Secousse tellurique à Bethioua (Oran) : aucun perte humaine ou dégât matériel    Accidents de la circulation et noyades: 15 décès en 48 heures    Presse vs pouvoir : une suspicion réciproque    Les ambitions de l'Eniem    «Une audience, Monsieur le Ministre, juste une audience !»    Pékin accuse les USA de «diaboliser» ses instituts Confucius    Trump croit à la théorie sur l'inéligibilité supposée de Kamala Harris    Crash d'un avion dans le Sud-Kivu    Installation du président et du procureur général de la cour    La réponse de l'UGTA au député    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration de Yellel    Si ! Si ! Les loups peuvent se dévorer entre eux !    Un nouvel ouvrage met à nu les pratiques sournoises du Maroc en Amérique latine contre la RASD    Sans touristes étrangers, la fréquentation de Versailles «s'écroule»    14 morts et 5 blessés dans une attaque dans le Centre    100 ans de la Bataille de Varsovie    L'indépendance de l'enquête remise en cause    Benkhelifa et Bouchina très sollicités    Le recrutement de Guendouz "en bonne voie"    Amrane, nouvelle recrue    L'AIE pessimiste pour 2020 et 2021    Les représentants des retraités de l'ANP invités au MDN    L'Union européenne se dit "préoccupée"    Ouverture de la saison estivale à Aïn Témouchent    Arrestation d'un promoteur immobilier à Oran    Reprise des cours le 1er septembre prochain    La direction du RCD chez Tabbou    Un Etat à décongestionner    FLN: L'accord de "normalisation" entre les EAU et Israël, un coup dans le dos de la cause palestinienne    Une Algérienne met dehors ses parents au Canada    Le baiser de Mahrez et le séisme de Mila et de Tipasa    Tlemcen : Coupures répétées de courant    Rififi chez le Doyen    Attia en pole position    FC Nantes : Abeid testé positif au coronavirus    Attar l'estime nécessaire pour combler les besoins intérieurs : Le débat sur l'exploitation du gaz de schiste relancé    La casbah au-delà du Mythe, la vie : Dar Soltane en travaux, suivez le guide    Mustapha Hadni. petit-neveu de Lechani Mohand Saïd : «Lechani était de tous les combats d'émancipation des Algériens»    Entré en service: La wilaya attend beaucoup du 5e boulevard périphérique    Deux blessés dans un accident de la route    CA Bordj Bou-Arréridj: Les supporters montent au créneau    Tiaret: Les nouveaux président de cour et procureur général installés    Signaux d'alarme    Être «Président» !    UNE DIVISION CERTIFIEE    80 logements LPA de Bir El-Djir: Le bout du tunnel !    Football amateur: Quelle issue pour les groupes DNA ?    El-Bayadh: Le doyen des facteurs n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Reprise des négociations à Londres pour un accord post-Brexit
Union européenne
Publié dans Liberté le 07 - 07 - 2020

Les négociations entre le Royaume-Uni et l'Europe pour parvenir à un accord commercial post-Brexit ont repris hier dans la capitale britannique, mais les chances d'arriver à un compromis s'amenuisent, alors que l'échéance fixée par Londres se rapproche.
Le Royaume-Uni a accueilli hier le négociateur européen Michel Barnier, après une première série d'entrevues la semaine précédente à Bruxelles, auxquelles les deux parties avaient mis fin avec un jour d'avance en raison de "sérieuses divergences", avait annoncé M. Barnier. Son homologue britannique, David Frost, avait, lui, évoqué des "différences significatives". Sorti de l'UE le 31 janvier, le Royaume-Uni négocie désormais avec Bruxelles pour tenter d'établir une relation commerciale avantageuse avec le bloc européen à la fin de la période de transition, fixée au 31 décembre 2020.
Les discussions n'ont pour l'instant pas permis de réelles avancées, alors que la date butoir approche à grands pas, et avec elle le risque d'un "no deal" dévastateur pour des économies déjà très fragilisées par la pandémie de coronavirus. Pour la chancelière allemande, Angela Merkel, le bloc des 27 nations "devraient se préparer à l'éventualité qu'un accord ne soit pas conclu", a-t-elle estimé, en prenant mercredi la relève de la présidence européenne. Cette issue fait peur aux entreprises britanniques, qui souhaitent être informées le plus rapidement possible de la possibilité ou non d'un accord, afin de déclencher promptement un coûteux plan d'urgence en cas de "no deal".
Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, souhaite être fixé dès juillet sur la possibilité de cet accord, tandis que les Européens visent le mois d'octobre, estimant que cela laisse suffisamment de temps aux Etats membres et au Royaume-Uni pour ratifier le traité sur leur nouvelle relation, qui entrerait en vigueur le 1er janvier 2021.
R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.