Importation des véhicules neufs par les concessionnaires : l'adoption d'une approche alliant simplification et efficacité est necessaire    Leipzig : Nagelsmann dément des discussions avec le Bayern    Barça : Les joueurs font la queue pour une photo avec Messi (Vidéo)    Responsable sahraoui : "Nous saurons faire face aux drones israéliens utilisés par le Maroc"    La Conférence de Bandung, début de la participation algérienne dans les fora internationaux    DGSN : installation de nouveaux chefs de Sûreté de wilayas    La phase de déploiement de la stratégie Sonelgaz-horizon 2035 sera bientôt entamée    Coronavirus: 156 nouveaux cas, 111 guérisons et 3 décès    Législatives du 12 juin: dernier délai pour le dépôt des dossiers de candidature, jeudi à minuit    Coupe de la Ligue : les matchs de mardi avancés à 15h30    Tribunal de Tipaza : Kamel Chikhi, dit «El Boucher», condamné à deux ans de prison ferme    Fédération algérienne de football : la passation de consignes Zetchi – Amara mardi    Vaccins anti-Covid : Les risques dus aux effets secondaires sont «négligeables», selon le Pr Mahiaoui    Enseignement supérieur : le recrutement direct des diplômés de doctorat «impossible », selon le ministre    Dangereuses menaces sur la Mosquée d'Al-Aqsa    «La présence de 1 588 containers en zones de stockage n'est pas logique»    Chranou explique les raisons du départ de l'entraîneur Sahraoui    Agressions contre le foncier public    Tadjine aux épinards    Les restaurants Errahma sont de retour    «Le Printemps berbère n'était pas venu spontanément»    Sale temps pour le Mouloudia    Des citoyens bloquent le centre-ville    Le scénario du groupe bancaire Crédit Agricole    Marche à Montréal pour célébrer le Printemps berbère    Forte mobilisation malgré le jeûne    L'Ahaggar, la bataille des territoires    Le Conseil de sécurité approuve le déploiement d'observateurs    Les Kabyles mettent le cap sur Garoua    Coronavirus: plus de 3 millions de morts dans le monde, course à la vaccination    Béchar : La pénurie du lait en sachet réapparaît    Théâtre régional de Mostaganem : Riche programme artistique et culturel    Fin de mission ou redéploiement ?    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    Quand la vie se résume à un poème    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    L'Abef allège le recours au Credoc    À quoi joue la Turquie?    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    Le pic de l'inconscience    L'appareil sécuritaire toujours prêt face à la menace terroriste    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Tebboune préside la réunion périodique    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Un cocktail culturel varié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa
LE VERDICT A ETE RENDU HIER
Publié dans Liberté le 09 - 07 - 2020

Après 25 jours de détention, trois activistes du hirak, Yanis Adjlia, Merzouk Touati et Amar Berri, ont recouvré, hier, leur liberté après la relaxe prononcée par le tribunal de Béjaïa. À l'issue de leur procès, renvoyé en délibéré pour hier, ils ont été condamnés à verser une amende de 100 000 DA chacun, a indiqué l'un des membres du collectif des avocats, Me Hamaïli Boubekeur. L'affaire des trois militants avait été jugée le 1er juillet dernier par-devant le juge correctionnel du tribunal de Béjaïa.
Ils sont poursuivis depuis le 12 juin dernier pour des chefs d'inculpation, qualifiés d'abusifs par leurs avocats d'outrage à corps constitués (art. 144 du code pénal), incitation à attroupement (art. 100 CP), diffusion ou propagation volontaire d'informations ou nouvelles susceptibles de porter atteinte à la sécurité ou à l'ordre publics (art. 196 bis) et pour violation d'une obligation de prudence ou de sécurité édictée par la loi ou le règlement qui expose directement la vie d'autrui ou son intégrité physique à un danger (art. 290 bis). Pour l'un de leurs avocats, Me Hamaïli en l'occurrence, "cela reste une condamnation", allusion aux amendes de 100 000 DA dont doivent s'acquitter les trois prévenus. Il a expliqué, en outre, que dans le cas de ce procès, marqué par "un vice de forme, une citation à comparaître aurait suffi". Et de déplorer que "la présomption d'innocence n'existe pas chez nous".
Pis encore, ajoutera Me Hamaïli, "le mandat de dépôt, qui devrait être l'exception, est devenu la règle". Dans la même matinée, un rassemblement a été organisé à une trentaine de mètres du tribunal de Béjaïa, quadrillé par un important renfort de CRS. Plusieurs activistes du Hirak, acteurs de la société civile rejoints par des animateurs du Pacte de l'alternance démocratique (PAD) de Béjaïa, ont commencé à se regrouper aux abords du tribunal. Comme l'annonce de la relaxe des trois activistes avait été faite en milieu de matinée, beaucoup avaient préféré se disperser, rassurés par l'heureux dénouement qui a permis aux prévenus de retrouver et leur liberté et leurs familles.


M. Ouyougoute


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.