Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    Liban, Algérie, Maroc...un été particulier    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Des messages de soutien et propositions d'aides au Liban    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    Explosions au Liban: 137 morts et 5.000 blessés    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Les psychologues menacent    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Deux Algériens légèrement blessés    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    L'activiste Badi Allal arrêté    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Le féminicide, un crime silencieux    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    Feux de forêts : Arrestation d'au moins 10 individus    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Les grands axes du protocole du MESRS    Le message de condoléances et de compassion du président Tebboune    L'apocalypse à Beyrouth    L'infrangible lien...    Belatoui prêt à rempiler    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    La fille des Aurès    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    Karim Younes se livre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La production industrielle en forte chute
Le Secteur public en crise
Publié dans Liberté le 07 - 07 - 2020

La production industrielle du secteur public a reculé de 6,7% durant le 1er trimestre 2020, selon les derniers chiffres de l'ONS.
L'Algérie devrait connaître une forte contraction de sa croissance économique cette année. Les premiers signaux de ce cycle de récession commencent à apparaître. Selon les derniers chiffres de l'Office national des statistiques (ONS), repris par l'agence APS, "la production industrielle du secteur public a reculé de 6,7% durant le 1er trimestre 2020, par rapport à la même période de 2019".
Tous les secteurs d'activité sont touchés par le recul de la production, à l'exception des industries de l'agroalimentaire et des industries diverses, qui ont enregistré une croissance respective de +5,9% et de +51,7%. Selon les données de l'ONS, la production dans le secteur de l'énergie s'est contractée de 1,2% au premier trimestre de l'année en cours par rapport à la même période de l'année dernière.
La branche des hydrocarbures a reculé de 3,3%. L'Office des statistiques explique cette contre-performance par la baisse de 3,9% pour le segment "pétrole brut et gaz naturel" et de 11,9% pour la "liquéfaction du gaz naturel". La production dans les mines et carrières a connu, elle, une diminution de 4,8%. Les industries sidérurgiques, métalliques, mécaniques, électriques et électroniques (ISMMEE) ont chuté de 38,2%.
Ce résultat, indique l'ONS, est dû à "des chutes importantes induites par un certain nombre d'activités, notamment la fabrication des biens intermédiaires métalliques, mécaniques et électriques (-40%), la fabrication des biens de consommation métalliques (-39,5%) et la production et transformation des métaux non ferreux (-51,8%)". Le ralentissement de la filière du bâtiment a bien entendu des répercussions sur les secteurs en amont comme celui des matériaux de construction. Selon l'ONS, les matériaux de construction ont enregistré une décroissance de -11,5%. C'est le cas aussi des industries chimiques. Les industries des bois et papier ont reculé de 23,3%. Cette baisse a concerné l'ensemble des activités relevant de ce secteur, notamment, l'industrie de l'ameublement (-36,1%) et la menuiserie générale (-11,7%).
Quant à la production des industries des cuirs et chaussures, elle a chuté de 20,4%. La forte contraction de la production industrielle du secteur public est intervenue avant la crise sanitaire. L'effet de la crise sanitaire sur les entreprises se fera sentir au deuxième trimestre. Les perspectives macroéconomiques de l'économie algérienne risquent de se dégrader davantage. En effet, plusieurs secteurs ont été impactés. Rares sont ceux qui ont pu maintenir un niveau de production "normal", sauf, peut-être, le secteur pharmaceutique. Des entreprises, notamment publiques, ont été obligées de fonctionner avec 50% de leurs effectifs. La reprise sera, donc, très lente. Dans ses "perspectives économiques mondiales" publiées le mois dernier, la Banque mondiale anticipe une baisse de -6,4% de la croissance algérienne en 2020.
Le Fonds monétaire international (FMI) table pour sa part sur une baisse de 5,2% du produit intérieur brut (PIB) de l'Algérie cette année. Pour la Banque d'Algérie, la croissance à fin 2020 devrait s'établir à -2,6%, sous l'effet de la crise sanitaire et la contraction de l'activité du secteur des hydrocarbures, des services marchands et de l'industrie au 1er semestre 2020, et de la reprise attendue de la demande mondiale au 2e semestre, suite aux mesures de déconfinement progressives confortées par les plans de relance économique annoncés.


Meziane Rabhi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.