. "Ils sont en train de vous mentir. Faites quelque chose pour nous Monsieur le ministre", dira l'un des intervenants un scanner à la main montrant des lésions pulmonaires à 75%.
Des médecins et paramédicaux se sont aussi adressés au ministre de la Santé Benbouzid pour lui faire part de leur inquiétude quant au manque d'équipements de prévention individuelle. "La distribution des équipements de travail ne se fait pas régulièrement et en quantité suffisante", dira une praticienne au ministre qui est resté sur sa faim après sa visite à Sétif où le virus se propage à grande vitesse.

FAOUZI SENOUSSAOUI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.