Arsenal : Mikel Arteta évoque le dossier Martin Odegaard    Le bilan de la pandémie de Covid-19 à 11H00 GMT    Le parquet demande la confirmation de la peine de trois ans de prison contre Kechida    La sardine et le charlatan    Un ministre au cœur de la polémique    Les propositions du mouvement El-Islah    La situation sanitaire s'aggrave    La RASD exprime sa gratitude à la Namibie    139 corps découverts dans les charniers de Tarhounah    Toujours pas de conclusions    Madoui prend le relais    La «seconde jeunesse» de Koudri    Incendie au niveau du siège    Masque anti-âge avec de la vaseline    Régime et hypertension artérielle    Gâteau au chocolat sans gluten    Flâneries, émerveillement et regrets !    Après 77 jours d'isolement à Florence, Michel-Ange et Raphaël enfin déconfinés    Vente d'un manuscrit unique sur la bataille d'Austerlitz annoté par Napoléon    Les rebelles pointés du doigt par l'ONU    Plus de 250 morts et 100 000 déplacés au Darfour    Visite d'inspection du ministre des Travaux publics : Mise en service de plusieurs infrastructures    Les souscripteurs AADL 1 crient leur ras-le-bol    Gel des importations des viandes rouges : Quel impact sur le marché local ?    Sensibilisation des éleveurs à l'insémination artificielle    Les joueurs de nouveau en grève    Mourad Karouf, nouvel entraîneur    Le MJS gèle les suspensions prononcées depuis juin 2020    Ourida Lounis. Avocate : «Nous plaidons pour la réhabilitation des victimes»    Le FFS se prononce sur le climat politique : «Les élections ne sont pas une solution à la crise actuelle»    Un an de prison ferme requis    37 milliards de centimes de créances à recouvrer    Mohamed Baba-Nedjar transféré à l'hôpital    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    Le procès commencera la deuxième semaine de février    Hosni Kitouni. Chercheur en histoire et auteur : «Ce qui nous importe, c'est le jugement que nous portons nous-mêmes sur la colonisation»    Abdelmadjid Guemguem, alias Guem, est décédé    De la philosophie comme remède à l'Institut français d'Alger    Koussaïla Adjrad ou quand passion rime avec fascination    Banque mondiale: Vers une reprise partielle de l'économie algérienne    Bouira - Covid-19 : 12 transporteurs verbalisés    Quand un vol de bétail se termine par un drame    La pâleur d'une façade    Tournoi de l'UNAF - U17 : Algérie - Tunisie, aujourd'hui à 14 h 30: Les Verts à une marche de la CAN    De nouvelles conditions imposées sur les véhicules    245 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Abdelaziz Rahabi : «Le rapport Stora ne prend pas en compte la principale demande historique des Algériens»    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La production industrielle en forte chute
Le Secteur public en crise
Publié dans Liberté le 07 - 07 - 2020

La production industrielle du secteur public a reculé de 6,7% durant le 1er trimestre 2020, selon les derniers chiffres de l'ONS.
L'Algérie devrait connaître une forte contraction de sa croissance économique cette année. Les premiers signaux de ce cycle de récession commencent à apparaître. Selon les derniers chiffres de l'Office national des statistiques (ONS), repris par l'agence APS, "la production industrielle du secteur public a reculé de 6,7% durant le 1er trimestre 2020, par rapport à la même période de 2019".
Tous les secteurs d'activité sont touchés par le recul de la production, à l'exception des industries de l'agroalimentaire et des industries diverses, qui ont enregistré une croissance respective de +5,9% et de +51,7%. Selon les données de l'ONS, la production dans le secteur de l'énergie s'est contractée de 1,2% au premier trimestre de l'année en cours par rapport à la même période de l'année dernière.
La branche des hydrocarbures a reculé de 3,3%. L'Office des statistiques explique cette contre-performance par la baisse de 3,9% pour le segment "pétrole brut et gaz naturel" et de 11,9% pour la "liquéfaction du gaz naturel". La production dans les mines et carrières a connu, elle, une diminution de 4,8%. Les industries sidérurgiques, métalliques, mécaniques, électriques et électroniques (ISMMEE) ont chuté de 38,2%.
Ce résultat, indique l'ONS, est dû à "des chutes importantes induites par un certain nombre d'activités, notamment la fabrication des biens intermédiaires métalliques, mécaniques et électriques (-40%), la fabrication des biens de consommation métalliques (-39,5%) et la production et transformation des métaux non ferreux (-51,8%)". Le ralentissement de la filière du bâtiment a bien entendu des répercussions sur les secteurs en amont comme celui des matériaux de construction. Selon l'ONS, les matériaux de construction ont enregistré une décroissance de -11,5%. C'est le cas aussi des industries chimiques. Les industries des bois et papier ont reculé de 23,3%. Cette baisse a concerné l'ensemble des activités relevant de ce secteur, notamment, l'industrie de l'ameublement (-36,1%) et la menuiserie générale (-11,7%).
Quant à la production des industries des cuirs et chaussures, elle a chuté de 20,4%. La forte contraction de la production industrielle du secteur public est intervenue avant la crise sanitaire. L'effet de la crise sanitaire sur les entreprises se fera sentir au deuxième trimestre. Les perspectives macroéconomiques de l'économie algérienne risquent de se dégrader davantage. En effet, plusieurs secteurs ont été impactés. Rares sont ceux qui ont pu maintenir un niveau de production "normal", sauf, peut-être, le secteur pharmaceutique. Des entreprises, notamment publiques, ont été obligées de fonctionner avec 50% de leurs effectifs. La reprise sera, donc, très lente. Dans ses "perspectives économiques mondiales" publiées le mois dernier, la Banque mondiale anticipe une baisse de -6,4% de la croissance algérienne en 2020.
Le Fonds monétaire international (FMI) table pour sa part sur une baisse de 5,2% du produit intérieur brut (PIB) de l'Algérie cette année. Pour la Banque d'Algérie, la croissance à fin 2020 devrait s'établir à -2,6%, sous l'effet de la crise sanitaire et la contraction de l'activité du secteur des hydrocarbures, des services marchands et de l'industrie au 1er semestre 2020, et de la reprise attendue de la demande mondiale au 2e semestre, suite aux mesures de déconfinement progressives confortées par les plans de relance économique annoncés.


Meziane Rabhi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.