Tebboune autorise la réouverture progressive des mosquées et des plages    4 ans de prison ferme requis à l'encontre de Drarni, Belarbi et Hamitouche    Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa
LE VERDICT A ETE RENDU HIER
Publié dans Liberté le 09 - 07 - 2020

Après 25 jours de détention, trois activistes du hirak, Yanis Adjlia, Merzouk Touati et Amar Berri, ont recouvré, hier, leur liberté après la relaxe prononcée par le tribunal de Béjaïa. À l'issue de leur procès, renvoyé en délibéré pour hier, ils ont été condamnés à verser une amende de 100 000 DA chacun, a indiqué l'un des membres du collectif des avocats, Me Hamaïli Boubekeur. L'affaire des trois militants avait été jugée le 1er juillet dernier par-devant le juge correctionnel du tribunal de Béjaïa.
Ils sont poursuivis depuis le 12 juin dernier pour des chefs d'inculpation, qualifiés d'abusifs par leurs avocats d'outrage à corps constitués (art. 144 du code pénal), incitation à attroupement (art. 100 CP), diffusion ou propagation volontaire d'informations ou nouvelles susceptibles de porter atteinte à la sécurité ou à l'ordre publics (art. 196 bis) et pour violation d'une obligation de prudence ou de sécurité édictée par la loi ou le règlement qui expose directement la vie d'autrui ou son intégrité physique à un danger (art. 290 bis). Pour l'un de leurs avocats, Me Hamaïli en l'occurrence, "cela reste une condamnation", allusion aux amendes de 100 000 DA dont doivent s'acquitter les trois prévenus. Il a expliqué, en outre, que dans le cas de ce procès, marqué par "un vice de forme, une citation à comparaître aurait suffi". Et de déplorer que "la présomption d'innocence n'existe pas chez nous".
Pis encore, ajoutera Me Hamaïli, "le mandat de dépôt, qui devrait être l'exception, est devenu la règle". Dans la même matinée, un rassemblement a été organisé à une trentaine de mètres du tribunal de Béjaïa, quadrillé par un important renfort de CRS. Plusieurs activistes du Hirak, acteurs de la société civile rejoints par des animateurs du Pacte de l'alternance démocratique (PAD) de Béjaïa, ont commencé à se regrouper aux abords du tribunal. Comme l'annonce de la relaxe des trois activistes avait été faite en milieu de matinée, beaucoup avaient préféré se disperser, rassurés par l'heureux dénouement qui a permis aux prévenus de retrouver et leur liberté et leurs familles.


M. Ouyougoute


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.